OU­VRIR DES PORTES DU CÔ­TÉ AN­GLO­PHONE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal

Cet été, Mike Ward ani­me­ra pour la toute pre­mière fois le Nas­ty Show, dans le cadre de Just For Laughs. Cette chance pour­rait bien ou­vrir de nou­velles portes à l’hu­mo­riste du cô­té an­glo­phone. Le Jour­nal lui a po­sé quelques ques­tions.

Com­ment as-tu ap­pris la nou­velle pour ton ani­ma­tion du Nas­ty Show?

«Les membres de Just For Laughs ont ap­pro­ché mon gé­rant pour lui dire qu’ils avaient quelque chose de vrai­ment im­pres­sion­nant pour moi. Je pen­sais qu’ils vou­laient me pro­po­ser l’ani­ma­tion d’un ga­la, car, pour moi, le Nas­ty Show était im­pos­sible à faire puisque Bob­by Slay­ton l’anime de­puis 30 ans. Je pen­sais donc qu’ils pren­draient un autre vieux de la vieille pour le rem­pla­cer. Ç’a l’air que je suis ren­du vieux. Ha! ha!»

Com­ment décrirais-tu le Nas­ty Show pour les gens qui ne connaissent pas ce concept?

«C’est l’ul­time show hard. On le vend comme un spec­tacle d’hu­mour dé­pla­cé. J’y ai vu An­tho­ny Je­sel­nik faire des blagues sur Hit­ler et les na­zis qui ne pour­raient pas­ser nulle part. Il y en a qui font des jokes sur les pé­do­philes. Moi, j’ai dé­jà fait des nu­mé­ros sur des han­di­ca­pés. C’est deux heures de trash... »

Qu’est-ce que cette ani­ma­tion va chan­ger pour ta car­rière an­glo­phone?

«Ça va me don­ner de la cré­di­bi­li­té. J’ai sou­vent re­mar­qué que les agents de Los An­geles se foutent pas mal de tout ce qui n’est pas amé­ri­cain ou bri­tan­nique, au festival. Quand j’avais fait le Zoo­fest en an­glais, mon show était le meilleur ven­deur. Je ven­dais mieux que tous les Amé­ri­cains. Mais la plu­part des agents amé­ri­cains ne ve­naient pas me voir, car ils se di­saient que je n’étais qu’un hu­mo­riste lo­cal. Cette fois-ci, ça me po­si­tionne plus comme un “vrai” hu­mo­riste à leurs yeux. Pour eux, si tu ne restes pas à New York ou LA, t’es juste un gars qui tra­vaille dans une bou­che­rie et qui es­saie de faire des jokes! »

Crois-tu que cette nou­velle ex­pé­rience pour­rait être un tour­nant pour toi?

«Ça va ou­vrir des portes, mais j’ai hâte de voir les­quelles. Je n’ai pas le goût de faire de la té­lé aux États-Unis. Je suis un gars de scène. Si je pou­vais avoir une pe­tite tour­née amé­ri­caine, je se­rais vrai­ment content de la faire. Mais je ne crois pas que je vais faire le Ma­di­son Square Gar­den dans six mois!»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.