UN AN DÉ­JÀ...

Il y a dé­jà un an, le mi­lieu cultu­rel qué­bé­cois pleu­rait le dé­part de Claude Lé­veillée. Heu­reu­se­ment, sa mé­moire se­ra per­pé­tuée par le Mu­sée de la ci­vi­li­sa­tion de Qué­bec, qui a an­non­cé cette se­maine la mise en va­leur de plu­sieurs de ses biens, en pro­fi­tan

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE CLAUDE LÉVEILLÉE - Pierre O. Na­deau PIERRE.NA­DEAU@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Son ap­port à la chan­son qué­bé­coise est consi­dé­rable, avec un ca­ta­logue de plus de 400 titres. Son hé­ri­tage est énorme di­ra son ami, le pia­niste An­dré Ga­gnon.

« Il avait un don : il sa­vait mettre la bonne syl­labe sur la bonne note, il sa­vait rendre chan­tants les mots et par­lantes les notes », pré­cise le com­po­si­teur Sté­phane Venne, ajou­tant : « Son pia­no était un or­chestre à lui tout seul, pas son ac­com­pa­gne­ment, mais son duet­tiste, aus­si chan­tant que lui. »

EXPRESSIVITÉ THÉ­TRALE

Tous conviennent que l’oeuvre mu­si­cale et poé­tique de Claude Lé­veillée se dis­tingue par son ly­risme et son expressivité théâ­trale. Elle ex­plore les thèmes de l’ex­pé­rience amou­reuse, de la nos­tal­gie, de l’as­pi­ra­tion à la li­ber­té, d’un pays im­mense, de la so­li­tude, de la tra­ver­sée d’une exis­tence sou­vent ab­surde.

« C’était un grand, grand mé­lo­diste », té­moigne Gilles Vi­gneault, qui lui avait ren­du vi­site à sa ré­si­dence de Saint-Be­noît-de-Mi­ra­bel quelques

jours avant sa mort.

« Quand on parle d’un géant, ce n’est pas anec­do­tique », ré­sume l’his­to­rien Ro­bert Thé­rien, qui lui consacre 15 pages dans son Dic­tion­naire de la chan­son qué­bé­coise. Il écrit en­core : « Contrai­re­ment aux chan­son­niers à gui­tare, il était plus clas­sique et plus mé­lo­dique dans sa forme. »

En 1977, sa sta­ture de géant se confir­me­ra avec sa par­ti­ci­pa­tion au fa­meux spec­tacle 1 X 5, avec Charlebois, Des­champs, Fer­land et Vi­gneault.

PAS IN­FAILLIBLE

Mais le géant n’était pas in­faillible. Il a connu sa des­cente aux en­fers. Mi­né par l’al­coo­lisme et le sui­cide de son fils en 1980, ses concerts de­vinrent chao­tiques.

Il re­fe­ra sur­face au pe­tit écran grâce à son rôle d’un mil­lion­naire en fau­teuil rou­lant dans la sé­rie Scoop.

Pour l’his­to­rien Ro­bert Thé­rien, il n’en de­meure pas moins que Claude Lé­veillée a joué un rôle « im­mense » dans la chan­son qué­bé­coise, « ou­vrant no­tam­ment la porte des grandes salles aux chan­son­niers ».

« Mais on ne meurt pas, on ne fait que s’ab­sen­ter », di­sait son ami, l’ab­bé Ray­mond Gra­vel, qui a of­fi­cié à ses ob­sèques.

1- Le Mu­sée de la ci­vi­li­sa­tion ex­pose plu­sieurs ob­jets ayant ap­par­te­nu au cé­lèbre chan­teur qué­bé­cois.

2- Claude Lé­veillée s’en­re­gis­trait avec cette ma­chine (à gauche) pour gar­der la trace de ses com­po­si­tions, car il n’écri­vait pas la mu­sique. Par ailleurs, il a beau­coup joué de cet ac­cor­déon (à droite) du­rant sa jeu­nesse.

3- En 2003, aux Fran­co­fo­lies de Mon­tréal, Claude Lé­veillée a cé­lé­bré ses 50 ans de vie ar­tis­tique.

PHO­TOS DA­NIEL MALLARD ET PHO­TO D’AR­CHIVES, AGENCE QMI

1

2

3

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.