ARIANE MOF­FATT

Le Journal de Quebec - Weekend - - NOUS AVONS DISCUTÉ AVEC DEUX ARTISTES QUI MONTERON -

Q La Saint-Jean s’ins­crit dans un contexte par­ti­cu­lier cette an­née. À quel genre de Fête na­tio­nale au­rons-nous droit? R Une Fête na­tio­nale plus spé­ciale… et plus pa­trio­tique que ja­mais. Les Qué­bé­cois se sont ser­ré les coudes au cours des der­niers mois. Ils se sont af­fir­més dans leur iden­ti­té. Ça fait long­temps qu’on a vé­cu ça. Q Que re­pré­sente la Saint-JeanBap­tiste à vos yeux? R C’est la fête de tous les Qué­bé­cois. C’est un évé­ne­ment ras­sem­bleur. Ce­la dit, la Fête na­tio­nale a tou­jours été l’oc­ca­sion d’af­fi­cher ses cou­leurs, prendre la pa­role et bras­ser le bra­sier. Q Vous avez lan­cé MA, un al­bum bi­lingue cet hi­ver. En­vi­sa­gez­vous le jour où nous en­ten­drons des chan­sons an­glo­phones au grand spec­tacle de la Fête na­tio­nale? R Être Qué­bé­cois, ça ne veut pas dire être an­ti-an­glo­phone. Il faut ar­rê­ter d’être sur la dé­fen­sive par rap­port à ça. Je ne suis pas contre la pré­sence de l’an­glais. Je m’ex­prime dans les deux langues pré­sen­te­ment, mais le soir du 24 juin, je ne fe­rai pas ex­près pour dire : « Good eve­ning Mon­treal ! » La Fête na­tio­nale, c’est l’oc­ca­sion de mettre l’em­phase sur les en­jeux im­por­tants dans notre so­cié­té… et la pré­ser­va­tion du fran­çais en fait par­tie. Q Quel est votre sou­hait pour le Qué­bec? R Le peuple doit conti­nuer à s’ex­pri­mer quand il n’est pas content. Il doit s’af­fir­mer. Les bou­le­ver­se­ments qu’on tra­verse pré­sen­te­ment, est-ce signe que le Qué­bec est plus prêt que ja­mais à de­ve­nir un pays ? C’est une ques­tion ou­verte…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.