« JE FAIS CE MÉ­TIER-LÀ POUR ÊTRE AI­MÉ »

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - BRU­NO LA­POINTE Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe @que­be­cor­me­dia.com

Jean-Pierre Fer­land laisse les femmes prendre le contrôle. Sur son in­vi­ta­tion, 11 chan­teuses se sont plon­gées dans son ré­per­toire pour choi­sir un titre à re­vi­si­ter avec lui sur son nou­vel al­bum, Toutes les femmes de ma vie. Une ini­tia­tive dont le chan­teur n’est pas peu fier. « J’ai chan­té les femmes toute ma vie. Et au­jourd’hui, avec ce dis­que­là, elles me ré­pondent en­fin », sou­rit-il.

« J’ai fait ce mé­tier-là parce que je n’étais pas beau et que je cher­chais un moyen de ren­con­trer des femmes. Je me suis dit que si je n’étais pas beau, j’al­lais de­voir être in­té­res­sant. Et j’ima­gine que ça a fonc­tion­né », ajoute-t-il en riant.

Dif­fi­cile de le contre­dire à en ju­ger par la liste de chan­teuses ayant ré­pon­du à son ap­pel. De Diane Tell à La­ra Fa­bian, en pas­sant par Isa­belle Bou­lay, Ma­rieÈve Jan­vier, Cé­line Dion et autres Na­nette Work­man, Jean-Pierre Fer­land s’est en­tou­ré de 11 chan­teuses de re­nom afin de don­ner une nou­velle vie aux clas­siques tels que T’es mon amour, t’es ma maî­tresse, Au fond des choses le so­leil em­mène au so­leil et Un peu plus haut, un peu plus loin. Et il ne le cache pas : il s’est « fait plai­sir » avec ce pro­jet d’al­bum.

« En fait, non. Je l’ai fait pour faire plai­sir à mes chan­sons, se ra­vise-t-il. Les femmes ont une voix mu­si­cale très belle et pure, beau­coup plus que les hommes. J’ai tou­jours eu beau­coup de res­pect et d’ad­mi­ra­tion pour les chan­teuses, alors, d’of­frir leur voix à mes chan­sons, c’est tout un ca­deau », pour­suit-il. AVEC CÉ­LINE

Toutes les chan­sons ont ain­si été ré­cem­ment re­tra­vaillées, puis ré­en­re­gis­trées, à l’ex­cep­tion d’une seule. JeanPierre Fer­land a uti­li­sé son duo avec Cé­line Dion, Une chance qu’on s’a, qu’on re­trou­vait sur Sans at­tendre, l’al­bum de la chan­teuse pa­ru il y a quelques an­nées.

« C’était une des chan­sons pré­fé­rées de Re­né An­gé­lil, et notre ver­sion a été en­re­gis­trée avant son dé­cès. Je ne me voyais pas la ré­en­re­gis­trer avec Cé­line, mais sans lui. Ça au­rait été en quelque sorte une tra­hi­son », confie-t-il.

TOU­JOURS PRÉ­SENT

À 84 ans, le cé­lèbre au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète n’a pas l’in­ten­tion de se re­ti­rer. La re­traite, très peu pour lui. Il est d’ailleurs bien pla­cé pour le sa­voir ; il est re­ve­nu sur scène il y a une di­zaine d’an­nées, quelques se­maines seule­ment après avoir fait ses adieux à la vie pu­blique.

« En­core au­jourd’hui, j’es­saie de com­prendre pour­quoi j’avais pris cette dé­ci­sion-là. J’ai tou­jours chan­té pour qu’on m’aime. Je ne l’ai ja­mais ca­ché, je fais ce mé­tier-là pour être ai­mé. Alors ar­rê­ter de le faire se­rait comme dire aux gens : mer­ci beau­coup de m’avoir ai­mé. Main­te­nant, vous pou­vez ar­rê­ter ! Ça n’a pas de sens. Je veux tou­jours qu’on m’aime », avance-t-il. L’al­bum Toutes les femmes de ma vie se­ra sur le mar­ché ven­dre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.