UNE « MAU­VAISE BLAGUE » POUR LE 150e DU CA­NA­DA

À la veille de la fête na­tio­nale – ou de la jour­née de votre dé­mé­na­ge­ment, c’est se­lon –, Uni­ver­sal dé­voi­lait une sé­rie de com­pi­la­tions qui, deux se­maines plus tard, me laissent tou­jours du­bi­ta­tif : Ca­na­da 150, une cé­lé­bra­tion mu­si­cale du pays… où on ne r

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE -

DES ÉCARTS GÊNANTS

En scru­tant Ca­na­da 150 sous ses dif­fé­rentes formes – un disque simple, un cof­fret double, un for­mat « livre de sa­lon » où on re­trouve six CD à l’in­té­rieur –, on constate que la contri­bu­tion fran­co­phone à l’es­sor cultu­rel du « plus meilleur pays au monde » – comme di­sait Jean Chré­tien – est ab­sente.

Pas de Fé­lix Le­clerc, ni de Coeur de pi­rate ou de Kark­wa, qui a pour­tant ga­gné le prix Po­la­ris du meilleur al­bum ca­na­dien de l’an­née 2010 pour Les che­mins de verre.

Idem pour les ar­tistes au­toch­tones qui sont trop peu pré­sents. Pas de Buf­fy Sainte-Ma­rie ni de Ta­nya Ta­gaq ? Fran­che­ment !

Pour un pro­jet qui se dit être « une fête de la mu­sique », c’est un peu gê­nant.

PRÉ­VI­SIBLE À L’OS

Pour le reste, la sé­lec­tion manque... de pa­nache.

Les fans de Car­ly Rae Jep­sen ont Call Me Maybe sur leur té­lé­phone. Les pas­sion­nés de Rush, eux, pos­sèdent dé­jà Tom Sawyer sur vi­nyle, cas­sette ou CD (pro­ba­ble­ment les trois, même). Bref, c’est pré­vi­sible à l’os, mal­gré la grande oc­ca­sion.

La com­pi­la­tion pour­rait (on note le condi­tion­nel) plaire à de nou­veaux ar­ri­vants qui dé­si­re­raient une in­tro­duc­tion éclair aux hits du pays, mais les mé­lo­manes ca­na­diens – fran­co­philes ou pas 2– vont de­meu­rer sur leur faim.

AR­TISTES VA­RIÉS Ca­na­da 150: A Ce­le­bra­tion Of Mu­sic

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.