Un homme pas­sion­né et bien oc­cu­pé

Sté­phane Ar­cham­bault est un homme oc­cu­pé, même si la for­ma­tion Mes Aïeux est ac­tuel­le­ment en pause. Il anime une émis­sion de mu­sique à la ra­dio, on le ver­ra, cet été, dans une co­mé­die de si­tua­tion et il s’est mis, il y a quelque temps, à la pein­ture.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Yves Le­clerc YVES.LE­CLERC@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Le co­mé­dien et chan­teur est à la barre, de­puis deux ans, de l’émis­sion Vrai­ment

Top, dif­fu­sée, le sa­me­di, sur ICI mu­sique. Une émis­sion où il présente, du­rant deux heures, ses pal­ma­rès, ses coups de coeur et ses pré­fé­rences en chan­sons.

«J’aime beau­coup ça, mais je ne pen­sais pas que c’était pour être une aus­si grande charge de tra­vail. Il faut que je trouve les thèmes, que je cherche les chan­sons et que je fouille un peu afin que ça soit in­té­res­sant», a-t-il men­tion­né, lors d’une vi­site dans la Vieille Ca­pi­tale.

Vrai­ment Top est une émis­sion qui le sti- mule et qui le nour­rit.

«Je dé­couvre plein d’af­faires et beau­coup de nou­velle mu­sique et c’est par­fait pour le cu­rieux qui est et moi. Ça me garde en vie», a-t-il lais­sé tom­ber.

En ce qui concerne l’ac­tuelle pause de Mes Aïeux, le chan­teur in­dique que c’est quelque chose de tout à fait nor­mal dans le cycle d’un groupe. «Plus ça va et plus on avance en âge, plus le temps s’al­longe entre les al­bums. On a réus­si, avec Mes Aïeux, à se créer une pe­tite PME qui a bien fonc­tion­né et on se verse, tous, un pe­tit sa­laire. Il n’y a pas d’ur­gence mo­né­taire, pour l’ins­tant, de re­prendre le col­lier. Il faut aus­si avoir des choses à dire», a-t-il in­di­qué.

ÉCRIRE LI­BRE­MENT

Le chan­teur conti­nue d’écrire des pièces. Un pro­ces­sus qui se dé­roule len­te­ment et où il n’y a pas d’échéan­cier.

«Je me suis don­né la li­ber­té de faire un peu plus d’ex­plo­ra­tion et de faire ex­plo­ser le cadre», a-t-il pré­ci­sé, dans une brû­le­rie du Vieux-Qué­bec.

Une fa­çon de faire qu’il com­pare à la nou­velle pas­sion qu’il a dé­ve­lop­pée en­vers la pein­ture.

«Mon pro­ces­sus d’écri­ture res­semble au pre­mier mo­ment où j’aborde une toile. Je fais un peu n’im­porte quoi et c’est très ins­tinc­tif. C’est après, lorsque je la re­garde, que je com­mence à com­prendre ce que je suis en train de faire. J’écris de cette fa­çon et je vais voir les thèmes qui vont en sor­tir», a-t-il dit.

Sté­phane Ar­cham­bault a fait quelques ac­qui­si­tions de toiles peintes par des ar­tistes. Il pos­sède un Raôul Du­guay, une Amy­lie et un Plume.

«C’est l’fun d’avoir un lieu d’ex­pres­sion ar­tis­tique qui est per­son­nel et que je ne dé­voile pas au grand jour. Ça me per­met une es­pèce de li­ber­té. Ça me ra­mène à lorsque j’étais pe­tit gars et que je fai­sais des des­sins sur une feuille blanche», a-t-il dé­voi­lé.

Le co­mé­dien dé­cou­vert en 1996 dans le té­lé­ro­man Quatre et de­mi fe­ra, cet été, un re­tour à la té­lé.

RE­TOUR À LA TÉ­LÉ

Il joue­ra dans la nou­velle co­mé­die de si­tua­tion Ma­dame Le­brun qui met­tra en ve­dette Be­noît Brière et qui se­ra dif­fu­sée à Su­per Écran. Le tour­nage doit dé­bu­ter en mars.

«C’est quelque chose de très ré­cent et je ne peux pas en par­ler pour le mo­ment», a-t-il men­tion­né.

Le co­mé­dien avoue que le suc­cès de Mes Aïeux l’a obli­gé à re­fu­ser des rôles qui au­raient pu être in­té­res­sants.

«C’est dif­fi­cile de ma­rier une tour­née avec le tour­nage d’une sé­rie té­lé. Je ne pou­vais pas aban­don­ner les mu­si­ciens et toute l’équipe en rai­son d’un pre­mier rôle. Le groupe, c’est aus­si six amis et des tech­ni­ciens, pour qui c’est leur gagne-pain. Tu ne te poses pas la ques­tion bien long­temps», a-t-il lais­sé tom­ber.

On peut en­tendre Sté­phane Ar­cham­bault dans l’émis­sion Vrai­ment Top, de 14 h à 16 h, les sa­me­dis, sur les ondes d’ICI Mu­sique.

STÉ­PHANE AR­CHAM­BAULT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.