Il y a quelque chose de thé­ra­peu­tique dans la créa­tion

Louis-Jean Cor­mier a tra­ver­sé une pé­riode dif­fi­cile avant de se lan­cer dans la créa­tion de son deuxième al­bum so­lo. Aux li­mites de l’épui­se­ment, après avoir vu sa car­rière connaître une ful­gu­rante as­cen­sion, l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète s’est ré­fu­gié d

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond VA­NES­SA.GUI­MOND@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

«L’au­tomne der­nier, je me suis re­trou­vé à bout de souffle, confie l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète, qui dé­voi­le­ra lun­di Les

grandes ar­tères, un disque à la fois en­le­vant et poi­gnant. J’étais étour­di dans ma vie pro­fes­sion­nelle, mais aus­si dans ma vie per­son­nelle.»

L’ar­tiste se sou­vient pré­ci­sé­ment du mo­ment où il a réa­li­sé qu’il ve­nait d’at­teindre une «li­mite». C’était après avoir par­cou­ru les fes­ti­vals, alors qu’il agis­sait à titre de coa­ni­ma­teur à l’émis­sion Pé­né­lope

Mc Quade. «Je me de­man­dais si je n’al­lais pas tom­ber dans les pommes du­rant les tour­nages. C’est là que j’ai réa­li­sé que j’étais épui­sé. C’est aus­si à ce mo­ment-là que mon en­tou­rage m’a de­man­dé si c’était une bonne idée de me lan­cer dans la créa­tion de mon nou­vel al­bum. Après tout, rien ne m’y obli­geait.»

UN RE­PÈRE

Le musicien, qui dit ne pas avoir re­pris son rôle de coach à La Voix parce qu’il dé­si­rait se consa­crer à temps plein à la créa­tion de son disque, a fi­na­le­ment pris la dé­ci­sion de ne pas chan­ger ses plans.

«Pour moi, il y a quelque chose de thé­ra­peu­tique dans la créa­tion. Ça m’a ai­dé à me re­trou­ver, à sor­tir du tour­billon post

La Voix. J’avais per­du mes re­pères et j’avais be­soin de re­trou­ver mes pan­toufles, de pas­ser du temps en stu­dio.»

Si la com­po­si­tion des mu­siques s’est faite de ma­nière plus na­tu­relle, l’écri­ture des textes a né­ces­si­té da­van­tage d’en­ca­dre­ment. «Mon équipe de­vait blo­quer des jour­nées afin que je puisse les consa­crer uni­que­ment à ce­la. Mon ob­jec­tif, ces jours-là, c’était d’écrire au moins une chan­son, qu’elle soit bonne ou mau­vaise.»

De plus, pour la pre­mière fois de sa car­rière, l’ar­tiste s’est iso­lé une se­maine dans un cha­let afin de peau­fi­ner ses chan­sons.

«C’est un clas­sique, je le sais. Je n’y croyais pas vrai­ment avant de le vivre, avoue-t-il. J’étais seul, pas de blonde, pas d’en­fants, et je bai­gnais dans ma pas­sion jus­qu’à deux ou trois heures du ma­tin. Ç’a été une ex­pé­rience ex­tra­or­di­naire.»

UN GARS DE BAND

Même s’il pro­pose un disque per­son­nel, une ré­flexion sur «les dif­fé­rentes couches de l’amour» et la li­ber­té, Louis-Jean Cor­mier a res­sen­ti le be­soin de s’en­tou­rer de proches col­la­bo­ra­teurs du­rant sa créa­tion.

Aux textes, il a re­trou­vé son com­plice Da­niel Beau­mont, avec qui il avait col­la­bo­ré pour son pre­mier ef­fort so­lo Le trei­zième étage, lan­cé en 2012. Il a éga­le­ment fait ap­pel à son ami Mar­tin Léon, qui l’a ai­dé à ter­mi­ner la pièce Tra­ver­ser les tra­vaux.

«C’est mon cô­té réa­li­sa­teur. J’ai be­soin d’ali­gner les pla­nètes avec d’autres, af­firme ce­lui qui, du­rant des an­nées, a évo­lué au sein du groupe Kark­wa. J’aborde la mu­sique de ma­nière très phi­lo­so­phique. J’aime échan­ger et ré­flé­chir avec mes col­la­bo­ra­teurs.»

Les grandes ar­tères se­ra en vente lun­di. Tous les dé­tails concer­nant la tour­née de Louis-Jean Cor­mier, qui dé­bu­te­ra le 3 avril, se trouvent à l’adresse louis­jean­cor­mier.com.

LOUIS-JEAN COR­MIER Louis-Jean Cor­mier présente

son deuxième al­bum so­lo

Les grandes ar­tères.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.