HOMME DE THEATRE

De son propre aveu, An­toine Ber­trand croyait pas­ser sa car­rière sur scène – et non de­vant la ca­mé­ra – en sor­tant du cégep de Saint-Hya­cinthe en 2002. «Je ne m’étais pas trou­vé su­per bon dans les pe­tites say­nètes qu’on avait fil­mées dans nos cours, se souv

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Marc-An­dré Le­mieux, Le Jour­nal de Mon­tréal

Cette se­maine, An­toine Ber­trand re­monte sur scène pour la pre­mière fois de­puis 2011. Dans In­tou­chables, il re­prend le rôle qui a va­lu à Omar Sy le prix César du Meilleur acteur en 2012: ce­lui d’un in­fir­mier à do­mi­cile en­ga­gé pour prendre soin d’un té­tra­plé­gique mil­lion­naire (joué ici par Luc Guérin).

An­toine Ber­trand at­ten­dait le bon pro­jet pour re­trou­ver les planches. «J’ai vou­lu prendre une pause parce que ma blonde [Ca­the­rine-Anne Tou­pin] joue beau­coup au théâtre, ex­plique-t-il. C’était ren­du qu’on ne se voyait presque pas. Je me suis dit: “Mon pro­chain gig, va fal­loir que ce soit un in­con­tour­nable.” C’est ce qui est ar­ri­vé. Quand j’ai lu l’adap­ta­tion des In­tou­chables, je sa­vais que c’était ici que ça se pas­sait.»

UNE ADAP­TA­TION

Im­mense suc­cès au box-of­fice, In

tou­chables d’Éric To­le­da­no et Oli­vier Na­kache a mar­qué les es­prits avec son por­trait d’une ami­tié im­pro­bable entre deux hommes is­sus de mi­lieux dif­fé­rents.

Se­lon An­toine Ber­trand, l’adap­ta­tion théâ­trale ra­vi­ra les fans du film. Plus en­core, elle plai­ra à ceux qui l’ont écrite. «On garde toutes les forces du film, in­dique le co­mé­dien. Je m’avance peut-être trop, mais je crois sin­cè­re­ment que les gens vont ou­blier la ver­sion ci­né­ma­to­gra­phique après cinq mi­nutes. Les gens aiment se faire ra­con­ter la même his­toire. C’est comme écou­ter une chan­son qu’on connaît. On aime bien notre confort. Pour être équi­li­bré, on doit prendre des risques d’un bord, mais gar­der ses va­leurs sûres de l’autre.»

MON AMI LUC

C’est avec grand plai­sir qu’An­toine Ber­trand re­trouve Luc Guérin dans

In­tou­chables. Les deux amis ont par­ta­gé quelques scènes dans Les

boys, mais c’est vé­ri­ta­ble­ment dans la pièce Ap­pe­lez-moi Sté­phane en 2007, que leur ami­tié est née.

Ber­trand parle d’un «coup de foudre» pro­fes­sion­nel et per­son­nel.

«Luc fait par­tie des rares ac­teurs qui savent com­ment mar­cher sur la ligne entre la co­mé­die et le drame. Son rôle dans In­tou­chables est loin des per­son­nages qu’il joue dans son théâtre d’été à Ter­re­bonne. Et comme être hu­main, c’est juste une bonne per­sonne. C’est le gars le plus drôle au monde.»

In­tou­chables. Du 24 mars au 26 avril au Théâtre du Ri­deau-Vert. Sup­plé­men­taires à Mon­tréal et Bros­sard en mai.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.