Mi­chel Therrien, le coach proac­tif

Le Journal de Montreal - - SPORTS - mi­chel mi­chel.ber­ge­ron@que­be­cor­me­dia.com ber­ge­ron – Propos re­cueillis par Ro­by St-Ge­lais

S’il y a bien quelque chose qui m’en­chante chez le Ca­na­dien au-de­là des vic­toires, c’est bien la fa­çon dont tra­vaille Mi­chel Therrien. L’en­traî­neur-chef du Ca­na­dien ne s’en­dort pas mal­gré les suc­cès de son équipe.

Quand je dis qu’il ne s’en­dort pas, c’est qu’il tient tout le monde éveillé en ap­por­tant conti­nuel­le­ment des chan­ge­ments. On l’a vu face aux Kings de Los An­geles alors qu’il a re­tran­ché Da­vid De­shar­nais et Greg Pa­te­ryn.

Dans le ves­tiaire, les joueurs se de­mandent ce qui va ar­ri­ver. Les joueurs res­tent sur le qui-vive. Le Ca­na­dien vient de si­gner une neu­vième vic­toire consé­cu­tive à do­mi­cile et il faut que ce­la conti­nue. Le ca­len­drier est ac­tuel­le­ment avan­ta­geux pour le Ca­na­dien et ces matchs, il faut que l’équipe les gagne.

Les joueurs clés livrent la mar­chan­dise. Pen­sons tout de suite à Ca­rey Price. Il prend de plus en plus de confiance et ça pa­raît même dans son lan­gage cor­po­rel. Il a un peu de Pa­trick Roy dans le nez: clin d’oeil à Anze Ko­pi­tar et il parle aux ar­bitres avec le sou­rire. On sent qu’il est de plus en plus à l’aise avec son sta­tut de su­per­ve­dette. L’équipe passe en pre­mier pour lui.

Comme en­traî­neur, im­pos­sible pour moi de ne pas re­ve­nir sur la dé­faite de 10-0 à Co­lum­bus. Mon pre­mier ré­flexe a été de me dire qu’il ne fal­lait pas que Price em­barque. C’était un match per­du. Il faut que le gar­dien ré­ser­viste ac­cepte ce rôle. Mi­chel Therrien est un gars d’ex­pé­rience et ja­mais il n’au­rait en­voyé Price sans pos­si­bi­li­té réa­liste de ga­gner. À 4-0, on voyait que le match était fi­ni.

CHOIX DU GAR­DIEN

Des gar­diens sub­sti­tuts, le CH va en trou­ver n’im­porte quand. C’est le joueur le plus fa­cile à rem­pla­cer dans le hockey, comme c’est le cas pour un sep­tième dé­fen­seur et un 14e at­ta­quant dans une équipe.

Il faut que Mon­toya laisse al­ler sa frus­tra­tion et qu’il soit prêt à jouer. On veut un bon co­équi­pier pour Price qui est ca­pable de faire le bou­lot. Un gars d’ex­pé­rience et non un com­pé­ti­teur, un jeune qui as­pire à être nu­mé­ro un. C’est ce que les De­vils ont tou­jours fait avec le sub­sti­tut de Mar­tin Bro­deur. Ça m’amène à pen­ser que le CH pour­rait peut-être rap­pe­ler un jeune gar­dien lors de pro­chains «deux en deux» pour don­ner un vrai congé à Price, une pos­si­bi­li­té en­core plus pré­sente quand le club-école se­ra à La­val.

Au mo­ment d’écrire ces lignes, on ne sait pas qui se­ra de­vant le fi­let en fin de se­maine. Si ce n’était que de moi, ce se­rait Price sa­me­di et Mon­toya dimanche à Chi­ca­go. Il ne faut pas pous­ser du re­vers de la main le fait que le pe­tit Alexis qui va au hockey une fois par an­née avec son père, un sa­me­di, veut voir Ca­rey Price.

Je ne dis pas que Mi­chel est in­fluen­cé par la di­rec­tion, mais tes joueurs clés, tu veux les voir de­vant tes par­ti­sans.

UN DÉ­FI À VE­NIR

Le CH em­ma­ga­sine pré­sen­te­ment des points, mais il est cer­tain que les di­ri­geants ont hâte d’al­ler sur la route pour voir le ca­rac­tère de l’équipe. Le pre­mier long voyage au­ra lieu dans trois se­maines, avec trois ar­rêts en Ca­li­for­nie et un autre à Saint Louis. L’équipe a joué la ma­jo­ri­té de ses matchs au Centre Bell, tout baigne dans l’huile pré­sen­te­ment, mais com­ment les nou­veaux ve­nus se com­por­te­ront-ils, sur la route, dans un rôle im­por­tant? Da­nault m’a im­pres­sion­né sur le deuxième trio. Main­te­nant, peut-il être un élé­ment très im­por­tant?

Mi­chel Therrien garde conti­nuel­le­ment son équipe sur le qui-vive en ap­por­tant des chan­ge­ments à ses trios.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.