«À L'ÉCOLE, ON ME CRA­CHAIT DES­SUS»

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - San­dra Godin Le Jour­nal de Qué­bec

Elle s'est fait cra­cher des­sus, s'est fait battre, se fai­sait vo­ler ses re­pas et dé­chi­rer ses vê­te­ments, parce qu'elle est Noire. Quand Va­lé­rie Daure parle de son en­fance où elle a vé­cu «beau­coup de vio­lence», on se croi­rait dans une autre époque, et pour­tant, ça s'est pas­sé ici il n'y a pas si long­temps.

C'est donc avec tout son coeur que la chan­teuse, que le pu­blic a connue à La Voix, s'im­plique comme porte-pa­role du Mois de l'his­toire des Noirs.

Quand elle était jeune, peu de Noirs ha­bi­taient dans le même quar­tier que Va­lé­rie. Elle a vé­cu son lot de dis­cri­mi­na­tion et d'in­ti­mi­da­tion, à l'école.

«Une des pires choses que j'ai vé­cues est ar­ri­vée l'hi­ver. On m'a lan­cé des verres d'eau, avant de ren­trer chez nous, à 15 mi­nutes de marche. J'avais fait des en­ge­lures. Ce que je vi­vais était vrai­ment pé­nible.»

La chan­teuse, au­jourd'hui âgée de 30 ans, s'est épa­nouie dans le chant et la danse. Elle est fi­na­le­ment de­ve­nue une des élèves les plus po­pu­laires de l'école et a par­don­né à ses in­ti­mi­da­teurs. «En­core au­jourd'hui, j'ai plein d'amis d'en­fance là-bas.»

DES MO­DÈLES IN­EXIS­TANTS

Va­lé­rie Daure dé­plore que du­rant son en­fance, il y avait très peu de mo­dèles dans les­quels elle pou­vait s'iden­ti­fier dans les mé­dias.

Elle sou­tient que la di­ver­si­té cultu­relle est ar­ri­vée tar­di­ve­ment sur les écrans qué­bé­cois, et qu'on a en­core un bon bout de che­min à faire.

«Quand je re­gar­dais la té­lé­vi­sion, je ne voyais pas de per­sonne comme moi, a-t-elle ra­con­té. (...) J'ai pas­sé ma jeu­nesse à me cher­cher. La di­ver­si­té n'est pas en­core com­plè­te­ment ins­tal­lée. On ne voit pas d'Asia­tiques et on compte les Noirs au comp­te­goutte.»

C'est en voyant des per­sonnes noires à la té­lé­vi­sion amé­ri­caine et des ac­teurs noirs bien in­té­grés, qu’elle a été ins­pi­rée à s'ou­vrir aux autres.

Quand elle a fait par­tie de la dis­tri­bu­tion de la co­mé­die mu­si­cale Hairs­pray, il y a deux ans, elle s'est éton­née de voir que cer­tains jour­na­listes men­tion­naient le fait que c'était la pre­mière fois qu'on voyait au­tant de Noirs sur scène au Qué­bec. «On sent qu'ici, on est en­core dans les an­nées 60, même si je sens que c'est ap­pe­lé à chan­ger.»

UN ÉCHANGE

Va­lé­rie Daure se donne éga­le­ment comme man­dat d'en­cou­ra­ger la com­mu­nau­té cultu­relle à consom­mer da­van­tage la culture qué­bé­coise.

«Les autres aus­si doivent s'in­té­res­ser, doivent faire les pre­miers pas pour qu'il y ait une cer­taine uni­té qui puisse se créer. C'est à tout le monde d'es­sayer d'al­ler vers les autres et d'en­cou­ra­ger le mou­ve­ment d'in­clu­sion.»

Cô­té mu­sique, Va­lé­rie Daure de­vrait sor­tir un pre­mier al­bum ori­gi­nal en 2015.

La chan­teuse Va­lé­rie Daure a été dis­cri­mi­née dans sa jeu­nesse. PHO­TO JEAN-FRAN­ÇOIS

DES­GA­GNÉS

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.