La crise des opioïdes at­teint la ville de La­val

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - VINCENT LARIN

La crise des opioïdes frappe aus­si à La­val où au moins 10 sur­doses, dont cinq mor­telles, ont eu lieu de­puis juin.

Deux des sur­doses mor­telles ont pu être re­liées au fen­ta­nyl, in­dique la Di­rec­tion de la san­té pu­blique (DSP) de La­val, qui sonne l’alarme.

L’équi­valent de deux grains de sel de cette sub­stance hau­te­ment toxique peut pro­vo­quer la mort.

« C’est in­quié­tant, sur­tout qu’il s’agit d’une si­tua­tion nou­velle », ex­plique l’ad­joint à la DSP de La­val, Alexandre St-De­nis.

Plu­sieurs com­pri­més ven­dus au mar­ché noir peuvent conte­nir du fen­ta­nyl et il est pos­sible que les consom­ma­teurs en in­gèrent à leur in­su, s’in­quiète-t-il. C’est le cas, entre autres, de cer­tains com­pri­més de PERCOCET, de CDN/80 et de Grey Death, des drogues illi­cites.

PO­LICE EN ALERTE

Le Ser­vice de po­lice de La­val est éga­le­ment sur un pied d’alerte de­puis la sai­sie de drogues conta­mi­nées au fen­ta­nyl sur son ter­ri­toire.

« Ac­tuel­le­ment, on de­mande aux hô­pi­taux de nous si­gna­ler toute si­tua­tion où il y a sus­pi­cion que la per­sonne ait consom­mé des opioïdes », in­dique Alexandre St-De­nis.

Les don­nées en lien avec les sur­doses ont pu être re­cueillies grâce à une en­quête épi­dé­mio­lo­gique me­née par la DSP du Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux de La­val de­puis le 13 oc­tobre.

La DSP re­com­mande aux consom­ma­teurs d’opioïdes de ne pas en prendre seuls, d’ap­pe­ler le 911 dès l’ap­pa­ri­tion de symp­tômes de sur­dose et d’avoir à leur dis­po­si­tion de la na­loxone, l’an­ti­dote au fen­ta­nyl.

AN­TI­DOTE GRA­TUIT PAR­TOUT

D’ailleurs, les proches de consom­ma­teurs d’opioïdes pour­ront se pro­cu­rer gra­tui­te­ment dès au­jourd’hui la na­loxone qu’ils pour­ront ad­mi­nis­trer en cas de sur­dose.

Le gou­ver­ne­ment Couillard a an­non­cé hier ma­tin que le pro­duit se­ra dis­po­nible dans les 1900 phar­ma­cies du Qué­bec.

« Es­sen­tiel­le­ment, le mé­di­ca­ment se­ra of­fert à toute per­sonne qui a plus de 14 ans, de fa­çon gra­tuite, qui est éli­gible à la cou­ver­ture de l’as­su­rance ma­la­die du Qué­bec, donc qui a une carte d’as­su­rance ma­la­die », a ex­pli­qué le mi­nistre de la San­té, Gaé­tan Bar­rette.

Tou­te­fois, une per­sonne en dé­tresse qui se pré­sen­te­rait sans carte d’as­su­rance ma­la­die, no­tam­ment un sans-abri, pour­rait éga­le­ment ob­te­nir le pro­duit, a-t-il as­su­ré.

Qué­bec pré­voit un bud­get d’en­vi­ron 200 000 $ pour four­nir la na­loxone aux usa­gers de la pro­vince. — Avec la col­la­bo­ra­tion de Pa­trick

Bel­le­rose, Bu­reau par­le­men­taire

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.