TRI­ANGLE AMOU­REUX IN­VRAI­SEM­BLABLE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

3 coeurs

Film de Be­noît Jac­quot. Avec Char­lotte Gains­bourg, Be­noît Poel­voorde et Chia­ra Mas­troian­ni.

Le scé­na­rio du long-mé­trage de Be­noît Jac­quot, met­tant en ve­dette Char­lotte Gains­bourg, Be­noît Poel­voorde et Chia­ra Mas­troian­ni, est trop alam­bi­qué pour qu’on em­barque jus­qu’au bout.

Un soir, un homme (Be­noît Poel­voorde) rencontre une femme (Char­lotte Gains­bourg) dans une ville de pro­vince alors qu’il vient de ra­ter son train. Les deux in­con­nus sym­pa­thisent, dis­cutent à coeur ou­vert comme on le fait quand on est, le soir, dans un lieu in­ha­bi­tuel. Syl­vie et Marc pro­mettent alors de se re­trou­ver à Pa­ris lors d’un ren­dez-vous fixé quelques jours plus tard.

Si Syl­vie s’y présente, Marc, lui, n’y est pas. En quête d’amour, Marc tombe sur Sophie (Chia­ra Mas­troian­ni), de qui il s’éprend. Le couple se ma­rie. Le spec­ta­teur est au cou­rant, mais pas le pro­ta­go­niste, que Sophie n’est nulle autre que la soeur de Syl­vie. Voi­là pour le cadre.

Le tri­angle amou­reux et ses com­pli­ca­tions ne sont pas une nou­veau­té. D’Hit­ch­cock à Twi­light (ex­cu­sez la ré­fé­rence vam­pi­rique), les scé­na­ristes et réa­li­sa­teurs ont eu am­ple­ment l’oc­ca­sion d’en ex­plo­rer toutes les zones d’ombre, tous les as­pects tor­tu­rés, tous les dé­chi­re­ments. Même prin­cipe avec ces films qui se concentrent sur le «ren­dez-vous man­qué», qu’il s’agisse de ce­lui avec l’amour, la vie ou quoi que ce soit d’autre.

RIEN DE NOU­VEAU

Bref, on at­ten­dait de 3 coeurs quelque chose de nou­veau, de frais, d’in­té­res­sant, sur­tout à la vue de la dis­tri­bu­tion (Ca­the­rine De­neuve in­car­nant, en outre, la mère des deux soeurs). Mal­heu­reu­se­ment, le long-mé­trage tourne court ra­pi­de­ment, d’abord plom­bé de lour­deurs, puis d’in­vrai­sem­blances tel­le­ment énormes qu’il est im­pos­sible de pas­ser par-des­sus.

Le scé­na­rio de 3 coeurs com­plique les choses à l’ex­cès. Que dire, no­tam­ment, des deux mo­ments où Marc pour­rait dé­cou­vrir que Syl­vie est la soeur de Sophie, mais n’y ar­rive pas pour des rai­sons tel­le­ment ri­di­cules qu’on perd tout in­té­rêt.

De la même ma­nière, Be­noît Jac­quot a la mal­en­con­treuse idée d’ajou­ter une voix hors champ au mi­lieu du long­mé­trage, ce qui est le meilleur moyen de faire re­des­cendre sur terre – as­sez bru­ta­le­ment d’ailleurs – le pu­blic.

En bref, mal­gré une dis­tri­bu­tion de choix, 3 coeurs s’avère être bien trop pous­sif pour qu’on mette le nez de­hors par ce froid de ca­nard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.