LA MU­SIQUE DU COEUR

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Le deuil est un pré­ci­pice, un trou béant, comme ce­lui dans le­quel les en­quê­teurs re­trouvent, à la suite de la confes­sion de Jean-Pierre (Luc Se­nay), les restes du pe­tit Hu­go, tué il y a 10 ans.

Face à cette dou­leur béante qui an­ni­hile tout sur son pas­sage, Ch­ris­tophe (Sé­bas­tien Ri­card, im­pres­sion­nant), le père, a choi­si de fuir sous le so­leil du Mexique. Là, il traîne son in­dif­fé­rence de son lit, où il n’est pas seul, à la plage, sur la­quelle il se fond avec le rou­lis des vagues. À Mon­tréal, Irène (Fan­ny Mal­lette, éblouis­sante), la mère, conti­nue de mettre un pied de­vant l’autre. Elle «fake». Ce com­bat quo­ti­dien ne masque sa dou­leur et son étouf­fe­ment qu’aux yeux des autres, ses col­lègues d’une cho­rale.

La confes­sion du tueur, du pé­do­phile qui a ra­vi la vie d’Hu­go, pousse Irène à de­man­der à Ch­ris­tophe de re­ve­nir. Elle ne peut vivre cette chose sans lui. Cou­pée du monde, dans un «non-temps» pour re­prendre le terme uti­li­sé par le réa­li­sa­teur Fran­çois De­lisle, le dia­logue vrai avec sa mère (Ge­ne­viève Bujold, ex­cep­tion­nelle) est im­pos­sible. Elle est là – comme le père de Ch­ris­tophe, ex­trê- me­ment bien joué par Pierre Cur­zi – pour la pous­ser à la nor­ma­li­té, à une réac­tion so­cia­le­ment ac­cep­table, conforme aux at­tentes des autres qui ne veulent pas voir «cette tris­tesse qui fait peur». Se «re­prendre», «re­ve­nir», «re­faire sa vie» sont au­tant de termes qui n’ont au­cun sens pour Irène et Ch­ris­tophe, fi­gés dans ce manque vis­cé­ral d’avoir per­du leur en­fant.

SUB­TI­LI­TÉ

Si l’ex-couple a, en sur­face, des ré­ac­tions to­ta­le­ment op­po­sées, les dia­logues en voix hors champ in­firment cette im­pres­sion. Ch­ris­tophe et Irène vivent la même chose, res­sentent les mêmes émo­tions, se sont tous deux re­ti­rés du monde, sans pour au­tant être par­ve­nus à al­lé­ger cette dou­leur in­nom­mable.

Le spec­ta­teur reste en­tiè­re­ment libre de son in­ter­pré­ta­tion de Cho­rus ain­si que l’a sou­hai­té Fran­çois De­lisle. Avec ce long mé­trage, ce ci­néaste d’ex­cep­tion livre, avec une sub­ti­li­té gran­diose, l’un des rares films qui ex­plorent le deuil dans toute sa sub­ti­li­té et sa réa­li­té. Sans conteste un des meilleurs films qué­bé­cois, sou­te­nu par des ac­teurs dont les pres­ta­tions illu­minent l’écran, Cho­rus est in­ou­bliable.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.