Dé­chif­frer les codes sur les fruits et les lé­gumes

Le Journal de Montreal - - ARGENT - Li­li Mar­chand Spé­cia­liste en consom­ma­tion

De­puis quelque temps, je vois sur mon mur Fa­ce­book une pu­bli­ca­tion sur les codes des fruits et lé­gumes que je trouve un peu alar­miste. C’était: «ÉVI­TEZ d’ache­ter des fruits dont le code sur l’éti­quette com­mence par 8.»

Le site web est hé­ber­gé au Pa­na­ma, ce qui en dit long... Mais j’ai trou­vé plein d’autres sites qui en parlent aus­si.

J’ai donc dé­ci­dé de vé­ri­fier si cette in­for­ma­tion avait un peu de vrai. Et sur­tout ce que veulent dire ces chiffres.

Le nom de ce code est PLU (Price Look Up). Il s’agit d’un code à 5 chiffres qui veut dire que le fruit ou le lé­gume est gé­né­ti­que­ment mo­di­fié.

J’ai com­mu­ni­qué avec Guy Mi­lette de Cour­chesne La­rose, un dis­tri­bu­teur de fruits et lé­gumes pour l’Est du Canada. Il m’a ai­dée à me dé­mê­ler sur ces codes mys­té­rieux.

Ce ne sont pas tous les fruits et les lé­gumes qui ont des codes, m’a-t-il ex­pli­qué. Par exemple, à la frui­te­rie de mon quar­tier, au­cune pomme n’af­fiche le pe­tit col­lant ar­bo­rant un tel code.

Au dé­part, ces codes sont da­van­tage po­sés pour que les cais­sières entrent le bon prix du pro­duit dans la caisse.

LE CODE COM­MENCE PAR 8

Pour la consom­ma­tion hu­maine, au­cun fruit ou lé­gume OGM n’est au­to­ri­sé au Canada, à l’ex­cep­tion d’une sorte de pomme en Co­lom­bie-Bri­tan­nique qui est de­ve­nue le mé­lange de plu­sieurs va­rié­tés.

Il exis­te­rait une pé­nu­rie de codes, de sorte qu’il est pos­sible qu’un pro­duit ait un code qui com­mence par 8. Mais il n’est pas trans­gé­nique…

Les fruits et lé­gumes non bio sont cou­verts par les codes 3000 à 4999 et les fruits et lé­gumes bio, par les codes 93000 à 94999.

Donc, à moins que vous man­giez bio, les chiffres ne sont pas im­por­tants. Mais ce­la peut être une in­for­ma­tion dont il faut te­nir compte si, par exemple, vous ne dé­si­rez pas ache­ter du bio et payer plus cher.

No­tez que cer­tains pro­duits qui viennent des États-Unis (les fruits et lé­gumes) peuvent conte­nir des OGM, comme le maïs en épi.

IMPLIQUONS-NOUS !

Je crois que nous de­vons po­ser des ques­tions et nous im­pli­quer dans notre choix de pro­duits. La Loi sur la sa­lu­bri­té des ali­ments au Canada est en re­fonte et nous pour­rions, grâce à celle-ci, en sa­voir plus sur ce que nous consom­mons.

Sou­vent, on lit «sans glu­ten», «sans sel», etc. sur des pro­duits qui n’en ont pas de toute fa­çon!

Comme consom­ma­teurs, nous com­pa­rons les prix et c’est bien. Mais il faut aus­si exi­ger de meilleurs pro­duits de ma­nière à pous­ser les en­tre­prises à nous of­frir de bons pro­duits à bon prix.

Exemple: Le prix de la viande a mon­té de fa­çon ver­ti­gi­neuse, les clients ont ré­agi en en ache­tant moins… Les prix re­des­cendent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.