Tour du cha­peau pour Ma­rie-mai

Le Journal de Quebec - Weekend - - FESTIVITÉS DE LA SAINT-JEAN LA SAINT-JEAN SUR LES - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

In­vi­tée pour la pre­mière fois au grand spec­tacle de la fête na­tio­nale à Qué­bec, Ma­rieMai réa­li­se­ra un tour du cha­peau in­usi­té, cet été, puis­qu'elle chan­te­ra trois fois sur la scène des plaines d'Abra­ham.

En plus de sa par­ti­ci­pa­tion au spec­tacle de la Saint-Jean, on la ver­ra au show d'ou­ver­ture du Fes­ti­val d'été, le 5 juillet. Un duo avec John­ny Hal­ly­day, le 10 juillet, est aus­si à son agen­da. « Trois fois pour des shows qui sont com­plè­te­ment dif­fé­rents. J'ai des chan­sons à ap­prendre pour cha­cun de ces spec­tacles. J'ai eu la pi­qûre, l'an pas­sé, avec mon show so­lo. Main­te­nant, j'ai la chance d'y re­tour­ner pour ma pre­mière Saint-Jean. On en en­tend par­ler tous les ans et je suis fière d'en faire par­tie », a-t-elle dit lors d'une en­tre­vue té­lé­pho­nique, il y a quelques jours.

Dans le contexte so­cial ex­plo­sif qui pré­vaut au Qué­bec, Ma­rie-Mai croit que son rôle lors de ce spec­tacle se­ra « de faire pas­ser du bon temps aux gens ». La Saint-Jean, à ses yeux, est l'oc­ca­sion de se ras­sem­bler.

« Ce se­ra une op­por­tu­ni­té de faire le par­ty, se réunir. La force des Qué­bé­cois, c'est notre ca­pa­ci­té de se mettre tous en­semble et, pour un soir, d'avoir du plai­sir et vou­loir la même chose. On veut avan­cer, on veut un beau Qué­bec, on veut être fiers de notre Qué­bec. C'est une cé­lé­bra­tion », lance celle qui dit rê­ver d'un Qué­bec « grand, uni, qui avance et se dé­marque ».

À OT­TA­WA

En plus du Qué­bec, Ma­rie-Mai fê­te­ra aus­si le Ca­na­da, le 1er juillet, à Ot­ta­wa, en com­pa­gnie de Simple Plan, Roch Voi­sine et Feist.

« Ce n'est pas la pre­mière fois qu'on m'in­vite et chaque fois, je trouve ça cool de re­pré- sen­ter la langue fran­çaise et le Qué­bec dans le Ca­na­da. Je suis contente d'être por­te­pa­role de mon Qué­bec. »

SANS FILET AVEC JOHN­NY

Ma­rie-Mai re­vient tout juste de Pa­ris, où elle a as­su­ré pen­dant deux soirs consé­cu­tifs la pre­mière par­tie du spec­tacle de John­ny Hal­ly­day, au Stade de France. Elle a même eu la chance de chan­ter Vivre pour le meilleur en duo avec le Tau­lier, un nu­mé­ro qui lui a pro­cu­ré des sen­sa­tions fortes.

« J'ai eu une ré­pé­ti­tion avec lui avant le show. C'était une pres­ta­tion sans filet. Il ne fal­lait pas qu'on tombe ni l'un ni l'autre. J'ai su trois jours avant que ce se­rait cette chan­son qu'on al­lait faire. J'ai ap­pris la ver­sion en duo avec Isa­belle Bou­lay; donc, toutes les lignes d'Isa­belle et sa to­na­li­té. Pen­dant deux jours, je l'ai écou­tée jour et nuit. Quand je suis ar­ri­vée au Stade de France, la chan­son était un ton plus bas et ce n'était plus le même dé­cou­page. Toutes les lignes que j'ai ap­prises ont pris le bord et il a fal­lu que je l'ap­prenne dif­fé­rem­ment. Mais j'aime ça re­le­ver ce genre de dé­fi », ra­conte celle qui croit que les retombées de son pas­sage au Stade de France se me­su­re­ront à long terme, quand elle lan­ce­ra un al­bum chez les cou­sins. « Une fois qu'on au­ra fait un buzz avec ma mu­sique et mon lan­ce­ment d'al­bum, c'est quelque chose qui de­vient in­té­res­sant à dire en en­tre­vue : ah oui, en pas­sant, j'ai fait les pre­mières par­ties John­ny Hal­ly­day et j'ai chan­té en duo avec lui. Ça va ai­der du­rant la pro­mo­tion. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.