Lé­ger, mais fort sa­tis­fai­sant

Les pré­ju­gés ne servent qu’à une chose : nous pri­ver de plai­sir. C’est lorsque je me suis re­trou­vé pla­nant joyeu­se­ment sur un di­van, à sur­vo­ler au ra­len­ti une fosse rem­plie d’une ab­jecte sub­stance toxique jaune, tout en at­tra­pant au pas­sage une bat­te­rie q

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Steve Tilley Agence QMI

C’est alors que j’ai réa­li­sé que même s’il s’agit d’un jeu conçu par l’un des créa­teurs ori­gi­naux du po­pu­laire

Por­tal, et que c’est aus­si un jeu d’énigmes en vue sub­jec­tive dont l’ac­tion se dé­roule dans un la­by­rinthe de pièces contrô­lées par une en­ti­té dont seule la voix au­to­ri­taire se fait en­tendre, ces points com­muns im­portent peu, en fin de compte. Quantum

Co­nun­drum est plei­ne­ment mé­ri­toire en soi, comme ex­pé­rience de jeu cap­ti­vante et amu­sante.

Et tan­dis que j’ai trans­mu­té la ma­tière de mon di­van vo­lant en une sub­stance mé­tal­lique, pour sur­fer en toute sé­cu­ri­té au tra­vers d’une sé­rie de dangereux rayons la­sers et m’échap­per de la pièce en ques­tion, je riais de bon coeur, trans­por­té par le plai­sir com­plè­te­ment lou­foque et ab­surde de la si­tua­tion.

Quantum Co­nun­drum se dé­roule dans un si­nistre ma­noir ap­par­te­nant au sa­vant lé­gè­re­ment dé­jan­té Fitz Quad­wrangle, dont la voix est celle de John de Lan­cie, mieux connu dans le rôle du per­son­nage om­ni­po­tent et sar­cas­tique Q, de la sé­rie té­lé­vi­sée

Star Trek.

LA­BY­RINTHE DE PIÈCES

Dans la peau du ne­veu de 12 ans de Quad­wrangle, le joueur doit trou­ver son che­min au tra­vers du la­by­rinthe ten­ta­cu­laire de pièces de plus en plus com­plexes du ma­noir, en ma­ni­pu­lant les lois de la phy­sique de fa­çon à évi­ter fosses, pièges et autres obs­tacles.

Ar­mé d’un dis­po­si­tif à por­tail in­ter di­men­sion­nel, le jeune Quad­wrangle peut al­té­rer la den­si­té des objets du monde du jeu, ren­ver­ser la gra­vi­té et ra­len­tir le temps à vo­lon­té.

Ces ha­bi­le­tés mul­ti­di­men­sion­nelles sont in­té­grées pro­gres­si­ve­ment et sous di­verses com­bi­nai­sons ; la conception des énigmes, dans le contexte de ces ca­pa­ci­tés, est brillante.

VI­SUEL DE TYPE BD

Ce­la vous rap­pelle-t-il quelque chose ? Pas éton­nant, puisque le jeu est une réa­li­sa­tion de la co-créa­trice de Por­tal, Kim Swift. Comme le Por­tal ori­gi­nal, Quantum Co­nun­drum est le fruit des ef­forts d’une pe­tite et jeune équipe de dé­ve­lop­peurs. Le jeu est of­fert dès main­te­nant en ver­sion pour PC (à té­lé­char­ger de­puis le ser­vice en ligne Steam, à 13,49 $ US), et se­ra éga­le­ment of­fert, au cou­rant de l’été, par les ser­vices Xbox Live et PlayS­ta­tion Net­work.

Le vi­suel sim­pliste de type BD du jeu est tout à fait en contexte avec son es­prit lé­ger, brillant et hu­mo­ris­tique. Quant au prof Quad­wrangle de l’ac­teur De Lan­cie, ce­lui-ci est certes grin- cheux, mais ja­mais me­na­çant. Nous sommes loin de la froide in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle GLaDOS du jeu Por­tal.

Un peu plus de sub­stance et de pi­quant à l’his­toire de Quantum Co­nun

drum au­raient été sou­hai­tables, de même qu’un peu moins de ré­pé­ti­tion dans la mé­ca­nique des énigmes. Il s’agit, mal­gré ce­la, d’un jeu at­trayant et in­tel­li­gent, qui a tout ce qu’il faut pour mettre so­li­de­ment au dé­fi le cer­veau et les pouces de tout joueur. Ce n’est pas de la tarte, mais c’est agréable.

VER­DICT

Il y manque le mor­dant et la pro­fon­deur du scé­na­rio d’un Por­tal, mais dans le genre re­la­ti­ve­ment nou­veau des jeux de plates-formes à énigmes en vue sub­jec­tive où l’on plie les lois de la phy­sique, Quantum Co­nun

drum s’avère lé­ger, mais fort sa­tis­fai­sant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.