PAS DE POUDRE AUX YEUX

Après le suc­cès ful­gu­rant de son pre­mier al­bum, Ima­gine Dra­gons au­rait pu som­brer dans l’ou­bli. Mais avec son deuxième ef­fort, Smoke + Mir­rors, le groupe de Las Ve­gas dé­montre qu’il est là pour res­ter. En­tre­vue avec le bas­siste, Ben McKee.

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal

Vous êtes pré­sen­te­ment en Eu­rope. Comment se passe la pro­mo­tion là-bas?

«Ça va bien. Nous avons pas­sé tel­le­ment de temps à écrire les chan­sons et à tra­vailler en stu­dio. C’est un soulagement de fi­na­le­ment pou­voir être ca­pable de par­ler de notre mu­sique aux gens et de la par­ta­ger. Nous avons ré­ar­ran­gé quelques nou­velles pièces en for­mule acous­tique et c’était vrai­ment bien de les faire de­vant un pu­blic.»

Le pre­mier al­bum a connu un im­mense suc­cès. Était-ce dif­fi­cile de suivre ce­la avec les at­tentes beau­coup plus éle­vées des fans et des mé­dias?

«Ç’au­rait été fa­cile d’être in­ti­mi­dés et de res­sen­tir la pres­sion de l’ex­té­rieur. Mais nous ne créons pas vrai­ment dans un état de peur ou dans le but de faire quelque chose pour un groupe de gens. Nous sommes al­lés en stu­dio cette fois en nous de­man­dant quelle mu­sique nous vou­lions créer. Et aus­si quel genre de mu­sique nous vou­lions jouer sur scène pour po­ten­tiel­le­ment les deux pro­chaines an­nées. Nous de­vions nous as­su­rer que cette mu­sique était quelque chose dont nous se­rions vrai­ment fiers.»

Avez-vous écrit l’al­bum dif­fé­rem­ment main­te­nant que vous tour­nez dans les grands aré­nas?

«L’ex­pé­rience de jouer dans des gros aré­nas et aus­si dans des grands fes­ti­vals nous a cer­tai­ne­ment ins­pi­rés. Quand Fric­tion a été écrite, nous avions en tête l’image de nous en train de jouer sur scène au fes­ti­val Rock am Ring, en Al­le­magne, où nous avions eu vrai­ment du plai­sir de­vant presque 100 000 per­sonnes.»

Le pre­mier ex­trait, I Bet My Life, connaît dé­jà un beau suc­cès. Que peux-tu me dire de cette chan­son?

«Dan (Rey­nolds, le chan­teur) a été ins­pi­ré à écrire cette chan­son par la re­la- tion qu’il a avec ses pa­rents. Il est l’un des neuf en­fants de la fa­mille et il est un peu le mou­ton noir. Tous ses frères sont mé­de­cins et avo­cats, sauf lui.»

Quels sou­ve­nirs gar­dez-vous de votre pas­sage au Fes­ti­val Oshea­ga en 2013?

«C’était tel­le­ment le fun. La foule était folle! Je me sou­viens de tous ces gens qui cou­raient dans la col­line, d’autres qui se lan­çaient le fris­bee. C’était juste un gros par­ty. Nous avions aus­si pu nous pro­me­ner dans la foule. Nous avions vu Beck jouer et il a com­men­cé à pleu­voir. Tout le monde se rap­pro­chait pour res­ter au chaud sous la pluie. C’était mé­mo­rable! C’est aus­si à Mon­tréal que l’on re­trouve l’un de nos res­tau­rants préférés au monde: Le Pied de co­chon. Ils mettent du foie gras par­tout! J’ai ado­ré le re­pas du ca­nard dans la conserve.»

Vous êtes ori­gi­naires de Las Ve­gas, où vous y avez bâ­ti votre stu­dio. Comment se passe la vie là-bas?

«Las Ve­gas est une ville ex­cel­lente pour tra­vailler. C’est peut-être éton­nant, mais j’ar­rive vrai­ment à bien me concen­trer là-bas, quand nous sommes en stu­dio. Je ne suis pas le genre à al­ler sou­vent dans les ca­si­nos ou les bars. Et quand j’ai du temps de libre, je vais à 20 mi­nutes à l’ex­té­rieur de la ville pour al­ler au parc na­tio­nal de Red Rock Val­ley.»

Que penses-tu des Qué­bé­cois qui sont très en évi­dence à Las Ve­gas, comme le Cirque du So­leil et Cé­line Dion?

«Nous ac­cueillons ab­so­lu­ment l’in­fluence du Qué­bec. Je n’ai pas en­core vu Cé­line Dion. Mais nous avons dé­jà tra­vaillé quelques fois avec le Cirque. Leurs acro­bates sont tel­le­ment ta­len­tueux. Ils ont aus­si d’ex­cel­lents mu­si­ciens. Nous avions dé­jà fait un spec­tacle avec eux, il y a deux ans. Ç’avait été un de nos meilleurs mo­ments sur scène.»

Pou­vons-nous es­pé­rer une col­la­bo­ra­tion avec Cé­line ?

«Ha­ha! Tu peux cer­tai­ne­ment es­pé­rer n’im­porte quoi. Je ne peux pas dire que ça va ar­ri­ver as­su­ré­ment... Mais je ne peux pas non plus dire le contraire!» L’al­bum Smoke + Mir­rors est pré­sen­te­ment sur le mar­ché. La for­ma­tion se­ra en concert au Centre Bell le 3 juillet. Pour les dé­tails: ima­gi­ne­dra­gons­mu­sic.com.

Ima­gine Dra­gons a connu un grand suc­cès avec son pre­mier al­bum, Night Vi­sions, qui s’est ven­du à plus de deux mil­lions d’exem­plaires aux États-Unis seule­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.