La fac­ture des congés ad­di­tion­nels aux sa­la­riés re­fi­lée aux consom­ma­teurs

Le Journal de Montreal - - ARGENT - DIANE TREM­BLAY

Près de 52 % des PME es­timent que l’oc­troi de jours de congé ad­di­tion­nels, comme l’en­vi­sage le gou­ver­ne­ment du Qué­bec, oc­ca­sion­ne­rait une hausse du prix de leurs pro­duits ou de leurs ser­vices.

La Fé­dé­ra­tion ca­na­dienne de l’en­tre­prise in­dé­pen­dante (FCEI) sou­tient que la ré­forme à ve­nir des normes du tra­vail au­ra des im­pacts, et elle de­mande au gou­ver­ne­ment de pré­voir des me­sures com­pen­sa­toires pour les PME.

« DES IM­PACTS »

La FCEI a son­dé 955 en­tre­pre­neurs du Qué­bec pour connaître leurs pré­oc­cu­pa­tions face à cette ques­tion. Des groupes de pres­sion ré­clament l’ajout de cinq jours de congé sup­plé­men­taires, après un an de ser­vice, alors que la loi pré­voit ac­tuel­le­ment deux se­maines.

« C’est sûr qu’il y au­ra des im­pacts, par­ti­cu­liè­re­ment chez les pe­tites en­tre­prises qui n’ont pas la so­li­di­té fi­nan­cière ou la flexi­bi­li­té in­terne pour faire face à des coûts ad­di­tion­nels et aux contraintes en­gen­drées », dit Mar­tine Hébert, vice-pré­si­dente prin­ci­pale à la FCEI.

Au Qué­bec, le coût éco­no­mique d’une jour­née de tra­vail dans le sec­teur pri­vé s’élève à en­vi­ron 500 M$, se­lon la FCEI.

Une mi­no­ri­té d’en­tre­pre­neurs (7 %) est d’avis que cette me­sure per­met­trait de ré­duire l’ab­sen­téisme et qu’elle contri­bue­rait à aug­men­ter la pro­duc­ti­vi­té au tra­vail (4 %).

« Jus­qu’à ce que l’On­ta­rio an­nonce qu’il va nous rat­tra­per, le Qué­bec a tou­jours été plus gé­né­reux en termes de va­cances et de jours de congé, alors que la pro­duc­ti­vi­té du Qué­bec a tou­jours été in­fé­rieure. Je ne vois pas comment, tout d’un coup, comme par ma­gie, on in­ver­se­rait cette ten­dance-là.

« C’est sûr que si on de­mande aux gens “vou­lez-vous plus de va­cances ?”, je ne connais pas grand monde qui va dire non », ajoute Mme Hébert.

DÉDOMMAGEMENT DE­MAN­DÉ

Près de 95 % des PME es­timent qu’en cas d’ajout de jours de congés ou de va­cances obli­ga­toires payés, les em­ployeurs de­vraient être dé­dom­ma­gés par des ré­duc­tions de taxes et d’im­pôts.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.