DU SI­LI­CONE SOUS LA DENT

∫ Pi­ran­ha 3DD ∂∂∂∂∂

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Jim Slo­tek Agence QMI

Que dire de Pi­ran­ha 3DD, si­non qu’on touche le fond…

Un vé­ri­table ex­trait du dia­logue de ce chefd’oeuvre qu’est Pi­ran­ha 3DD : « Josh s’est cou­pé le pé­nis parce que quelque chose est sor­ti de mon va­gin! »

BAS-FONDS

Mais le contexte de la phrase illustre les bas­fonds at­teints par le scé­na­rio de Pi­ran­ha 3DD. Quel­qu’un, quelque part, s’est dit qu’il se­rait in­té­res­sant de faire évo­luer ces mé­gas pois­sons mu­tants man­geurs de filles aux seins nus, ve­dettes des deux pre­miers films, en des créa­tures comme celles d’Alien.

Donc, pour les be­soins d’une seule scène, ces pois­sons car­ni­vores de­viennent xé­no­morphes et peuvent in­cu­ber à l’in­té­rieur d’un être hu­main, sauf qu’au lieu de sor­tir par le ventre, elles, euh…

Et c’est tout. De toute fa­çon, qui se sou­cie de comment ces pois­sons ont réus­si à se rendre du lac Vic­to­ria à un parc aqua­tique éro­tique, des cen­taines de ki­lo­mètres plus loin ? C’est d’ailleurs là que nage, sans se mé­fier, Miss Double D. Vous at­ten­diez-vous à une plus grande in­tel­li­gence d’un film dont le titre est un jeu de mots sur la taille des poi­trines fé­mi­nines ?

Ce qui im­porte, pour l’au­di­toire prin­ci­pal de ce genre de film, c’est qu’un tas de jeunes femmes aux seins nus et énormes s’y font dé­ca­pi­ter et dé­mem­brer al­lè­gre­ment, par des mi­ni ro­bots cu­li­naires mu­nis de na­geoires. Et il y a un gars qui s’en prend un par le der­rière. Hi­la­rant.

Film de John Gu­la­ger. Avec Da­nielle Pa­na­ba­ker, Da­vid Has­sel­hoff.

VE­DETTES DE SE­COND ORDRE

Par contre, même les bandes-an­nonces montrent clai­re­ment que Pi­ran­ha 3DD n’a fait qu’igno­rer ce qui au­rait nor­ma­le­ment dû se re­trou­ver dans son bud­get de pro­duc­tion (scé­na­rio, dé­ve­lop­pe­ment de per­son­nages, ca­mé­ra et ef­fets spé­ciaux au moins se­mi-pro­fes­sion­nels) pour se conten­ter de faire dé­fi­ler des ve­dettes de se­cond ordre, pro­fi­tant d’une pause à leur sé­rie de té­lé­réa­li­té res­pec­tive. Ga­ry Bu­sey, tout droit sor­ti de Ce­le­bri­ty Ap­pren­tice, y fait une ap­pa­ri­tion. Ving Rhames (qui avait lais­sé ses jambes dans le der­nier Pi­ran­ha) éga­le­ment. Ch­ris­to­pher Lloyd res­sort une énième fois son type Doc Brown pour une brève scène de bla-bla pseu­dos­cien­ti­fique sur les pois­sons.

Et Da­vid Has­sel­hoff se joue lui-même et re­prend son cé­lèbre rôle d’un sau­ve­teur de plage à la té­lé, qui a dé­ci­dé de par­ti­ci­per à l’ou­ver­ture mal­heu­reuse du Big Wet Wa­ter Park. La blague : lors­qu’il a l’oc­ca­sion de se mon­trer hé­roïque, il se contente sur­tout de bâiller et croit avoir af­faire à une simple pa­gaille d’évé­ne­ment pro­mo­tion­nel. Il faut si­gna­ler son mé­rite. Il est le roi de l’in­si­gni­fiance et il s’as­sume com­plè­te­ment.

Pour ré­su­mer, Pi­ran­ha 3DD offre des tonnes de poi­trines, du gore, des dia­logues idiots et des dé­ve­lop­pe­ments de scé­na­rio in­sen­sés et aléa­toires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.