ALEX NEVSKY

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS -

Alex Nevsky a connu ce qu’il ap­pelle « une en­fance de pe­tit gars ». Spor­tif, il jouait au soc­cer 12 mois par an­née, ce qui l’em­pê­chait de s’adon­ner à tout type d’ac­ti­vi­té ar­tis­tique. « J’étais low pro­file, dé­clare le chan­teur en en­tre­vue. J’ai­mais contem­pler les choses. Et j’étais hyper gêné. » À 10 ans, le seul en­droit où Alex Nevsky chan­tait, c’était dans la douche. Voi­là pour­quoi il ad­mire les par­ti­ci­pants de La Voix junior qui osent pous­ser la note de­vant des mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. « À leur âge, j’étais loin d’avoir leur cou­rage et leur dé­ter­mi­na­tion », note l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète de 31 ans. Mal­gré son dé­voue­ment au bal­lon rond, Alex Nevsky ai­mait la mu­sique. Avec ses soeurs, il en­re­gis­trait sur cas­sette le 6 à 6 de CKOI pour pou­voir en­tendre ses hits pré­fé­rés. « À cette époque, je n’avais pas en­core mué. Je chan­tais hyper ai­gu sur du Whit­ney Hous­ton. » Par­ti­cu­liè­re­ment pop au pri­maire, son uni­vers mu­si­cal a chan­gé ra­di­ca­le­ment au se­con­daire. Du jour au len­de­main, le jeune homme ori­gi­naire de Granby s’est mis à écou­ter du hip-hop qua­si ex­clu­si­ve­ment. De Fon­ky Fa­mi­ly à Ox­mo Puc­ci­no, en pas­sant par IAM et Sans Pres­sion, le rap fran­co­phone oc­cu­pait tout l’es­pace. « J’ai com­men­cé à écrire des textes de rap vers 15-16 ans. C’est ce qui m’a fait dé­cou­vrir la poé­sie. »

Grâce à des ar­tistes comme Cold­play et Jus­tin Tim­ber­lake, Alex Nevsky a re­trou­vé ses ra­cines pop, ce qui l’a conduit à écrire quelques-uns des plus grands tubes ra­dio des der­nières an­nées, comme On leur a fait croire et Les co­lo­riés.

COACH VAINQUEUR

Alex Nevsky re­vient à La Voix

junior après avoir ai­dé Charles Kar­dos à rem­por­ter les grands hon­neurs l’au­tomne der­nier. Le chan­teur conti­nue à prendre des nou­velles du jeune vainqueur sur Fa­ce­book. Il est d’ailleurs al­lé voir sa pièce de théâtre de fin d’an­née sco­laire au prin­temps. Il est content de voir que Charles conti­nue de faire « ses trucs » loin des pro­jec­teurs.

« Ce n’est pas une bonne idée de trans­for­mer des jeunes de 14 ans en ve­dettes. Ils doivent prendre La Voix pour ce que c’est cen­sé être : une belle ex­pé­rience. »

MEILLEURE COMPRÉHENSION

Se­lon Alex Nevsky, la nou­velle cu­vée de can­di­dats com­prend mieux l’ob­jec­tif de l’émis­sion. « Aux au­di­tions à l’aveugle, ils res­tent co­ol, même quand ils n’ar­rivent pas à faire tour­ner une chaise. Ils ont réa­li­sé que ce n’était pas comme La Voix des adultes. Ça leur per­met d’être plus dé­ga­gés, d’avoir moins de pres­sion. » L’at­ti­tude d’Alex Nevsky à La Voix

junior a éga­le­ment chan­gé en 12 mois. « Je suis plus en confiance cette an­née. Je sais qu’au­jourd’hui, je peux vé­ri­ta­ble­ment ai­der et gui­der les jeunes à tra­vers nos dis­cus­sions. Je sais que tout ça a un sens. Je sais que c’est une im­mense aven­ture qui peut les rendre heu­reux. »

« J’ÉTAIS HYPER GÊNÉ »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.