« IL FAL­LAIT QUE ÇA GROOVE »

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond Le Jour­nal de Mon­tréal

Après avoir pré­sen­té deux al­bums aux ac­cents folk et rock, Ma­riePierre Ar­thur est de re­tour avec Si l’au­rore, un disque sur­pre­nant où les époques et les styles se mé­langent afin de créer un tout à la fois dan­sant et lu­mi­neux. Sur Si l’au­rore, tu ex­plores de nou­velles ave­nues mu­si­cales ins­pi­rées du soul, du prog et du soft rock. D’où est ve­nu ce dé­sir de chan­ge­ment?

Je ne vou­lais pas chan­ger de style seule­ment pour chan­ger. Je di­rais que ce sont mes goûts per­son­nels qui ont évo­lué [...] J’ai aus­si ren­con­tré, par ha­sard, des nou­veaux mu­si­ciens. Ils étaient un peu plus dans le style que je vou­lais ex­plo­rer sur le nou­vel al­bum. Je suis al­lée vers ce que j’écou­tais et ce que j’ai­mais.

Peux-tu nous don­ner quelques exemples d’ar­tistes qui t’ont ins­pi­rée?

Du­rant la créa­tion de l’al­bum, j’ai écou­té beau­coup de mu­sique des an­nées 70 comme les Com­mo­dores et Lio­nel Ri­chie [...] Plus ré­cem­ment, j’ai écou­té des groupes comme The War On Drugs qui eux aus­si, fi­na­le­ment, ont été in­fluen­cés par la mu­sique d’autres époques [...] Une chose est sûre, je vou­lais que ma mu­sique soit dan­sante, et ce, peu im­porte le su­jet des chan­sons. Il fal­lait que ça groove.

Parle-moi de ta re­la­tion avec Gaële, ar­tiste avec qui tu écris tes chan­sons de­puis tes dé­buts sur disque.

Au dé­part, c’est une grande amie. Tout a com­men­cé lors­qu’elle a pro­po­sé de m’ai­der avec les textes, sur mon pre­mier al­bum. En fait, j’avais des textes, mais ils ne res­sem­blaient ja­mais à mes mu­siques. Elle m’a prise par la main. Au dé­part, c’était juste de l’en­traide. Au­jourd’hui, il se pro­duit quelque chose de spé­cial lorsque nous créons en­semble. Nous avons beau­coup de plai­sir à dé­cor­ti­quer le pro­fil psy­cho­lo­gique des per­sonnes que nous dé­cri­vons dans nos chan­sons. On peut pas­ser plus de temps à faire ça qu’à écrire. Je la connais tel­le­ment que je peux lui dire n’im­porte quoi. C’est plus fa­cile de créer et de s’ou­vrir dans ce temps-là.

Les pièces de l’al­bum traitent du dé­sir sous toutes ses formes. Pour­quoi avoir choi­si ce thème?

Nous avons ob­ser­vé les gens, au­tour de nous, et avons réa­li­sé que plu­sieurs per­sonnes se po­saient des ques­tions par rap­port à la si­gni­fi­ca­tion du couple. Nous avons ex­plo­ré tous les angles, sur le disque: ce­lui de la per­sonne qui a be­soin d’al­ler voir ailleurs, ce­lui de la per­sonne qui est trom­pée, ce­lui de l’ami qui ob­serve la per­sonne qui trompe, ce­lui de la fa­tigue dans le couple. Ma­rie-Pierre Ar­thur se­ra à l’Im­pé­rial de Qué­bec le 27 fé­vrier. Son al­bum Si l’au­rore se­ra dis­po­nible à comp­ter de mar­di.

Ma­rie-Pierre Ar­thur présente son troi­sième

al­bum Si l’au­rore.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.