Do­nald Trump sous le charme chi­nois

Le Journal de Montreal - - MONDE - Loïc Tas­sé

Les di­ri­geants de la Chine com­mu­niste sont de­puis long­temps pas­sés maîtres dans l’art de sé­duire les Oc­ci­den­taux.

Des élus et des in­tel­lec­tuels par­mi les plus pres­ti­gieux ont fait l’éloge du pays alors qu’il tra­ver­sait des mo­ments sombres de son his­toire. Les pro­grès éco­no­miques de la Chine sont in­dé­niables. Mais l’om­ni­pré­sence du Par­ti com­mu­niste chi­nois dans les af­faires est elle aus­si in­dé­niable. Sur­tout, le pays et en train de re­de­ve­nir un en­fer to­ta­li­taire. Qu’im­porte, Do­nald Trump est sous le charme. Il ex­cuse tous les com­por­te­ments des Chi­nois. 1 Comment Trump ex­cuse-t-il la Chine ? Symp­tôme de sa fas­ci­na­tion, Trump a dé­cla­ré hier : « Je ne blâme pas la Chine – après tout qui peut blâ­mer un pays pour ti­rer pro­fit d’un autre pays au bé­né­fice de ses ci­toyens… J’en donne le cré­dit com­plet à la Chine ». Fi­nis les ac­cu­sa­tions de ma­ni­pu­la­tions de la mon­naie, de dé­fi­cit com­mer­cial in­to­lé­rable ou de contrôle des in­ves­tis­se­ments par le Par­ti com­mu­niste chi­nois. Pour­quoi la Co­rée du Sud, le Ja­pon ou le Mexique, qui gé­nèrent tous des dé­fi­cits com­mer­ciaux bien moindres que ce­lui de la Chine, ne bé­né­fi­cient-ils pas de cette ex­cuse ? Mystère. 2 Trump a-t-il réus­si de bons coups com­mer­ciaux ? Le pré­sident Trump se vante d’avoir si­gné des contrats de 253 mil­liards $ avec la Chine. Pour le mo­ment, il est im­pos­sible de sa­voir dans quelle me­sure ces contrats sont des en­tentes fermes ou de simples pro­messes d’achat. Cer­tains d’entre eux s’étalent sur une pé­riode de 20 ans. Au to­tal, en termes an­nuels, Trump a réus­si à rap­por­ter au maxi­mum 30 mil­liards de dol­lars en contrats aux États-Unis. Rien de bien dé­ci­sif, quand on sait que le dé­fi­cit com­mer­cial des États-Unis avec la Chine connaît cette an­née une crois­sance de 8 %. Une crois­sance qui de­vrait por­ter ce dé­fi­cit à en­vi­ron 400 mil­liards en 2017. 3 Qu’en est-il de la Co­rée du Nord ? Le gou­ver­ne­ment chi­nois ne cherche pas ac­ti­ve­ment à ré­soudre le pro­blème. Il a même ai­dé la Co­rée du Nord à se dé­ve­lop­per. Trump n’a rien ob­te­nu de si­gni­fi­ca­tif. Il a sim­ple­ment ex­hor­té le gou­ver­ne­ment chi­nois à tra­vailler plus fort pour trou­ver une so­lu­tion. 4 Qu’en est-il des droits de la per­sonne ? Trump a gar­dé le si­lence sur les vio­la­tions des droits de la per­sonne en Chine. Or, le ré­gime chi­nois évo­lue vers une nou­velle forme de to­ta­li­ta­risme qui peut être qua­li­fiée de « cy­ber­to­ta­li­ta­risme ». C’est que d’ici trois ans, tous les Chi­nois re­ce­vront une note de conduite. Cette note re­flé­te­ra leur de­gré d’adhé­sion aux po­li­tiques du gou­ver­ne­ment. Plus leur note se­ra éle­vée, plus les gens au­ront une vie agréable. Ils pour­ront se pro­cu­rer les billets de « pre­mière classe », payer moins d’im­pôts, bé­né­fi­cier de meilleurs taux d’em­prunt à la banque, ob­te­nir cer­tains em­plois, etc. Pour at­tri­buer cette note, le gou­ver­ne­ment pas­se­ra en re­vue toutes les com­mu­ni­ca­tions des gens sur in­ter­net. Pire, tous les adultes de­vront four­nir un échan­tillon de leur voix. Il se­ra ain­si pos­sible d’es­pion­ner par or­di­na­teur toutes les conver­sa­tions, dans n’im­porte quel lieu, et de mal no­ter ou de pu­nir ceux qui cri­tiquent le gou­ver­ne­ment. 5 Où va la Chine ? D’ici sept ans, l’éco­no­mie chi­noise de­vrait être 50 % plus grande que celle de celle des États-Unis, en pa­ri­té de pou­voir d’achat. Elle de­vrait re­pré­sen­ter en­vi­ron 30 % de l’éco­no­mie mon­diale. Les Chi­nois de­vraient pos­sé­der un ar­me­ment au moins aus­si avan­cé que ce­lui des États-Unis. Pen­dant ce temps, les États-Unis sont di­ri­gés par un homme men­ta­le­ment dé­ran­gé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.