Sa­la­riés du PQ payés par les im­pôts

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - CHARLES LE­CA­VA­LIER

Des em­ployés du PQ payés par les fonds pu­blics ont bien ef­fec­tué du tra­vail par­ti­san, conclut le com­mis­saire à l’éthique, qui ne jette tou­te­fois pas de blâme.

« J’ai no­té des ac­ti­vi­tés par­ti­sanes qui ne sont pas as­si­mi­lables à l’exer­cice de la charge par­le­men­taire. Dans cer­tains cas, les ac­ti­vi­tés des agents de liai­son ne sont pas as­si­mi­lables à l’exer­cice de leur charge, elles sont pu­re­ment par­ti­sanes », écrit Jacques Saint-Laurent dans un rap­port pu­blié hier.

Le Bu­reau par­le­men­taire a ré­vé­lé en jan­vier que des em­ployés pé­quistes ef­fec­tuaient du tra­vail par­ti­san alors qu’ils étaient ré­mu­né­rés par l’As­sem­blée na­tio­nale, une pra­tique contro­ver­sée qui semble contre­ve­nir aux règles en vi­gueur.

Ces tra­vailleurs, dont le cel­lu­laire et l’or­di­na­teur étaient four­nis par le Par­ti qué­bé­cois, uti­li­saient une adresse cour­riel « pq.org », une si­tua­tion in­ha­bi­tuelle et ju­gée in­ap­pro­priée par M. Saint-Laurent. Pour se dé­fendre, ils ont af­fir­mé au com­mis­saire qu’ils re­cou­raient éga­le­ment à une adresse rat­ta­chée aux ser­veurs de l’As­sem­blée na­tio­nale.

Ils n’avaient pas tout dit. « […], nous avons ap­pris que ces adresses ont toutes été créées à la fin du mois de jan­vier 2017, après le dé­but de l’en­quête », note M. Saint-Laurent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.