Le grand dé­fi de Chan­tons sous la pluie

De­nise Fi­lia­trault re­lève un nou­veau grand dé­fi, ce­lui de mon­ter la co­mé­die mu­si­cale Chan­tons sous la pluie qui met­tra en scène près de 30 ar­tistes, dont le trio « ex­cep­tion­nel et d’ex­cep­tion » Re­naud Pa­ra­dis, Re­né Si­mard et Ma­ri­lou Morin. Une grosse prod

Le Journal de Quebec - Weekend - - PLANÈTE WEB - Agnès Gau­det AGNES. GAU­DET@ QUE­BE­COR­ME­DIA. COM

Ces qua­li­fi­ca­tifs « ex­cep­tion­nel et d’ex­cep­tion », ce sont ceux que donne la met­teuse en scène à son trio ve­dette. Elle dit aus­si d’eux qu’ils chantent, dansent et jouent la co­mé­die, qu’ils sont beaux et jeunes. Et elle ajoute que Pascale Des­ro­cher, celle qui joue­ra Li­na La­mont, ve­dette dé­chue du ci­né­ma muet, est mer­veilleuse. C’est sans comp­ter les cho­ré­graphes, les dé­co­ra­teurs et le chef d’or­chestre, Guillaume Saint-Laurent, qu’elle en­cense al­lé­gre­ment. Comme d’ha­bi­tude, De­nise donne le cré­dit à ses col­la­bo­ra­teurs.

« Quand on ne com­prend pas, dé­clare Re­né Si­mard, épa­té, De­nise se lève et nous montre comment faire, avec l’éner­gie d’une jeune de 20 ans. Je l’ai tou­jours dit, elle vient d’une autre pla­nète ! De­nise est une ex­tra-ter­restre ! »

« Elle a tel­le­ment le sens du punch et du spec­tacle, sou­ligne à son tour Yves Morin, qui signe l’adap­ta­tion du spec­tacle. Elle a une telle oreille ! »

GRAND DÉ­PLOIE­MENT

De­nise Fi­la­trault s’at­taque à un spec­tacle à grand dé­ploie­ment, un clas­sique qui a fait salle comble du­rant des an­nées sur Broad­way après avoir été le suc­cès du ci­né­ma amé­ri­cain qu’on connaît, le clas­sique Sin­gin’ in the Rain, sor­ti en 1952, qui met­tait en ve­dette Gene Kel­ly, Deb­bie Rey­nolds et Do­nald O’Connor. La pro­duc­tion qué­bé­coise se­ra de même en­ver­gure que celle de Broad­way et celle pré­sen­te­ment à l’af­fiche à Londres.

Sur scène, ont re­trou­ve­ra 28 ar­tistes, on ver­ra une foule de cho­ré­gra­phies, plus de 200 cos­tumes, un or­chestre de huit mu­si­ciens live, du bal­let jazz et mo­derne et, bien en­ten­du, de la danse à cla­quettes dans la plus pure tra­di­tion. Un gros show de plus de 3 mil­lions $. Même le nombre de paires de sou­liers de danse donne le ver­tige : plus de 150 paires.

« Heu­reu­se­ment, j’ai un bon cas­ting, in­dique De­nise Fi­lia­trault. Le dé­fi était de trou­ver trois bons co­mé­diens qui chantent et peuvent dan­ser la cla­quette. Il y en a peu ici. C’est très amé­ri­cain. Mais ça com­mence. »

« Re­né Si­mard est un p’tit gars des va­rié­tés, pour­suit-elle, il a dé­jà fait tout ça. Les deux autres (Re­naud et Ma­ri­lou) sont des ac­teurs. Mais Ma­ri­lou, qui sort de Sain­teT­hé­rèse, danse la cla­quette de­puis l’âge de quatre ans et Re­naud est un grand mu­si­cien et un ex­cellent dan­seur. »

LE TON DE TRENET

La pro­duc­tion n’est pas sans rap­pe­ler le ré­cent suc­cès du ci­né­ma fran­çais The

Ar­tist, met­tant en ve­dette Jean Du­jar­din, ga­gnant d’un Os­car.

« The Ar­tist a choi­si le même scé­na­rio », rap­pelle De­nise Fi­lia­traut.

Chan­tons sous la pluie, c’est l’his­toire des ac­teurs du ci­né­ma muet qui, à l’ar­ri­vée du ci­né­ma par­lant, ont per­du leurs rôles. Cette époque est ra­con­tée sur un ton lé­ger, sur fond d’his­toire d’amour.

C’est la pre­mière fois que cette co­mé­die mu­si­cale est mon­tée en­tiè­re­ment en fran­çais, pa­roles de chan­sons com­prises. La tâche d’adap­ta­tion a été confiée à Yves Morin, qui a sou­vent tra­vaillé avec De­nise Fi­lia­trault. Pour les textes, il est par­ti des ver­sions pré­cé­dentes. Mais pour les 15 chan­sons, il est par­ti de « rien du tout », en pre­nant soin de trou- ver le bon ton, sans l’iro­nie d’au­jourd’hui et le bon ni­veau de langue, pas trop ré­gio­nal, pas trop fran­çais.

Pour ces chan­sons, lé­gères, Yves Morin s’est ins­pi­ré d’un grand chan­teur fran­çais au­jourd’hui dis­pa­ru, Charles Trenet.

« Je les ai trai­tées comme des chan­sons de Trenet, in­dique-t-il, pas trop su­crées, même si c’est bon­bon. Les chan­sons de

Chan­tons sous la pluie re­joignent la poé­sie, très tou­chante et concrète, de Trenet. Chaque fois, je me suis de­man­dé s’il avait dit ça, comment il l’au­rait dit. »

« Ce show est joyeux et heu­reux, un show pour toute la fa­mille, quelque chose qui touche au coeur, pour­suit-il. Ce qui est arrivé à ces per­son­nages-là est une grande vé­ri­té, un énorme cham­bou­le­ment dans leur vie. Un peu comme dans le film The Ar­tist, on re­trouve la même beau­té émo­tive, une gran­deur des sen­ti­ments qui me touche beau­coup. » Outre le qua­tuor ve­dette, Re­naud Pa­ra­dis (qui joue Don Lo­ck­wood, in­ter­pré­té à l’époque par Gene Kel­ly), Re­né Si­mard (qui re­prend le rôle de Do­nald O’Connor, Cos­mo Brown), de Ma­ri­lou Morin (qui joue le rôle po­pu­la­ri­sé par Deb­bie Rey­nolds ou Ka­thy Sel­den) et Pascale Des­ro­chers (qui joue Li­na La­mont), la dis­tri­bu­tion est com­plé­tée par une di­zaine de co­mé­diens et 15 chan­teurs/dan­seurs, dont 2 en­fants qui jouent les rôles de Lo­ck­wood et Brown jeunes. On ver­ra aus­si sur scène plu­sieurs ha­bi­tués, dont Jacques Gi­rard, Yvan Be­noît, Da­nièle Lo­rain. Du 3 au 28 juillet à la Salle Pierre-Mer­cure et du 7 au 18 août au Théâtre Saint-De­nis, dans le cadre du 30e Fes­ti­val Juste pour rire. Voir ha­ha­ha.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.