RE­TOUR au ber­cail FUN

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

Ga­gnante de Ca­na­dian Idol avec les lau­riers ré­ser­vés au vain­queur en 2006, et avec deux al­bums an­glo­phones à son ac­tif, la Qué­bé­coise Eva Avila a ju­gé qu’il était main­te­nant temps de se faire une niche dans sa pro­vince na­tale et de chan­ter dans sa langue ma­ter­nelle.

De­puis un an, la jeune femme de 24 ans a éta­bli ses quar­tiers à Mon­tréal après avoir pas­sé les quatre der­nières an­nées à Toronto. Elle mul­ti­plie les ren­contres dans le mi­lieu ar­tis­tique afin de bâ­tir l’équipe qui lui per­met­tra d’en­re­gis­trer un pre­mier al­bum en fran­çais.

« J’ai tra­vaillé avec Cor­neille, avec qui j’ai fait trois ou quatre chan­sons. J’ai tra­vaillé aus­si avec Ma­rie-mai et Fred St-ge­lais. Je m’ap­prête aus­si à peut-être tra­vailler avec Roch Voi­sine, qui m’a ap­pro­chée l’au­tomne der­nier. Ce se­rait ex­tra­or­di­naire. Ça fait un an que j’ex­plore pour trou­ver mon son mu­si­cal, ce­lui qui va me col­ler et dans le­quel je vais me sen­tir bien. »

Ce re­tour au ber­cail était le bien­ve­nu aux yeux de l’ar­tiste ori­gi­naire de Ga­ti­neau.

« J’ai la bou­geotte fa­ci­le­ment alors après quatre ans à Toronto, j’avais en­vie de chan­ger d’air un peu, de pas­ser à autre chose. (...) J’ai­me­rais tra­vailler au Qué­bec un bout de temps. Je suis Qué­bé­coise, mais beau­coup de gens ne savent même pas que je parle fran­çais. On ne peut pas les blâ­mer parce que mes deux pre­miers al­bums ( So­mew­here Else et Give Me The Mu­sic) étaient en an­glais et que je me suis fait connaître au Ca­na­da an­glais avant le Qué­bec. Je me dois ça à moi et à mon pu­blic qui veut m’en­tendre en fran­çais ».

AU THÉÂTRE

Eva Avila n’a ce­pen­dant pas tour­né le dos com­plè­te­ment au Ca­na­da an­glais. Elle passe une se­maine par mois à Toronto, où elle a conser­vé un pied-à-terre. Elle par­ti­ci­pe­ra pro­chai­ne­ment à des au­di­tions pour deux pièces de théâtre.

« Je n’ai pas don­né beau­coup de dé­tails en­core, mais ce sont des sé­ries jeu­nesse. Ça fait un bout de temps que ça existe et ils font un nou­veau cas­ting pour 2012. Je me croise les doigts. »

« J’ai tou­jours vou­lu faire du théâtre, pour­suit-elle. On me connaît à tra­vers la mu­sique, mais de­puis que j’ai six ans je fais du théâtre, de la co­mé­die mu­si­cale. C’est cer­tain que j’ai plus d’ex­pé­rience en chan­son, mais c’est le temps d’ex­plo­rer ça. Au Qué­bec, pa­ral­lè­le­ment, je dis­cute avec des agences et j’ai l’in­ten­tion de faire un peu de théâtre aus­si. »

LES FILLES QUI ONT DU

La chan­teuse conti­nue aus­si de mon­ter sur les planches avec la troupe Girls Wan­na Have Fun en com­pa­gnie de ses amies Éli­sa­beth Blouin-bra­th­waite et An­drée Wat­ters.

« C’est un pro­jet qui a été lan­cé par An­drée il y a quelques an­nées. Quand les gens me de­mandent de dé­crire le spec­tacle, je ré­ponds que c’est un par­ty de filles sur scène. C’est une drôle de coïn­ci­dence parce qu’an­drée et Éli­sa­beth sont des filles que j’ai connues il y a plu­sieurs an­nées grâce à la mu­sique. Éli­sa­beth connais­sait un ami de Ga­ti­neau et a fait des choeurs pour moi quand j’avais 15 ans dans un concours. J’ai fait la pre­mière par­tie d’an­drée au Fes­ti­val des Mont­gol­fières, chez moi, en Ou­taouais, quand j’avais 16 ans. Les gens tripent avec nous. On fait des suc­cès des an­nées 80, du ma­té­riel ori­gi­nal. On s’amuse beau­coup. » Le pro­chain spec­tacle de Girls Wan­na Have Fun au­ra lieu à Qué­bec, au Centre d’art La Cha­pelle, le 21 avril.

PHO­TO LES AR­CHIVES | AGENCE QMI

EVA AVILA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.