SI T’ES HEU­REUX D’ÊTRE QUÉ­BÉ­COIS VIENS À NOTRE PAR­TY «

Le Journal de Quebec - Weekend - - FÊTE NATIONALE À MONTRÉAL - Marc-an­dré Le­mieux MARC-ANDRE.LE­MIEUX@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Force est d’ad­mettre que cet été, tous les in­gré­dients sont réunis pour faire de la Fête na­tio­nale un évé­ne­ment ex­plo­sif. Guy A. Le­page en est conscient… heu­reu­se­ment. Plon­gée de­puis bien­tôt cinq mois dans une crise étu­diante qui ne cesse de s’en­li­ser, la belle pro­vince est à fleur de peau. Et chaque pe­tit in­ci­dent nous fait craindre de nou­veaux dé­bor­de­ments.

Ques­tion­né sur le contexte politique et so­cial dans le­quel s’ins­crit la Saint-Jean-Baptiste, l’ani­ma­teur de Tout le monde en parle se fait ras­su­rant.

« La Fête na­tio­nale, c’est un par­ty; ce n’est pas la 182e ma­nif, sou­li­gnet-il. On est là pour s’amu­ser; pas pour dam­ner le monde. » Guy A. Le­page ne s’em­pê­che­ra pas de li­vrer « plu­sieurs mes­sages » du­rant le spec­tacle. Épau­lé aux textes par Syl­vie Ré­millard, l’au­teur et hu­mo­riste n’en­tend pas se gê­ner pour li­vrer le fond de sa pen­sée. Le contraire nous au­rait sur­pris… et peut-être même dé­çus. « On a des choses à dire. Ça, c’est cer­tain », dé­clare-t-il.

DES IN­QUIÉ­TUDES

In­ter­viewé sur le toit de l’Hô­tel de Ville, en plein coeur d’une séance pho­to or­ches­trée par le Jour­nal, Guy A. Le­page té­moigne d’un calme exem­plaire à l’ap­proche de l’évé­ne­ment qui – se­lon toute vrai­sem­blance – de­vrait at­ti­rer en­vi­ron 150000 spec­ta­teurs. Confiant de pou­voir ré­pondre aux at­tentes de cette foule im­po­sante, l’ani­ma­teur fronce tou­te­fois les sour­cils en dis­cu­tant du taux de par­ti­ci­pa­tion an­ti­ci­pé aux pro­chaines élec­tions pro­vin­ciales.

Les étu­diants iront-ils vo­ter quand l’heure vien­dra? Leurs bonnes in­ten­tions fon­dront-elles comme neige au so­leil au cours du mois d’août? Guy A. Le­page l’ignore. Et c’est ce qui l’in­quiète.

« En politique, ça change tel­le­ment vite… », note-t-il. Guy A. Le­page in­siste: pas be­soin d’être un « car­ré rouge » pour al­ler fê­ter au parc Mai­son­neuve de­main.

« La Fête na­tio­nale, c’est pour tous ceux qui sont fiers d’être Qué­bé­cois. Si t’es heu­reux d’être Qué­bé­cois, viens à notre par­ty. »

PLACE DE CHOIX

La Saint-Jean-Baptiste, Guy A. Le­page l’a cé­lé­brée de plu­sieurs ma­nières jus­qu’à pré­sent.

Ado­les­cent, il a no­tam­ment as­sis­té aux my­thiques cé­lé­bra­tions de 1975 et 1976 me­nées par Gilles Vi­gneault, Jean-Pierre Fer­land, Ro­bert Charlebois et Gi­nette Re­no. « Ces spec­tacles-là ont, non seule­ment for­gé mon iden­ti­té qué­bé­coise, ils ont mis la table pour l’élec­tion du PQ », af­firme-t-il.

Avec l’as­cen­sion de RBO au dé­but des an­nées 1980, Guy A. Le­page a ces­sé d’ex­pri­mer sa fier­té lors de grands ras­sem­ble­ments pu­blics. « Quand les gens ont com­men­cé à me re­con­naître, c’est de­ve­nu de plus en plus dif­fi­cile de dis­pa­raître dans une foule. Je ne pou­vais pas re­gar­der le show parce que je pas­sais mon temps à par­ler aux autres. Pen­dant long­temps, j’ai dû re­gar­der le spec­tacle à la té­lé­vi­sion », ra­conte-t-il.

« Mais au­jourd’hui, c’est moi qui ai la meilleure place: sur scène de­vant des cen­taines de mil­liers de per­sonnes… Quand je vois le so­leil qui se couche der­rière eux, je trouve ça hot en ta­ba­rouette. Je suis très pri­vi­lé­gié de faire ça. » Guy A. Le­page ani­me­ra le spec­tacle de la Fête na­tio­nale au parc Mai­son­neuve, de­main soir à 21 h. Jean-Pierre Fer­land, Da­niel Bé­lan­ger, Ariane Mof­fatt, Da­vid Gi­guère, Adam Co­hen et Isa­belle Bou­lay y par­ti­ci­pe­ront. Ra­dioCa­na­da pré­sen­te­ra l’évé­ne­ment à comp­ter de 21 h 30. La soi­rée com­mence à 18 h avec un concert du vio­lo­niste AlainF­ran­çois, sui­vi d’une pres­ta­tion d’Al­fa Ro­co­co à 19 h 15. Le groupe élec­tro Mis­teur Va­laire clô­ture la veillée en pre­nant les planches d’as­saut à 23 h.

G uy A. Le­page se sou­vient très bien du 24 juin 2011. Il pleu­vait des cordes. Un mois plus tôt, le Par­ti conser­va­teur de Ste­phen Har­per rem­por­tait une ma­jo­ri­té ab­so­lue de sièges aux élec­tions fé­dé­rales ca­na­diennes. Un scru­tin ca­rac­té­ri­sé par l’ef­fon­dre­ment du Bloc qué­bé­cois et l’as­cen­sion du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique de Jack Layton. Ce soir-là, au parc Mai­son­neuve, l’ani­ma­teur et ses in­vi­tés s’étaient « dé­fon­cés de­vant une poi­gnée d’ir­ré­sis­tibles Gau­lois » qui avaient bra­vé les in­tem­pé­ries pour as­sis­ter au grand spec­tacle de la Fête na­tio­nale. « On avait don­né notre meilleur show. On sen­tait qu’on lut­tait contre une cer­taine apa­thie dans la po­pu­la­tion », ra­con­tet-il. Un an plus tard, tout a chan­gé. « C’est comme si on ne vi­vait plus dans la même so­cié­té. C’est très l’fun. C’est très sti­mu­lant », dit-il en sou­riant. Un Qué­bec 3.0? Guy A. Le­page semble y croire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.