Il ca­che­ra son orien­ta­tion jus­qu’à sa mort

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - MAGALIE LA­POINTE

Un ba­by-boo­mer gai a choi­si de vivre son ho­mo­sexua­li­té en re­trait et il a fait le deuil d’em­bras­ser son conjoint en pu­blic ou de mar­cher avec lui main dans la main sur le mont Royal.

Jean La­londe, un aî­né de 68 ans, a dé­ci­dé de ca­cher son orien­ta­tion sexuelle. Il ne dan­se­ra ja­mais col­lé sur l’épaule de son conjoint et il se plaît à dire aux ho­mo­phobes qu’il a quatre en­fants, pour évi­ter les soup­çons et les ju­ge­ments.

DEUIL

« On [son conjoint et lui] ne se per­met pas de se don­ner la main, de s’em­bras­ser, on ne veut pas cho­quer, pas pro­vo­quer. Qu’est-ce que ça va nous don­ner de plus ? De toute fa­çon, on s’est ca­chés toute notre vie », ra­conte le père de quatre en­fants et sept pe­tits-en­fants qui a été ma­rié avec une femme pen­dant 23 ans.

Se­lon la so­cio­logue ti­tu­laire de la Chaire de re­cherche sur l’ho­mo­pho­bie de l’UQAM Line Cham­ber­land, les aî­nés de 75 ans et plus n’ont ja­mais été ou­verts puisque l’édu­ca­tion condam­nait l’ho­mo­sexua­li­té et qu’on leur di­sait, quand ils étaient jeunes, que les ho­mo­sexuels ris­quaient « d’al­ler en en­fer ». Plu­sieurs sont en­core mar­qués.

L’homme de 68 ans est convain­cu que les plus jeunes au­ront un che­min plus fa­cile.

« Je ne pour­rai ja­mais vivre ce bon­heur-là ou­ver­te­ment, je vis l’ex­clu­sion so­ciale. Je pense que ce se­ra pour la pro­chaine gé­né­ra­tion. On vit dans une so­cié­té hé­té­ro­nor­ma­tive. Mon plus grand deuil est d’être hors norme se­lon notre so­cié­té, et ce deuil m’ha­bi­te­ra toute ma vie », dit Jean La­londe.

RÉ­SI­DENCES

Se­lon Mme Cham­ber­land, plu­sieurs ré­si­dences pour aî­nés se disent ou­vertes tant que la vie des gens ho­mo­sexuels de­meure pri­vée.

« À titre d’exemple, les couples de même sexe ne peuvent pas dan­ser en­semble le sa­me­di soir, alors que les couples hé­té­ro­sexuels, eux, ne sont pas obli­gés de se ca­cher », ex­plique la so­cio­logue.

Elle se ré­jouit tou­te­fois de voir un deuxième centre (après Ha­bi­tat Ful­lum), soit la Ré­si­dence Ville-Ma­rie, à Mon­tréal, adop­ter un mes­sage d’ou­ver­ture. Il n’y a pas de chambres ré­ser­vées aux ho­mo­sexuels, mais le per­son­nel est for­mé et conscien­ti­sé pour bien ac­cueillir la com­mu­nau­té LGBT.

D’après l’aî­né Jean La­londe, les ho­mo­sexuels de la gé­né­ra­tion des ba­by-boo­mers ont vé­cu à l’époque où être gai était un pé­ché, un crime ou en­core une ma­la­die men­tale. La plu­part d’entre eux sont sor­tis du pla­card dans la qua­ran­taine, la cin­quan­taine, voire la soixan­taine, après avoir eu une re­la­tion hé­té­ro­sexuelle.

JEAN LA­LONDE Gai

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.