Le garde-man­ger de Mon­tréal sous pres­sion

On dé­nonce le dé­zo­nage de terres agri­coles pour les dé­ve­lop­peurs im­mo­bi­liers

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - ANNE CA­RO­LINE DES­PLANQUES

Des maires pro­cèdent à un dé­zo­nage in­quié­tant de terres agri­coles dans la ré­gion de Mon­tréal pour faire plai­sir aux pro­mo­teurs im­mo­bi­liers à la veille des élec­tions mu­ni­ci­pales, dé­noncent agri­cul­teurs et éco­lo­gistes.

« Il faut ces­ser cette di­la­pi­da­tion ir­res­pon­sable de notre garde-man­ger », lance le pré­sident de l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA), Mar­cel Gro­leau.

Près de 2000 hec­tares des terres agri­coles par­mi les plus fer­tiles de la pro­vince, dans les villes de la cou­ronne nord et sud de Mon­tréal, font ac­tuel­le­ment l’ob­jet de de­mandes dé­zo­nage, d’après les cal­culs de l’UPA.

AU­TO­ROUTE 30

« C’est comme si en pé­riode d’élec­tions on pou­vait pro­mettre toutes sortes de choses à des pro­mo­teurs », s’in­digne Ka­rel May­rand, de la Fon­da­tion Da­vid Su­zu­ki.

L’UPA in­dique que le phé­no­mène est par­ti­cu­liè­re­ment criant le long de l’au­to­route 30, sur la Rive-Sud de Mon­tréal, où le pro­jet de loi 85 pré­voit de conver­tir plus de 600 hec­tares de terres culti­vables en terres construc­tibles.

L’ob­jec­tif est no­tam­ment de faire de la ré­gion une plaque tour­nante du trans­port de mar­chan­dises, une pro­messe qui est dans l’air de­puis plus d’une dé­cen­nie. Qué­bec es­time que ce dé­ve­lop­pe­ment pour­rait créer 30 000 em­plois, dont 12 000 dans la ré­gion.

SPÉ­CU­LA­TION

Dé­jà, plus 90 % du ter­ri­toire vi­sé par le pro­jet de loi 85 est aux mains de pro­mo­teurs et non d’agri­cul­teurs, bien qu’il soit tou­jours zo­né agri­cole, in­dique M. May­rand.

C’est aus­si le cas à La­val où près de la moi­tié des terres agri­coles n’ap­par­tient pas à des culti­va­teurs, mais à des pro­mo­teurs, des dé­ve­lop­peurs ou des com­pa­gnies à nu­mé­ro, d’après une étude du Con­seil ré­gio­nal de l’environnement.

« On est dans une lo­gique de spé­cu­la­tion, ex­plique M. May­rand. Des en­tre­prises sont as­sises sur des terres agri­coles et at­tendent le dé­zo­nage pour faire de l’ar­gent. »

Or les terres agri­coles ne sont pas « une zone en at­tente de dé­ve­lop­pe­ment », mais « une ri­chesse à pro­té­ger », in­siste M. Gro­leau.

PE­TITS PRO­DUC­TEURS

« Se nour­rir est l’un des fon­de­ments de la vie. La crise cli­ma­tique ne va qu’exa­cer­ber l’en­jeu de la pro­duc­tion agri­cole », ren­ché­rit le di­rec­teur d’Équi­terre, Ste­ven Guil­beault.

M. Guil­beault sou­ligne qu’un grand nombre de fa­milles de Mon­tréal sont nour­ries par de pe­tits pro­duc­teurs de la ré­gion, dont les terres sont sous pres­sion.

C’est le cas à Les Cèdres, près de Vau­dreuil.

« Sur le rang voi­sin, il y en a plu­sieurs qui ont été ex­pro­priés pour une gare in­ter­mo­dale qui n’a ja­mais vu le jour », in­dique Fré­dé­ric Thé­riault, de la Co­opé­ra­tive Tourne-Sol.

Pen­dant ce temps, le ma­raî­cher doit se dé­me­ner de­puis des mois de­vant la Com­mis­sion de pro­tec­tion du ter­ri­toire agri­cole pour faire l’ac­qui­si­tion d’une pe­tite par­celle cinq hec­tares.

PHO­TO COUR­TOI­SIE

À la co­opé­ra­tive agri­cole Tourne-Sol, près de Vau­dreuil, on craint que le dé­ve­lop­pe­ment ur­bain gruge les fer­tiles terres agri­coles. Cette ferme bio­lo­gique pro­duit des lé­gumes, des fleurs, des fines herbes et des se­mences.

MAR­CEL GRO­LEAU Pré­sident UPA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.