Ma­rie-Thé­rèse Fortin

Le Journal de Quebec - CASA - - FRONT PAGE -

Quel pri­vi­lège tout de même de pou­voir ren­con­trer chaque se­maine les per­sonnes que j’es­time tant, comme la co­mé­dienne Ma­rie-Thé­rèse Fortin, porte-pa­role du ché­quier cultu­rel La Grande Sai­son qui est une for­mi­dable op­por­tu­ni­té de dé­cou­vrir le monde cultu­rel dans les dis­ci­plines du théâtre, de la danse, du cirque, de la mu­sique…

Cette mer­veilleuse co­mé­dienne est aus­si une vé­ri­table épi­cu­rienne.

S’adres­sant à son attaché de presse; «Dis à Thier­ry n’im­porte quel res­to, mais sur­tout pas du bou­din».

Donc, n’ayant au­cu­ne­ment en­vie de faire ma tête de co­chon, je dé­cide de l’in­vi­ter dans l’un des meilleurs res­tau­rants de la pro­vince, La Chro­nique, à Mon­tréal.

Q Ma­rie Thé­rèse, je sais que vous êtes une épi­cu­rienne, comme me l’a confir­mé votre par­te­naire de jeux dans Mé­moires vives, Mi­reille Deyglun. Vous ap­por­tiez même des re­pas aux co­mé­diennes du spec­tacle Les Belles-Soeurs. Ça vient d’où cette pas­sion?

R «Nous étions une grande fa­mille, dix en­fants, ça en fait de la nour­ri­ture pour tout le monde. Re­gar­der ma maman faire toute cette cui­sine me fas­ci­nait. Je pense que j’ai ce­la en moi, j’aime être en­tou­rée de beau­coup de monde et leur pré­pa­rer un grand re­pas. En fait, c’est de l’amour tout ça», me dit Ma­rie-Thé­rèse avec de la ten­dresse dans les yeux.

Q Bon alors, ré­glons une chose tout de suite, c’est quoi l’his­toire avec le bou­din?

R «Mon père avait une ferme agri­cole qui fai­sait aus­si bou­che­rie, et de voir toute pe­tite le sang du co­chon, c’était dif­fi­cile. De­puis, le bou­din, ce n’est pas pour moi, mais j’adore tout le reste!», me dit Ma­rie-Thé­rèse en dé­gus­tant le mer­veilleux foie gras que le chef vient de nous ap­por­ter.

Q J’ima­gine que vous avez vos coups de coeur res­tos?

R «Oui, je suis une bonne cliente comme on dit. J’adore tou­jours al­ler à L’Ex­press man­ger le foie de veau ou le sau­mon au cer­feuil. Man­ger la bur­ra­ta chez Gra­ziel­la. La cui­sine fine de chez Toqué. Les bons su­shis de chez Mi­ka­do. La cui­sine sa­vou­reuse de He­le­na au Por­tus calle ou la for­mi­dable cui­sine créa­tive de Co­lombe St Pierre au Bic. Il y a tel­le­ment de bonnes tables au Qué­bec!»

Q Vous pro­fi­tez de vos voyages pour dé­cou­vrir la cui­sine lo­cale?

R «Il y a deux ans, avec mon ma­ri, nous avons fait l’ouest de la France, de la Bre­tagne à la val­lée de la Loire en vé­lo. Mon ma­ri est pas­sion­né de vé­lo et moi de gas­tro­no­mie, nous avons pu faire les deux. C’était mer­veilleux! Avec en prime, la dé­pense de calories à chaque jour, lorsque nous tra­ver­sions de mer­veilleux vil­lages. C’est in­croyable ce que nous avons bien man­gé!»

Q Avez-vous des sou­ve­nirs d’en­fance cu­li­naires?

R «Des tonnes et des tonnes! Comme la poule po­chée, le ci­pâte, le bon bouilli, le pain mai­son, les fa­meuses ga­lettes de Co­lette, ma mère ado­rée.»

Q C’est quoi ces fa­meuses ga­lettes de Co­lette?

R «Des ga­lettes à la mé­lasse avec une ge­lée de pom­mette, du gin­gembre et de la can­nelle. Lorsque nous en fai­sions, il y en avait par­tout dans la mai­son. C’était beau­coup de tra­vail, mais mon dieu que c’était bon. Je pense même que mon ma­ri est de­ve­nu amou­reux des ga­lettes de Co­lette avant de tom­ber amou­reux de moi.»

Q Et vous, lorsque vous vou­lez gâ­ter vos in­vi­tés, vous faites quoi?

R «Un po­tage aux cham­pi­gnons, comme un cap­puc­ci­no, puis un bon jar­ret de veau brai­sé au mus­cat, que j’ac­com­pagne avec une pu­rée de pa­nais ou un gra­tin dau­phi­nois.

Pour conclure, une tarte Ta­tin ou un ci­pâte aux fram­boises. Un des­sert que je sers de temps en temps et dont mes amis raf­folent.»

Ma­rie-Thé­rèse m’ex­plique les étapes et je sa­live. «Une couche de pâte, une couche de fram­boises, puis je cuis, en­suite, je ra­joute une couche de pâte et de fram­boises et je

cuis en­core…» Ça l’air bon à mou­rir, je vais l’es­sayer!

Q Cô­té vin?

R «J’aime les bulles et le Cha­blis»

Q Vos bou­tiques gour­mandes pré­fé­rées?

R «Vo­lailles et Gi­biers Fer­nan­do sur la rue Roy à Mon­tréal. C’est for­mi­dable. La qua­li­té des pro­duits est exemplaire. Je prends aus­si les pa­niers de lé­gumes et fruits du Jar­din des Anges. C’est bio et par­fait aus­si.»

Q Votre cui­sine pré­fé­rée?

R «Tous les plats mi­jo­tés, car ce­la me per­met de pas­ser plus de temps avec mes in­vi­tés, en plus, ça sent tel­le­ment bon dans la mai­son. Il y a quelque chose de ré­con­for­tant.»

Pour avoir toutes les in­for­ma­tions sur La Grande Sai­son, ren­dez-vous sur le site : http://la­gran­de­sai­son.com

Notre ren­contre a eu lieu au res­tau­rant La Chro­nique

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.