HOMME DE CI­NE­MA

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Di­manche, An­toine Ber­trand re­met­tait à Xa­vier Do­lan le prix Ju­tra du Meilleur film pour Mom­my, 12 mois après avoir rem­por­té la sta­tuette du Meilleur acteur pour

Louis Cyr. Ce triomphe plei­ne­ment mé­ri­té était sur­ve­nu au terme d’une jour­née riche en émo­tions pour le co­mé­dien, qui avait en­ter­ré sa mère quelques heures plus tôt.

Mal­gré tout, An­toine Ber­trand garde un ex­cellent sou­ve­nir de cette froide soi­rée de mars 2014.

«C’était les mon­tagnes russes, mais c’était ma­gni­fique», in­siste le lau­réat.

An­toine Ber­trand tour­ne­ra de nou­veau au ci­né­ma cette an­née: dans Bé­bé four­neau, le pro­chain film d’An­dré Forcier, mais aus­si dans Vo­tez Bou­gon, la ver­sion ci­né­ma­to­gra­phique des Bou­gon, cette sé­rie culte de Fran­çois Avard et Jean-Fran­çois Mer­cier du mi­lieu des an­nées 2000.

CHOIX DIF­FI­CILE

Quand on lui de­mande de choi­sir son plus grand amour entre le théâtre, le ci­né­ma et la té­lé­vi­sion, An­toine Ber­trand fronce les sour­cils. «C’est comme de­man­der à quel­qu’un de choi­sir entre sa mère, sa blonde et sa soeur! lance-t- il. J’ai du plai­sir à faire les trois. J’ai be­soin des trois. Au théâtre, tu peux al­ler en pro­fon­deur dans les af­faires. Tu peux es­sayer des trucs. En té­lé, c’est beau­coup plus ra­pide. Il faut per­for­mer. C’est la même chose au ci­né­ma, où on ne prend pas né­ces­sai­re­ment plus de temps pour répéter les scènes, mais pour lé­cher l’image.»

UN SOU­HAIT

An­toine Ber­trand sou­haite que les spec­ta­teurs re­prennent goût à al­ler voir des films qué­bé­cois, mais il es­père sur­tout qu’on ar­rête de sur-ana­ly­ser leurs pro­blèmes au box-of­fice.

«Je re­gar­dais les no­mi­na­tions aux Ju­tra cette an­née… C’était tel­le­ment va­rié. C’était tel­le­ment une belle cu­vée. Le jour où nos films bais­se­ront en qua­li­té, on com­men­ce­ra à s’in­quié­ter.»

«On se pose trop de ques­tions, ajoute-t-il. La seule ques­tion qu’il faut se po­ser, c’est: “C’est quoi un suc­cès?” Eh bien un suc­cès, c’est un bon film. Ce n’est pas lié à un mon­tant à cô­té. Mes films pré­fé­rés, je ne sais pas com­bien d’ar­gent ils ont amas­sé au box-of­fice. Pour moi, ça n’a pas d’im­por­tance. Il faut qu’on ar­rête de pio­cher sur le même clou.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.