LA STAR FRANÇAISE S’AMÈNE ICI VIA STAR ACA­DÉ­MIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@JOUR­NALMTL.COM

MON­TRÉAL | En France, Grégoire est une vé­ri­table star. Il a ven­du plus d’un mil­lion d’exem­plaires de ses deux pre­miers al­bums, il a chan­té en pre­mière par­tie de John­ny Hal­ly­day, au Stade de France, et a col­la­bo­ré avec Jean-jacques Gold­man. Pour ses tout pre­miers pas en sol qué­bé­cois, le chan­teur n’au­rait pu es­pé­rer meilleure vi­trine en voyant sa chan­son Toi + moi être choi­sie comme thème of­fi­ciel de Star Aca­dé­mie 2012. Mais qui est-il ? Le Jour­nal l’a ren­con­tré.

Grégoire au­rait pu être fa­ti­gué, lui qui en­fi­lait les en­tre­vues de­puis deux jours. Mais non, tout sou­riant, il ré­pon­dait avec plai­sir aux ques­tions, comme s’il les en­ten­dait pour la toute pre­mière fois.

« C’est mon pre­mier sé­jour au Qué­bec et je suis très content parce que mes pa­rents ont vé­cu deux ans à Mon­tréal. Ça fai­sait long­temps que je vou­lais ve­nir », dit-il en dé­but d’en­tre­vue, lui qui avait en­ten­du par­ler du hockey, de la neige et du si­rop d’érable.

Grégoire ar­rive au Qué­bec fort de trois an­nées pour le moins mé­mo­rables qu’il vient de vivre, en France. Sa chan­son Toi + moi, choi­sie par Star Aca­dé­mie, est dé­jà ex­trê­me­ment connue outre-mer, et ce, de­puis 2008.

« Elle est sor­tie cette an­née-là en sep­tembre et elle a été la chan­son la plus jouée de l’an­née. C’est de­ve­nu une chan­son de su­per­mar­ché. On peut l’écou­ter en ache­tant ses lé­gumes ou en pre­nant de l’es­sence », dit-il.

CHAN­SON DE MA­RIAGE

La mé­lo­die de cette pièce lui est ve­nue très sim­ple­ment. « Je cher­chais une chan­son joyeuse et en­traî­nante. J’ai com­men­cé par un re­frain et j’ai cher­ché une mé­lo­die. En pen­sant aux pa­roles, j’ai d’abord pen­sé à “You

and me and eve­ryone”. Ma mère étant prof de math, je trou­vais que c’était une belle équa­tion, Toi + moi. »

De­puis, la pièce a été jouée dans « 90 % des ma­riages en France », se­lon le chan­teur. « Elle a une vie in­croyable. Je sais au­jourd’hui qu’elle me sur­vi­vra. »

Lui qui écri­vait des chan­sons de­puis l’âge de 15 ans, Grégoire a étu­dié en langues étran­gères ap­pli­quées, pour faire plai­sir à ses pa­rents. Mais une fois son di­plôme en poche, il s’est mis à tra­vailler plus sé­rieu­se­ment en mu­sique.

C’est alors qu’est ar­ri­vée l’his­toire de My Ma­jor Com­pa­ny, un site Web où les in­ter­nautes pou­vaient mi­ser sur leurs ar­tistes pré­fé­rés. N’ayant rien à perdre, Grégoire a dé­ci­dé d’y mettre ses com­po­si­tions. En quelques se­maines, il ré­col­tait l’ar­gent né­ces­saire pour pro­duire son al­bum.

Ain­si, il de­ve­nait le pre­mier ar­tiste pro­duit par le pu­blic en France, grâce à 347 pro­duc­teurs qui avaient don­né entre 15 $ et 8000 $. « Les gens ont ré­cu­pé­ré 20 fois leur mise », dit le chan­teur dont l’al­bum lui a per­mis de re­ce­voir un disque dia­mant (un mil­lion d’exem­plaires ven­dus).

PAR LA GRANDE PORTE

Après un tel suc­cès en France, Grégoire es­père bien char­mer au­tant les Qué­bé­cois. Et comme porte d’en­trée, il y a bien pire que Star Aca­dé­mie! « Si ça m’a pris quatre ans pour ar­ri­ver de cette ma­nière ici, j’en suis bien content. » Grégoire in­dique que c’est Stéphane La­porte qui avait re­pé­ré la chan­son Toi+moi. L’équipe des Pro­duc­tions J a contac­té la mai­son de disque de Grégoire, et on connaît la suite. Comment le chan­teur s’est-il sen­ti en voyant les aca­dé­mi­ciens re­prendre sa pièce au dé­but du ga­la de di­manche der­nier? « J’ai en­ten­du ma pièce à toutes les sauces, que ce soit des cho­rales d’en­fants, des ma­ni­fes­ta­tions ou des ma­riages. Mais j’étais bien tou­ché et je trouve que ça colle bien à Star Aca­dé­mie. » L’al­bum de Grégoire est dis­po­nible sur le mar­ché. Au­cune date de spec­tacle au Qué­bec n’a en­core été an­non­cée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.