AI­MER AU TEMPS DU RÉ­FÉ­REN­DUM

Le pre­mier ré­fé­ren­dum sur la sou­ve­rai­ne­té du Qué­bec, en mai 1980, a lais­sé dans son sillage des sou­ve­nirs puis­sants qui sont pour­tant peu sou­vent rap­pe­lés. Pierre Cayouette y a pui­sé de la belle ma­tière à ro­man.

Le Journal de Montreal - Weekend - - LIVRES - JO­SÉE BOI­LEAU Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

On n’uti­lise pas si sou­vent les en­jeux po­li­tiques comme trame de fond dans la fic­tion qué­bé­coise. Il y a pour­tant, à chaque époque, des évé­ne­ments qui vont être plei­ne­ment res­sen­tis par ceux qui y par­ti­cipent. C’est le cas de Chris­tian, nar­ra­teur du ro­man Les amou­reux du jour 2.

Il a 18 ans, vit en fa­mille dans l’est de Mon­tréal et est membre du Méoui, le « Mou­ve­ment étu­diant pour le Oui ». Son rêve col­lec­tif est in­dis­so­ciable de ses dé­si­rs per­son­nels. Il est l’ar­ché­type de mil­liers d’autres jeunes de cette époque, à la fois en­fants de la ban­lieue, de la té­lé­vi­sion et de la Ré­vo­lu­tion tran­quille.

Le ta­lent de Pierre Cayouette, c’est d’avoir su in­suf­fler une vraie vie à cet ar­ché­type-là. Le Qué­bec d’alors se per­ce­vait comme une col­lec­ti­vi­té et non comme un as­sem­blage d’in­di­vi­dus dis­pa­rates. Suivre le jeune Chris­tian, c’est donc plon­ger dans un pas­sé com­mun qui fe­ra sou­rire ceux qui l’ont con­nu et re­la­te­ra aux autres la pe­tite his­toire igno­rée des ma­nuels.

Ain­si, il est au­tant fait men­tion de la pièce Les Fées ont soif, que cer­tains cherchent à cen­su­rer, que du boxeur Do­na­to Pa­dua­no, ve­dette du temps. Il y a la belle voix de Guy Go­din qui anime des émis­sions de chan­sons tendres à la ra­dio, mais aus­si le ca­nal 10 où triomphent Réal Gi­guère, Nes­tor et Serge Bé­lair.

Les dé­pan­neurs s’ap­pellent des Per­rette ; Re­né Lé­vesque fume tel­le­ment qu’on peut ra­mas­ser ses mé­gots comme des tré­sors après l’avoir en­ten­du au Centre Paul-Sau­vé… On croise Jacques Dou­cet comme John Lit­tle­ton ; le Mon­tréal-Ma­tin et Le

Jour, quo­ti­diens au­jourd’hui dis­pa­rus ; le par­fum Anaïs Anaïs et les che­mises La­coste, qui fai­saient si chic…

Tout le ro­man est rem­pli de ces pé­pites qui nous trans­portent tout droit au prin­temps 1980. Pierre Cayouette, au­jourd’hui édi­teur, a été jour­na­liste, ce dont té­moigne son sou­ci de pré­ci­sion pour ra­vi­ver l’ac­tua­li­té de ces jours-là.

Mais comme le dit le titre, le Chris­tian mi­li­tant est aus­si amou­reux – d’un grand ro­man­tisme jo­li­ment dé­crit qui doit néan­moins tra­ver­ser des épreuves.

Sa belle Ge­ne­viève tombe en­ceinte, mais ni l’un ni l’autre ne veut gar­der l’en­fant. Le cha­pitre consa­cré à l’avor­te­ment, à l’époque illé­gal, re­late avec sen­si­bi­li­té ce que le mo­ment a de dé­li­cat.

Que le ré­fé­ren­dum soit per­du mar­que­ra une grande dés­illu­sion pour le jeune homme. S’y ajou­te­ront d’autres pertes dans sa vie per­son­nelle. La mi­li­tance pren­dra fin et il lui fau­dra s’ajus­ter à une vie adulte moins flam­boyante que pré­vu. Il op­te­ra pour une es­pèce d’entre-deux, en marge de la per­for­mance, aux cô­tés des vieux et des en­fants.

Chris­tian y voit de la sé­ré­ni­té, mais c’est aus­si un re­non­ce­ment, choix quand même éton­nant pour quel­qu’un de si jeune. Ce qui ra­mène au des­tin du Qué­bec…

LES AMOU­REUX DU JOUR 2Pierre Cayouette Druide 135 pages 2018

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.