SUR LES TRACES DE

Il a fait par­tie du plus gros boy­band de la pla­nète, lan­cé un pre­mier al­bum so­lo sa­lué par la cri­tique et s’ap­prête au­jourd’hui à faire ses pre­miers pas au ci­né­ma. Har­ry Styles est-il sur le point de de­ve­nir le pro­chain Justin Tim­ber­lake ?

Le Journal de Montreal - Weekend - - NEWS - JUSTIN TIM­BER­LAKE BRUNO LAPOINTE Le Jour­nal de Mon­tréal bruno.lapointe@que­be­cor­me­dia.com

La nou­velle a fait grand bruit, en 2015, lorsque les quatre membres de One Di­rec­tion ont an­non­cé leur in­ten­tion de prendre une pause. Mais même si le ben­ja­min de la for­ma­tion bri­tan­nique s’est re­ti­ré des feux de la rampe mo­men­ta­né­ment, il n’a pas chô­mé pour au­tant.

À l’ins­tar de Justin Tim­ber­lake, Har­ry Styles a été le pre­mier membre de son groupe à lan­cer un al­bum so­lo. Et cet opus, in­ti­tu­lé sim­ple­ment Har­ry Styles, a lar­ge­ment été com­pli­men­té par les grands joueurs de l’in­dus­trie mu­si­cale ; plu­sieurs mé­dias y ont dé­no­té des liens de pa­ren­té avec les oeuvres de David Bo­wie, Pink Floyd et les Beatles.

Il faut dire qu’un al­bum so­lo n’est pas un pro­jet sur­pre­nant pour le chan­teur, qui s’était pré­sen­té seul aux au­di­tions de X Fac­tor, en An­gle­terre, en 2010. Ce n’est que plus tard que Simon Co­well a réuni Har­ry, Niall, Liam, Louis et Zayn (qui a en­suite quit­té la for­ma­tion en 2015) pour for­mer One Di­rec­tion sur le pla­teau de la po­pu­laire té­lé­réa­li­té.

PRE­MIERS PAS AU CI­NÉ­MA

Mais dès ce week-end, les yeux de ses fans – et dé­trac­teurs – se­ront tour­nés vers ses dé­buts sur grand écran (comme le fai­sait Justin Tim­ber­lake dans Edi­son Force en 2005) au gé­né­rique de Dun­kerque, la très at­ten­due der­nière pro­po­si­tion du réa­li­sa­teur Ch­ris­to­pher No­lan (In­cep­tion, Bat­man Be­gins). Har­ry Styles y in­carne un sol­dat du­rant l’éva­cua­tion des troupes de Dun­kerque, en France, lors de la Deuxième Guerre mon­diale.

« So­lide », « sur­pre­nant » et même « im­pres­sion­nant » ne sont que quelques-unes des épi­thètes uti­li­sées par les mé­dias amé­ri­cains pour dé­crire la pre­mière per­for­mance du chan­teur à l’écran.

Ch­ris­to­pher No­lan a d’ailleurs confié au L.A. Times en avril der­nier que Har­ry Styles avait été choi­si par­mi des « mil­liers d’acteurs » ayant au­di­tion­né pour le rôle. Et il a ajou­té plus ré­cem­ment qu’il ne connais­sait pas réel­le­ment l’am­pleur de la po­pu­la­ri­té du chan­teur avant de com­men­cer à tour­ner Dun­kerque.

« Mes en­fants m’avaient par­lé de lui, mais je n’en étais pas réel­le­ment conscient. En vé­ri­té, j’ai don­né le rôle à Har­ry parce qu’il y cor­res­pon­dait mer­veilleu­se­ment et qu’il a vrai­ment mé­ri­té sa place à table », a-t-il confir­mé aux mé­dias amé­ri­cains lors de la tour­née pro­mo­tion­nelle en­tou­rant la sor­tie du film, la se­maine der­nière.

UN AVE­NIR PROMETTEUR

Qu’est-ce que l’ave­nir ré­serve à Har­ry Styles ? Il est évi­dem­ment beau­coup trop tôt pour le pré­dire. Mais les cri­tiques de Dun­kerque pu­bliées au mo­ment de mettre sous presse semblent s’en­tendre pour dire que le jeune chan­teur a tout ce qu’il faut pour s’as­su­rer une car­rière sur nos écrans dans les années à ve­nir.

Et One Di­rec­tion dans tout ça ? Bien que le groupe n’ait pas en­core été dis­sous, en théo­rie du moins, les

fans ont pour la plu­part per­du es­poir de­puis belle lu­rette de voir Har­ry, Liam, Louis et Niall unir à nou­veau leurs voix. Les quatre chan­teurs n’ont pas été vus ensemble de­puis leur der­nière pres­ta­tion en dé­cembre 2015.

Justin Tim­ber­lake n’a qu’à bien se te­nir.

HAR­RY STYLES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.