Un ar­tiste sin­gu­lier

À peine deux mois après avoir fou­lé les planches du Centre Bell, le To­ron­tois The Weeknd est de re­tour à Mon­tréal. Cette fois-ci, l’ar­tiste R&B se­ra la tête d’af­fiche du troi­sième et der­nier soir d’Oshea­ga. Que faut-il sa­voir sur le chan­teur de 27 ans qui

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - The Weeknd

L’ORI­GINE DE SON NOM D’AR­TISTE

Abel Mak­ko­nen Tes­faye est né en 1990 à To­ron­to. Alors qu’il n’était âgé que de 17 ans, il a dé­ci­dé d’aban­don­ner l’école se­con­daire et a de­man­dé à l’un de ses amis de le suivre. « Nous avons pris les ma­te­las chez nos pa­rents et les avons ame­nés chez des amis, a-t-il ra­con­té dans une en­tre­vue. Nous sommes par­tis un week-end et ne sommes ja­mais re­tour­nés à la mai­son. Je dé­tes­tais mon nom à cette époque et je me cher­chais un nom d’ar­tiste. The Wee­kend son­nait bien. J’ai dû en­le­ver le « e » parce qu’il y avait dé­jà un groupe ca­na­dien qui s’ap­pe­lait The Wee­kend. »

DÉ­COU­VERT SUR YOU­TUBE

En 2010, c’est sous le nom de The Weeknd que Tes­faye a pu­blié des chan­sons sur You­Tube. L’an­née sui­vante, il met­tait en ligne trois « mix­tapes » de neuf chan­sons cha­cun : House of Bal­loons, Thurs­day et Echoes of Si­lence. Ra­pi­de­ment, les trois al­bums al­laient re­ce­voir d’ex­cel­lentes cri­tiques et l’on dé­cri­vait The Weeknd comme un ar­tiste ca­na­dien très pro­met­teur. En 2012, il lan­çait une com­pi­la­tion de ces trois al­bums sous le nom de Tri­lo­gy.

AI­DÉ PAR DRAKE

À ses dé­buts, The Weeknd a bé­né­fi­cié de l’aide de Drake. Ce der­nier avait dé­cou­vert le ma­té­riel de son com­parse to­ron­tois et en avait par­lé sur un blogue. Cette pe­tite men­tion avait per­mis à The Weeknd de re­ce­voir de l’at­ten­tion de mé­dias comme Pit­ch­fork et The New York Times. Les an­nées sui­vantes, les deux ar­tistes ont col­la­bo­ré en­semble sur scène et en stu­dio, no­tam­ment sur l’al­bum Take Care, de Drake.

HOM­MAGE À DA­VID BO­WIE

À la sor­tie de son der­nier al­bum, Star­boy, Abel Tes­faye a men­tion­né en en­tre­vue au Wall Street Jour­nal que son nou­veau disque était in­fluen­cé « à 1000 % » par les récents dé­cès de Da­vid Bo­wie et Prince. Il a même dit que le titre de l’al­bum était un hom­mage à la chan­son de Bo­wie, Star­man. « J’adore Bo­wie. Je crois qu’il est le créa­teur ul­time », a-t-il dit. Dans ce même en­tre­tien, Tes­faye a ré­vé­lé qu’il était pré­vu qu’il tra­vaille avec Prince dans son stu­dio de Pais­ley Park, mais que tout s’est écrou­lé avec le dé­cès de l’ar­tiste en avril 2016.

COL­LA­BO­RA­TIONS DE LUXE

Jouant dé­sor­mais dans les grandes ligues, The Weeknd peut main­te­nant se per­mettre de col­la­bo­rer avec les ar­tistes de son choix. Pour Star­boy, le chan­teur a ain­si fait ap­pel à Daft Punk (Star­boy et I Feel It Co­ming), La­na Del Rey (Star­girl In­ter­lude), Ken­drick La­mar (Si­de­walks) et Fu­ture (All I Know). Dès sa sor­tie, le disque s’est re­trou­vé en tête des pal­ma­rès Bill­board amé­ri­cain et ca­na­dien.

MYS­TÉ­RIEUSE AN­NU­LA­TION

En mai der­nier, l’équipe de The Weeknd a an­non­cé le ma­tin même de son con­cert au Centre Vi­déo­tron de Qué­bec que la pres­ta­tion du chan­teur était an­nu­lée. On ex­pli­quait alors cette dé­ci­sion de der­nière mi­nute par un em­poi­son­ne­ment ali­men­taire. Pour­tant, la veille au Centre Bell, le chan­teur avait don­né un con­cert en­dia­blé de­vant des mil­liers de spec­ta­teurs. Plu­sieurs per­sonnes ont alors ques­tion­né la vé­ra­ci­té de cet em­poi­son­ne­ment, sur­tout que les billets pei­naient à se vendre à Qué­bec. En es­pé­rant que The Weeknd au­ra ré­glé ses pro­blèmes de di­ges­tion ce week-end lors de son pas­sage à Oshea­ga.

Le con­cert de The Weeknd au­ra lieu di­manche 21 h 20 sur la Scène de la Ri­vière Vir­gin Mo­bile, dans le cadre d’Oshea­ga. Pour les dé­tails : oshea­ga com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.