UNE ÉMIS­SION COMME CELLE-LÀ ME TOUCHE beau­coup

— RENÉANGÉLIL, LE DI­REC­TEUR DE L’ACA­DÉ­MIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS - Mi­chelle Cou­dé-lord MCLORD@JOUR­NALMTL.COM

MON­TRÉAL | À une se­maine du dé­but de la cin­quième édi­tion de

Star Aca­dé­mie, son di­rec­teur, le cé­lèbre ma­na­ger Re­né An­gé­lil, nous dit pour­quoi il ac­cepte de plon­ger à nou­veau dans cette aven­ture. La ré­ponse est toute simple, « ça nour­rit ma pas­sion. Moi, j’aime le showbusiness », confie-t-il dans une en­tre­vue ex­clu­sive.

Nous sommes tôt mar­di ma­tin. Re­né An­gé­lil est au bout du fil, en di­rect de Nassau où il par­ti­ci­pait cette se­maine à un tour­noi de po­ker « pour se re­po­ser », as­sure-t-il. Il nous parle avec res­pect des jeunes, de Cé­line bien sûr, de son mé­tier, de la grande qua­li­té de la pro­duc­tion qué­bé­coise de Star Aca­dé­mie, « la meilleure au monde », af­firme-t-il, sans au­cune hé­si­ta­tion, ain­si que de l’amour du pu­blic.

« Je me sou­viens, il y a 50 ans, nous cour­rions les concours ama­teurs, par­fois nous en fai­sions trois dans la même jour­née et nous étions si heu­reux. Je vois la même joie chez ces jeunes aca­dé­mi­ciens. Ça me rap­pelle ma jeu­nesse. Une émis­sion comme celle-là me touche beau­coup. Les en­jeux ne sont tou­te­fois plus les mêmes, car au­jourd’hui, à cause des com­mu­ni­ca­tions, ils ont ac­cès à des car­rières in­ter­na­tio­nales. Star Aca­dé­mie leur donne une vi­si­bi­li­té in­croyable », dit-il d’em­blée.

TRA­VAIL, CONCEN­TRA­TION, TRA­VAIL

Le di­rec­teur de l’aca­dé­mie, re­cru­té par l’au­da­cieuse pro­duc­trice Ju­lie Sny­der en 2009, en­tend bien dire les vraies af­faires à ces jeunes qui rêvent d’une car­rière dans le showbusiness.

« Star Aca­dé­mie, c’est une route qui leur est of­ferte, mais on leur montre aus­si la dis­ci­pline, le tra­vail, l’achar­ne­ment. La voix, c’est l’ou­til, mais il faut en prendre bien soin et ça de­mande beau­coup de sa­cri­fices et de tra­vail si on veut réus­sir. Au fait, te rendre au som­met comme Cé­line ça de­mande bien des choses à part le ta­lent. Il faut être constam­ment concen­tré sur ce qu’on a à faire, sa­voir gar­der le fo­cus. C’est cru­cial. »

On lui sug­gère alors qu’il faut éga­le­ment un bon ma­na­ger… il ré­pond hum­ble­ment en riant « ça ne nuit pas. »

Quel im­pact a la réus­site de Cé­line sur ces jeunes as­pi­rants ? « Une su­perbe in­fluence, mais ça me per­met de leur rap­pe­ler constam­ment que chez les plus grands, c’est jus­te­ment la dis­ci­pline ex­tra­or­di­naire de tra­vail au quo­ti­dien qui fait la dif­fé­rence, et sur­tout qui leur per­met de se sur­pas­ser dans les plus grands mo­ments, là où il y a le plus de pres­sion. Dans le monde, tous ceux qui sont dans le mé­tier du show-bu­si­ness s’ac­cordent pour van­ter la dis­ci­pline in­com­pa­rable et in­croyable de Cé­line, même ceux qui ne par­tagent pas les mêmes goûts ar­tis­tiques »

« UN TREM­PLIN EX­TRA­OR­DI­NAIRE »

Le di­rec­teur de l’aca­dé­mie ne cache pas que ces jeunes ont énor­mé­ment de pres­sion.

« Ils sont 5 000 qui se pré­sentent aux au­di­tions, 20 d’entre eux sont choi­sis et six sont éli­mi­nés dès le pre­mier soir. Dans ce sens-là, c’est plus dif­fi­cile que dans notre temps. Mais cette émis­sion les force à voir tout le tra­vail qui se cache der­rière leur rêve ac­ces­sible, car ils voient au­jourd’hui les Maxime Lan­dry, Ma­rie-mai, Ma­rie-élaine Thi­bert et tous les autres, avoir de belles car­rières et du suc­cès en France, et vivre de leur rêve. Et il est bon de rap­pe­ler que Ma­rie-mai ne fut pas la ga­gnante à Star Aca­dé­mie, mais elle a su bien pro­fi­ter du trem­plin que cette émis­sion pou­vait lui don­ner. Star Aca­dé­mie, c’est une tri­bune for­mi­dable pour te faire connaître et pour nour­rir ta pas­sion, et moi j’aime as­sis­ter au dé­but de belles car­rières dans le showbusiness », nous dit Re­né avec l’en­thou­siasme du dé­bu­tant, même après plus de 50 ans de mé­tier.

Et le di­rec­teur ex­pé­ri­men­té de conclure « Star Aca­dé­mie, c’est un phé­no­mène ex­tra­or­di­naire de po­si­ti­visme. Ça nour­rit tes rêves. Les jeunes sont chan­ceux, mais moi aus­si je me trouve tout aus­si choyé et chan­ceux d’être té­moins de leur dé­but dans ce mé­tier ex­tra­or­di­naire. C’est un par­tage et une com­mu­nion par­faite avec le pu­blic qui, faut le rap­pe­ler, est le mo­teur de la vie d’un ar­tiste ».

Star Aca­dé­mie dé­bute le di­manche 22 jan­vier à TVA à 19 h 30.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.