D’UN TOUR­BILLON À L’AUTRE

La pre­mière, avec son al­bum Sous les arbres, pa­ru en sep­tembre der­nier, a été le coup de coeur de plu­sieurs per­sonnes, en 2011. Le deuxième, avec sa chan­son On va s’ai­mer en­core, a frap­pé en plein coeur de nom­breux mé­lo­manes. À quelques jours des Fran­co­fo

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Le ren­dez-vous était fixé au res­tau­rant Dame Tar­tine, à quelques pas du Lion d’Or, sur la rue On­ta­rio. Vincent et Sa­lo­mé sont heu­reux de se re­trou­ver, la jeune au­teu­re­com­po­si­trice-in­ter­prète ayant fait la pre­mière par­tie de son com­parse mu­si­cien une dou­zaine de fois cet hi­ver. « C’est moi qui l’avais in­vi­tée à faire ma pre­mière par­tie, dit Vincent. J’aime beau­coup ce qu’elle fait. On se connaît de­puis long­temps. Sa­lo­mé avait ga­gné un prix à Cé­gep en spec­tacle (« le 30 juin 2007 », pré­cise-t-elle) et elle s’était re­trou­vée à faire ma pre­mière par­tie, au fes­ti­val Mu­si­qu’en Nous. Les gars de mon band et moi, on l’avait trou­vée très so­lide. De­puis, j’ai tou- jours sui­vi son par­cours. Elle a une force tran­quille, une as­su­rance qui s’est en­core dé­ployée da­van­tage au­jourd’hui. »

LES FILLES ONT PRIS LE PLAN­CHER

Pour sa tour­née Vallières au coin de la

rue, qu’il trim­balle aux quatre coins de la pro­vince de­puis plu­sieurs mois, Vincent te­nait à avoir une fille pour sa pre­mière par­tie. « Les au­teures-com­po­si­trices-in­ter­prètes ont vrai­ment pris le plan­cher. Force est d’ad­mettre que les filles sortent des pro­jets mu­si­caux sou­vent plus in­té­res­sants que les gars, ces temps-ci. C’est de bon au­gure pour la chan­son. »

Ain­si, en plus de Sa­lo­mé Leclerc, Ch­loé La­casse, Les Soeurs Bou­lay et Ca­ra­col se sont re­trou­vées dans la tour­née de Vincent Vallières.

Pour Sa­lo­mé Leclerc, le fait qu’un ar­tiste éta­bli comme Vincent Vallières lui fasse confiance pour sa pre­mière par­tie est « vrai­ment flat­teur ». « Je fai­sais une pres­ta­tion de 20 à 25 mi­nutes et ça m’a per­mis de dé­ve­lop­per mon contact avec le pu­blic au ni­veau des in­ter­ven­tions entre les chan­sons. »

Elle qui a com­men­cé en mu­sique en jouant de la bat­te­rie, Sa­lo­mé Leclerc men­tionne connaître l’al­bum de Vincent Vallières, Cha­cun dans son es­pace, « de A à Z, par coeur ». « Au­tant la mu­sique que les pa­roles. J’ai joué de la gui­tare, de la basse, du drum sur ce disque-là (Vincent sou­rit). Je trouve que Vincent écrit des chan­sons qui touchent. Ça vient du vrai, c’est sin­cère, tu le sens. C’est là. »

ÉCHANGE ENTRE LES GÉ­NÉ­RA­TIONS

Les der­niers mois ont été pas­sa­ble­ment oc­cu­pés pour les deux ar­tistes. Du cô­té de Vincent Vallières, c’est un vé­ri­table tour­billon dans le­quel il s’est re­trou­vé, à la suite de l’im­mense suc­cès d’On va s’ai­mer

en­core. « On est en­core sur le même élan. Je me dis qu’après l’été, ça va se cal­mer. »

Sa­lo­mé, de son cô­té, de­vait s’en­vo­ler pour la France, tout juste avant les Fran­co­Fo­lies. « On com­mence à dé­fri­cher, là­bas. Je fe­rai pour la pre­mière fois mon spec­tacle com­plet. Avant, j’y étais al­lée une fois pour le fes­ti­val Alors… Chante !, à Mon­tau­ban. »

Après la sor­tie de son pre­mier disque, l’an der­nier, Sa­lo­mé men­tionne ne pas avoir eu de dif­fi­cul­té à se faire ac­cep­ter par le mi­lieu et les autres ar­tistes plus éta­blis. « Il y a comme une ou­ver­ture gé­né­rale dans les der­nières an­nées, avec les dif­fé­rentes gé­né­ra­tions de mu­si­ciens qui se cô­toient, ob­serve Vincent. Je l’ai vé­cu beau­coup avec Douze hommes ra­paillés. Les plus vieux sont tou­jours ac­cueillants. »

« Moi, c’est quelque chose qui m’a beau­coup man­qué quand j’ai fait mon pre­mier disque, ajoute-t-il. Trou­ver son monde là­de­dans, ça ne s’est pas fait tout de suite. La pre­mière fois où j’ai fait de la té­lé, ce sont des vieux chefs mu­si­caux qui di­ri­geaient les émis­sions. Ils s’en fou­taient com­plè­te­ment [des jeunes]. Après, de nou­veaux chefs comme Da­vid La­flèche et Simon Go­din ont per­mis de chan­ger le rap­port. »

SAINE COM­PÉ­TI­TION

Sentent-ils une com­pé­ti­tion, par rap­port aux autres ar­tistes ? « Quand je vois d’autres ar­tistes avec les­quels j’ai gran­di, comme Du­mas, Pierre La­pointe et Yann Per­reau, ils m’obligent à me dé­pas­ser, ré­pond Vincent. [...] On ne peut pas être com­pé­ti­tif par rap­port aux ventes d’al­bums, car c’est quelque chose qu’on ne peut pas contrô­ler. »

Et l’im­por­tance des Fran­co­Fo­lies ? « Je ne sais pas com­bien d’ar­tistes j’ai dé­cou­vert grâce à ce fes­ti­val-là, ré­pond Sa­lo­mé. Les Fran­co­Fo­lies sont avec moi de­puis quatre ans et c’est in­croyable les ren­contres qu’il peut y avoir pen­dant ce fes­ti­val-là. »

Vincent Vallières

don­ne­ra son concert Vallières au coin de la rue,

le 10 juin, au Club So­da. Éric Gou­let fe­ra la pre­mière par­tie, en so­lo. Vincent se­ra aus­si des re­pré­sen­ta­tions de

Douze hommes ra­paillés,

du 14 au 16 juin, au Théâtre du Nou­veauMonde.

Sa­lo­mé Leclerc

se­ra en spec­tacle le 12 juin, à l’As­tral, en com­pa­gnie de l’ar­tiste française L. Sa­lo­mé par­ti­ci­pe­ra aus­si au spec­tacle de l’École na­tio­nale de la chan­son, le 7 juin, à l’As­tral.

Sa­lo­mé Leclerc et Vincent Vallières par­ti­ci­pe­ront tous les deux aux Fran­co­Fo­lies de Mon­tréal, dans quelques jours. PHO­TO AGENCE QMI, PIERRE-PAUL POU­LIN

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.