Re­prendre la route pour ga­gner sa vie

Alan Par­sons a ran­gé le cha­peau de réa­li­sa­teur et d’in­gé­nieur de son qu’il a por­té au cours des der­nières an­nées et a re­pris la route pour ga­gner sa vie. Une si­tua­tion inévitable à cause des ventes d’al­bums qui conti­nuent de dé­cli­ner.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Yves Le­clerc Le Jour­nal de Qué­bec

Le musicien, réa­li­sa­teur et in­gé­nieur bri­tan­nique qui a tra­vaillé avec Pink Floyd et les Beatles l’avoue. Il n’a ja­mais été au­tant dans ses va­lises de­puis le dé­but de sa car­rière.

Il ef­fec­tue­ra cette se­maine une rare vi­site à Qué­bec et à Mon­tréal, où il n’a pas mis les pieds de­puis les spec­tacles pré­sen­tés en pre­mière par­tie de Yes, en 1998.

«Ça fait ef­fec­ti­ve­ment très long­temps que je n’ai pas joué dans ces en­droits, mais je tiens à pré­ci­ser que ce n’était pas du tout de la mau­vaise vo­lon­té de ma part. Il fau­drait plu­tôt po­ser la ques­tion aux pro­mo­teurs et aux gé­rants», a-t-il lais­sé tom­ber, lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique.

Même s’il a connu du suc­cès avec le Alan Par­sons Pro­ject entre 1976 et 1982, le musicien de 66 ans n’a pas la sé­cu­ri­té fi­nan­cière qui lui per­met­trait de se la cou­ler douce dans sa mai­son de San­ta Bar­ba­ra, en Ca­li­for­nie.

«Je suis comme tout le monde, j’ai des comptes à payer», a-t-il ad­mis.

Alan Par­sons et ses sept mu­si­ciens pi­ge­ront dans l’en­semble de sa dis­co­gra­phie, lors de cette courte sé­rie de spec­tacles au Qué­bec et en On­ta­rio.

«C’est un spec­tacle avec les suc­cès et les pièces que les gens veulent en­tendre», a-til pré­ci­sé.

GRA­TI­FI­CA­TION INS­TAN­TA­NÉE

Alan Par­sons avoue qu’il a tou­jours beau­coup de plai­sir à in­ter­pré­ter I Ro­bot, Don’t Ans­wer Me, Break­down, The Ra­ven, I Wouldn’t Want to Be Like You, What Goes Up…, The Sys­tem of Dr. Tarr and Pro­fes­sor Fe­ther et autres pièces phares de son vaste ré­per­toire.

«C’est, contrai­re­ment au tra­vail que je fais en stu­dio, de la gra­ti­fi­ca­tion ins­tan­ta­née. C’est vi­vant et di­rect, c’est l’ins­tant pré­sent. Tu n’as qu’une seule chance et tu ne peux pas te re­prendre si tu rates quelque chose», a-t-il fait sa­voir.

Alan Par­sons ex­plique qu’il y a un défi de taille dans l’in­ter­pré­ta­tion de ces pièces qui ont bé­né­fi­cié d’un im­mense tra­vail en stu­dio.

«C’est sur­tout un défi pour les pièces où il y a beau­coup d’or­ches­tra­tions, mais c’est plus fa­cile au­jourd’hui, avec des cla­viers qui ont des pos­si­bi­li­tés presque illi­mi­tées. On réus­sit à s’ap­pro­cher très près des so­no­ri­tés de stu­dio. Notre cla­vié­riste a énor­mé­ment de bou­lot», a-t-il pré­ci­sé en écla­tant de rire.

CA­PA­CI­TÉ D’AT­TEN­TION

Alan Par­sons n’a pas l’in­ten­tion de lan­cer un nou­vel al­bum dans un ave­nir rap­pro­ché. Son der­nier, A Va­lid Path, re­monte à l’été 2004.

«Le mar­ché du disque, au­jourd’hui, est un de simples et de té­lé­char­ge­ments. Les gens ne semblent plus avoir la ca­pa­ci­té d’at­ten­tion pour s’as­seoir et prendre le temps d’écou­ter 50 ou 60 mi­nutes de mu­sique. C’est comme ça. J’ai l’in­ten­tion, tou­te­fois, de conti­nuer de lan­cer de nou­velles chan­sons et peut-être les réunir par la suite sur un al­bum», a-t-il dit.

Alan Par­sons avait ju­ré, il y a quelques an­nées, de ne ja­mais dé­ter­rer l’al­bum ins­tru­men­tal The Si­ci­lian De­fense, en­re­gis­tré en 1981 et qui n’avait ja­mais vu le jour.

Ce qu’il a dé­ci­dé fi­na­le­ment de faire, l’an der­nier, pour les be­soins du cof­fret The Com­plete Al­bums Col­lec­tion, qui réunit tous les al­bums du Alan Par­sons Pro­ject.

«Ce n’est pas un al­bum dont je suis très fier et j’ai été sur­pris lorsque la com­pa­gnie de disques m’a fait cette de­mande. C’est quelque chose qui, pour des rai­sons contrac­tuelles, a été fait très ra­pi­de­ment. Ça au­rait pu être in­té­res­sant et bien meilleur si on avait pu pas­ser plus de temps sur ce disque, le dé­ve­lop­per et en faire des chan­sons», a-t-il men­tion­né.

Alan Par­sons se pro­dui­ra mar­di à la salle Wil­frid-Pelletier de la Place des Arts et jeu­di, au Grand Théâtre de Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.