Proulx contre la police des ré­seaux so­ciaux

Il faut d’abord re­voir les fa­çons de faire au Mi­nis­tère

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - Daph­née Dion-Viens daph­neeDV

QUÉ­BEC | Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, Sé­bas­tien Proulx, est en désac­cord avec le fait d’en­vi­sa­ger, à ce mo­ment-ci, une sur­veillance des ré­seaux so­ciaux pen­dant la pé­riode d’exa­mens.

l∫ Le Jour­nal rap­por­tait hier que le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion a pu­blié ré­cem­ment un ap­pel d’in­té­rêt pour des services vi­sant à as­su­rer une veille des mé­dias so­ciaux pen­dant les épreuves mi­nis­té­rielles.

En juin, Qué­bec a dû an­nu­ler une par­tie de l’exa­men d’histoire de qua­trième se­con­daire parce que son conte­nu avait cir­cu­lé sur Fa­ce­book.

PAS D’AU­TO­RI­SA­TION

«Sur­pris» et «mé­con­tent» de cette nou­velle, le mi­nistre Proulx a d’abord te­nu à pré­ci­ser qu’il n’a ja­mais au­to­ri­sé cette dé­marche.

«Avant de pen­ser à sur­veiller les élèves, on va re­gar­der nos mé­thodes et nos fa­çons de faire», a-t-il in­di­qué par l’in­ter­mé­diaire de son at­ta­chée de presse, Ma­rie Des­champs.

Il est beau­coup trop tôt pour en­vi­sa­ger une telle so­lu­tion puis­qu’au­cune ana­lyse ex­haus­tive de la si­tua­tion n’a en­core été réa­li­sée, pré­cise Mme Des­champs.

Alors que le mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion veut aug­men­ter les me­sures de sé­cu­ri­té pen­dant les exa­mens, d’autres sug­gèrent plu­tôt de re­pen­ser com­plè­te­ment l’éva­lua­tion des élèves pour mieux l’adap­ter au 21e siècle.

AVOIR AC­CÈS À IN­TER­NET

C’est le cas de la Fé­dé­ra­tion des éta­blis­se­ments d’enseignement pri­vés (FEEP), où on consi­dère que les élèves de­vraient avoir ac­cès à in­ter­net pen­dant les exa­mens mi­nis­té­riels, comme dans la «vraie vie».

«Qu’est-ce qu’on veut me­su­rer au juste? Si les ques­tions sont “goo­glables”, c’est que la ques­tion n’est pas bonne, af­firme Nor­mand Bro­deur, di­rec­teur de l’in­no­va­tion et du dé­ve­lop­pe­ment pé­da­go­gique à la FEEP. Les in­for­ma­tions sont dis­po­nibles, l’im­por­tant est de sa­voir ce que l’élève va en faire.»

Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, Sé­bas­tien Proulx, s’est dit «sur­pris» et «mé­con­tent» de sa­voir que son mi­nis­tère vou­lait sur­veiller les mé­dias so­ciaux pen­dant les exa­mens.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.