« Le plus gros com­bat de ma car­rière »

– Ar­tur Be­ter­biev

Le Journal de Montreal - - SPORTS - MA­THIEU BOU­LAY

De­puis qu’il a quit­té les rangs de l’équipe na­tio­nale de la Russie, Ar­tur Be­ter­biev rêve au mo­ment qui l’at­tend de­main soir en Ca­li­for­nie : un com­bat de cham­pion­nat du monde. Même s’il est grand fa­vo­ri pour l’em­por­ter, le Mon­tréa­lais d’ori­gine tchét­chène garde les deux pieds sur terre.

Joint par Le Jour­nal, Be­ter­biev (11-0, 11 K.-O.) n’est pas du style à pa­voi­ser. Il veut que son tra­vail soit ef­fec­tué dans le ring avant de par­ler d’une conquête ou de ses pro­jets d’ave­nir.

« C’est le plus gros com­bat de ma car­rière, a af­fir­mé Be­ter­biev lors d’une en­tre­vue té­lé­pho­nique. Je suis en grande forme et je suis plei­ne­ment concen­tré sur mon ob­jec­tif. J’ai l’in­ten­tion de dé­mon­trer toutes mes ha­bi­le­tés lors de ce duel. »

Même s’il n’en se­ra qu’à son 12e com­bat chez les pro­fes­sion­nels, le puis­sant co­gneur est le grand fa­vo­ri pour vaincre fa­ci­le­ment l’Al­le­mand En­ri­co Koel­ling (23-1, 6 K.-O.). Un rôle dans le­quel il semble confor­table.

« Pour être hon­nête, je ne pense pas à ces choses-là, a in­di­qué Be­ter­biev. Je ne me laisse pas dé­ran­ger par les élé­ments ex­té­rieurs à mon com­bat de sa­me­di. Après tout, je ne suis pas un pe­tit nou­veau dans le monde de la boxe.

« Rien ne pour­ra me faire perdre ma concen­tra­tion sur mon ob­jec­tif ul­time. C’est la même chose que d’ha­bi­tude. »

Son en­traî­neur Marc Ram­say es­time que cette éti­quette ne met au­cune pres­sion sup­plé­men­taire sur les épaules de son pro­té­gé.

« Ar­tur est très froid par rap­port à ce­la, a-til af­fir­mé. Il sait qu’il a un bou­lot à ac­com­plir avant de pou­voir fes­toyer. »

Si Be­ter­biev sou­lève la cein­ture IBF des mi-lourds, il de­vien­dra le troi­sième boxeur de Ram­say à être sa­cré cham­pion du monde après Jean Pas­cal (2009) et Da­vid Lemieux (2015).

UN AD­VER­SAIRE COM­PLI­QUÉ

Plu­sieurs ob­ser­va­teurs et ama­teurs s’at­tendent à un knock-out ra­pide de Be­ter­biev qui semble dans une autre ligue que celle de Koel­ling. Ce­pen­dant, l’en­traî­neur du pu­gi­liste de 32 ans met tout le monde en garde.

« C’est un ad­ver­saire qui pos­sède une très bonne dé­fen­sive et le duel pour­rait du­rer plus long­temps que les gens peuvent le pen­ser, a sou­li­gné Ram­say. Koel­ling est très fer­mé et Ar­tur de­vra trou­ver des angles pour l’at­teindre tout en se pro­té­geant.

« Mon boxeur res­pecte tou­jours ses ad­ver­saires et il ne veut pas de ca­deaux. »

LA CLASSE DE TOP RANK

Cette se­maine, Be­ter­biev est dans une po­si­tion par­ti­cu­lière. Il se­ra en ac­tion dans un ga­la où il n’a pas de contrat avec le pro­mo­teur qui pré­sente la carte.

On se sou­vient que Top Rank a mis la main sur les droits du com­bat lors d’un ap­pel d’offres te­nu en juillet der­nier. Bob Arum et son équipe cher­chaient avant un duel de qua­li­té pour le dif­fu­ser sur les ondes d’ESPN avec qui ils ont ré­cem­ment conclu une en­tente fa­ra­mi­neuse.

« On a été ac­cueilli en rois de­puis notre ar­ri­vée, a sou­li­gné Ram­say. Ce n’est pas la pre­mière fois que je vois la classe de cette or­ga­ni­sa­tion. C’est tou­jours ro­dé au quart de tour et il n’y a ja­mais place à l’im­pro­vi­sa­tion.

« Brad Good­man et Carl Mo­ret­ti sont deux ex­cel­lents hommes de boxe et c’est plai­sant de tra­vailler avec eux. »

PHO­TO D’AR­CHIVES

Le boxeur mon­tréa­lais d’ori­gine tchét­chène Ar­tur Be­ter­biev pour­rait de­ve­nir cham­pion du monde IBF de­main, en Ca­li­for­nie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.