CARL LE­VESQUE

Le Journal de Quebec - Weekend - - VACANCES - Robert La­tu­lippe Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Chaque main de bridge a sa pe­tite his­toire. Mais que res­te­rait-il de l’his­toire d’une main de bridge si l’on re­fu­sait de croire que l’er­reur fasse par­tie de la réa­li­té ? À vrai dire, peu de chose ! Le bridge est en ef­fet un jeu d’er­reurs et c’est ce­lui qui en fait le moins qui gagne. Je vous pré­sente cette se­maine une main jouée dans la finale des cham­pion­nats ca­na­diens dans la classe B (0 – 2500) par M. Carl Le­vesque de Ri­vière-du-Loup. Son par­te­naire, as­sis en Nord, est M. An­dré Re­naud de Qué­bec. Vous serez à même de consta­ter que per­sonne n’est de­vin à ce jeu.

Émet­tons d’abord un com­men­taire sur les en­chères : quand vous jouez une com­pé­ti­tion par équipes de quatre, vous de­vez an­non­cer la manche si vous croyez que son taux de réus­site dé­passe 40 %. À ce type de com­pé­ti­tion, on se bat pour 10 imps et non pour 1. Pour cette rai­son, An­dré a ga­gé 4 ♥ avec aus­si peu que 10 PH. En re­vanche, il dé­tient quand même 4 atouts et un dou­ble­ton dans la pre­mière cou­leur du par­te­naire.

D’en­trée de jeu, Ouest opte pour l’en­tame du 10 de trèfle. S’il choi­sit plu­tôt un car­reau, c’est la chute du contrat dès le dé­part. Le dé­cla­rant perd alors 2 plis de car­reau et 2 plis de pique. Carl en pro­fite, mais il n’est pas au bout de ses peines pour au­tant. Le dé­cla­rant gagne donc l’en­tame avec le valet du mort, ap­pelle un trèfle pour son roi, joue coeur vers sa dame et dé­fausse son valet de car­reau, une per­dante im­mé­diate, sur l’as de trèfle.

Il en­chaîne en­suite avec le 3 de car­reau du mort. Est prend la le­vée avec sa dame et joue un atout. Carl gagne avec son as et pour­suit avec le roi de coeur pour sous­traire les atouts ad­verses. Il conti­nue en­suite avec le 3 de pique. Est dé­cide de prendre la le­vée avec son 10 et re­vient avec le 2 de pique pour l’as d’Ouest. Là, ar­rive la ca­tas­trophe pour le clan Est-Ouest. En main, Ouest joue le 6 de car­reau. Carl tend alors un piège ma­gis­tral à Est : il ap­pelle le 4 du mort. Est tombe dans le piège à pieds joints en four­nis­sant son as croyant que le dé­cla­rant pos­sède le 8. Carl coupe. Les cartes du mort sont main­te­nant ma­jo­rées. Main­te­nant, com­pre­nez-vous mieux que per­sonne n’est de­vin à ce jeu !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.