« Quand j’ai lu l’his­toire de ce pe­tit, ce­la m’a vrai­ment ému »

– Ni­co­la Mo­na­co, Grand Frère

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - ÉLISE MER­LIN

Quand il a dé­ci­dé de de­ve­nir Grand Frère, Ni­co­la Mo­na­co vou­lait com­bler un vide et es­pé­rait chan­ger la vie d’un en­fant. Mais il ne se dou­tait pas que sa vie chan­ge­rait tout au­tant.

« Quand j’ai lu l’his­toire de ce pe­tit, ce­la m’a vrai­ment ému. Le père d’Ethan est dé­cé­dé il y a trois ans », ré­vèle le Mon­tréa­lais de 46 ans.

Ni­co­la Mo­na­co, qui n’ar­ri­vait pas à avoir d’en­fant avec sa conjointe, s’est joint aux Grands Frères et Grandes Soeurs du Grand Mon­tréal en dé­but d’an­née.

De­puis, il est en quelque sorte le men­tor d’Ethan, âgé de 9 ans.

« Le but n’est pas de rem­pla­cer son père, mais de faire des ac­ti­vi­tés avec lui, de lui chan­ger les idées et de l’épau­ler », té­moigne-t-il.

« Je lui donne des conseils, si Ethan a des pro­blèmes à l’école. On peut aus­si s’ap­pe­ler quand on ne se voit pas s’il en res­sent le be­soin. Je me suis beau­coup at­ta­ché à lui, c’est un gar­çon très in­tel­li­gent », ex­plique ce re­pré­sen­tant des ventes.

Ni­co­la et Ethan mul­ti­plient les ac­ti­vi­tés ex­té­rieures et se re­trouvent un di­manche sur deux.

Le gar­çon est tou­jours pres­sé de voir son Grand Frère.

« Je pro­pose deux ou trois ac­ti­vi­tés que j’ai­me­rais faire avec Ni­co­la et il de­mande à ma­man si c’est OK. Ce que je pré­fère, c’est quand on va voir des pra­tiques de soc­cer entre gars, car je n’ai pas de frères et soeurs pour ça », dit-il avec en­train.

FI­GURE PA­TER­NELLE

Mère cé­li­ba­taire, Che­rine Ha­mam a eu re­cours à une in­sé­mi­na­tion ar­ti­fi­cielle lors­qu’elle était âgée de 37 ans. Son fils Cé­dric a un grand frère de­puis plus de quatre ans.

« Je vou­lais que mon fils ait une fi­gure pa­ter­nelle, vu qu’il n’a pas de père. Cé­dric est ado­les­cent et les ques­tions exis­ten­tielles ar­rivent. Il peut donc se confier à Guy, son Grand Frère », ex­plique la femme de 50 ans.

Elle sou­ligne que la pré­sence d’un men­tor mas­cu­lin convient d’au­tant plus que son fils est at­teint d’un TDAH.

« Ce n’est pas évident d’éle­ver seule un en­fant avec ce trouble, re­con­naît-elle. Avec son tem­pé­ra­ment bouillon­nant, mon fils me de­mande une grande éner­gie. »

Cé­dric a at­ten­du huit mois avant d’être ju­me­lé à un Grand Frère.

En moyenne, les gar­çons doivent pa­tien­ter un an et les filles, trois mois.

UNE FIER­TÉ

« Guy n’a pas d’en­fant et a ren­con­tré mon fils une pre­mière fois. On a eu de la chance, ils se sont bien en­ten­dus tout de suite. À 18 ans, les jeunes n’ont plus ac­cès au ser­vice des Grands Frères, mais eux, ils vont conti­nuer à com­mu­ni­quer, c’est cer­tain », constate Ché­rine Ha­mam.

Guy a une qua­ran­taine d’an­nées et tra­vaille au Cirque du So­leil. Il a trans­mis à son Pe­tit Frère la pas­sion du cirque et l’em­mène à la moindre oc­ca­sion.

« L’autre fois, je jouais avec mes co­pains et Guy est ar­ri­vé. On al­lait au cirque. J’étais tel­le­ment fier ! J’ai dit à tout le monde que mon Grand Frère ar­ri­vait », re­late Cé­dric.

« C’est comme s’il fai­sait par­tie de la fa­mille. De­puis quatre ans, les conver­sa­tions ont chan­gé. Je com­mence à po­ser des ques­tions sur la vie », dit l’ado.

PHO­TO COURTOISIE

Une belle com­pli­ci­té s’est tout de suite ins­tal­lée entre Ni­co­la Mo­na­co et son pe­tit frère Ethan. Les éclats de rire fu­saient dé­jà en avril 2017 lors de leur pre­mière ren­contre. Ils étaient aux Grands Frères et Grandes Soeurs, rue Ho­che­la­ga, à Mon­tréal.

CHE­RINE HA­MAM Mère de Cé­dric

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.