Thril­ler ori­gi­nal ins­pi­ré d’alien

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Ke­vin William­son Agence QMI

SAN DIE­GO | Si on veut être cer­tain de gâ­cher un film, il suf­fit d’en faire un an­té­pi­sode. De cette fa­çon, tout le monde sau­ra ce qui se pas­se­ra en­suite. Ana­kin Sky­wal­ker ( Star Wars) de­vien­dra un monstre mas­qué au souffle mé­ca­ni­sé. Le père Mer­rin ( L’Exor­ciste) sur­vi­vra pour se faire vo­mir des­sus par un dé­mon, un de ces jours. Pas vrai­ment une for­mule à sus­pense (ou à suc­cès).

« Une des fai­blesses évi­dentes d’un an­té­pi­sode, quand ce n’est pas bien fait, c’est que l’au­di­toire connaît dé­jà le dé­noue­ment, puis­qu’il a vu la suite − le film ori­gi­nal », a ad­mis Da­mon Lin­de­lof, le scé­na­riste res­pon­sable du film Pro­me­theus, de Rid­ley Scott. Si le nou­veau film re­vient ef­fec­ti­ve­ment dans l’uni­vers de ce clas­sique de la science-fic­tion, dans le­quel une créa­ture au sang acide ter­ro­rise et dé­cime un équi­page d’ou­vriers de l’es­pace, il a tou­jours été an­non­cé comme un thril­ler ori­gi­nal, ce qui ex­plique pour­quoi il n’y a pas de men­tion d’Alien dans le titre.

Ça n’a pas tou­jours été le cas. Dans une ébauche que Lin­de­lof a lue avant de se joindre au pro­jet, le film « avait un tas d’idées gé­niales, mais c’était dé­ci­dé­ment un an­té­pi­sode à Alien, et Rid­ley sou­hai­tait orien­ter son nou­veau film vers un ter­ri­toire ori­gi­nal. »

ORI­GINES DE L’HU­MA­NI­TÉ

Scott, a ex­pli­qué le scé­na­riste, sou­hai­tait ex­plo­rer « de plus grandes thé­ma­tiques », plu­tôt que de se conten­ter de res­sus­ci­ter l’ex­tra­ter­restre, conçu par H.R. Gi­ger, de son pre­mier suc­cès à Hol­ly­wood. Un de ces thèmes épiques? Les ori­gines de l’Hu­ma­ni­té, alors que Char­lize The­ron, Noo­mi Ra­pace, Mi­chael Fass­ben­der et Idris El­ba sont des ex­plo­ra­teurs par­tis vers une pla­nète très éloi­gnée pour contac­ter ses ha­bi­tants, après la dé­cou­verte, sur Terre, de preuves d’une vi­site ex­tra­ter­restre, dans le pas­sé. Au-de­là de ce bref sy­nop­sis, le reste du scé­na­rio est de­meu­ré sous scel­lés.

« Nous vou­lons sti­mu­ler une in­ter­ac­tion amu­sante. Une grande par­tie de l’in­té­rêt po­pu­laire en­vers Pro­me­theus pro­vient du mys­tère qui en­toure son his­toire », a dit Lin­de­lof, un ha­bi­tué en la ma­tière, puis­qu’il a co­créé l’énig­ma­tique sé­rie té­lé­vi­sée Per­dus. « Une par­tie du jeu ré­side dans le se­cret qui en­toure le pro­jet. »

À LA SAUCE PER­DUS?

« Je semble gra­vi­ter vers des pro­jets où règne un grand se­cret. Je sais que l’émis­sion Per­dus a été très cri­ti­quée pour avoir été trop la­by­rin­thique. »

Une fois Lin­de­lof à bord, d’autres ré­vi­sions de scé­na­rio ont ac­com­mo­dé la pré­sence de The­ron, dans le rôle de la chef d’en­tre­prise qui fi­nance la mis­sion au des­tin fu­neste.

« Lorsque Rid­ley a men­tion­né la pos­si­bi­li­té d’avoir Char­lize, le per­son­nage qui lui était des­ti­né était bon, mais sans re­lief, a dit Lin­de­lof. Je me suis dit qu’on ne pou­vait don­ner ce pe­tit rôle in­grat à une grande ve­dette, ga­gnante d’un os­car. Que nous avions du pain sur la planche, si nous vou­lions la sé­duire. »

The­ron n’avait pas réel­le­ment be­soin d’être convain­cue. D’une part, des dé­lais dans ce qui de­vait être son pro­chain pro­jet − la très at­ten­due suite de Mad Max, Fu­ry Road − avaient ou­vert un bel es­pace dans son agen­da.

« Quand le tour­nage de Mad Max a été re­pous­sé, Scott m’a con­tac­tée, re­late-t-elle. « Il y avait tant de se­crets au­tour de l’af­faire, du genre : “Li­sez ce­ci et son conte­nu s'au­to­dé­trui­ra dans 30 mi­nutes.” Mais tout ac­teur rêve de tra­vailler avec un réa­li­sa­teur en par­ti­cu­lier et pour moi, c’était Rid­ley. »

Après tout, que se­rait un nou­veau film ins­pi­ré d’Alien sans un so­lide pro­ta­go­niste fé­mi­nin? Tant The­ron que Ra­pace sont des fi­gures cen­trales de la pro­mo­tion, ce qui laisse son­ger que l’une ou l’autre pour­rait re­prendre le flam­beau de la Ri­pley de Si­gour­ney Wea­ver.

« Ri­pley est l’ar­ché­type, n’estce pas?, dit The­ron. Je crois que Rid­ley a été le pre­mier à ex­plo­rer plei­ne­ment ce genre et des thèmes que seuls des hommes avaient eu le droit d’ex­plo­rer, au ci­né­ma. Il aime ce type de femme. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.