BET­TY BO­NI­FAS­SI

CHANTS D’ES­POIR ET D’ES­CLAVES

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Yves Le­clerc Le Jour­nal de Qué­bec

Bet­ty Bo­ni­fas­si a vi­si­ble­ment mis le doigt sur quelque chose avec cette idée de mo­der­ni­ser des chants d’es­claves du dé­but du XXe siècle, dans un amal­game de blues, de soul, de funk, d’élec­tro et de rock.

In­vi­tée au festival de mu­sique GénériQ, à Mul­house, en France, il y a un mois, la chan­teuse ori­gi­naire de Nice a vi­si­té la Mai­son de la né­gri­tude et des droits de l’homme.

Ce mu­sée, si­tué à Cham­pa­gney, en France, re­trace l’his­toire des es­claves.

«Les gens de cette com­mune ont été les pre­miers à dé­non­cer l’es­cla­vage comme une pra­tique bar­bare et une hor­reur sans nom. Le pre­mier amen­de­ment du Ca­hier de do­léances

de Cham­pa­gney, ré­di­gé en 1789, est un re­fus glo­bal de l’es­cla­vage. Abra­ham Lin­coln s’en est ins­pi­ré pour un des 27 amen­de­ments de la Cons­ti­tu­tion des États-Unis. Cette syn­chro­ni­ci­té avec mes re­cherches est ma­gique et hal­lu­ci­nante. C’est un après-mi­di que je n’ou­blie­rai ja­mais», a-t-elle lan­cé, pré­ci­sant qu’on lui avait même re­mis les clés de la ville.

LE PAS­SÉ

La chan­teuse est de re­tour sur les planches avec le spec­tacle Chants d’es­claves, chants d’es­poir qu’elle a pré­sen­té une tren­taine de fois.

«Les gens viennent nom­breux et j’ai de très beaux com­men­taires jus­qu’à main­te­nant», a-t-elle in­di­qué. Lors de cette courte tour­née, Bet­ty Bo­ni­fas­si in­ter­pré­te­ra es­sen­tiel­le­ment des pièces de son pre­mier disque so­lo, qui se veut un hom­mage à la ré­si­lience, à la di­gni­té et à la beau­té des es­claves afri­cains qui ont été dé­por­tés en Amé­rique pour ser­vir de main-d’oeuvre for­cée.

«Nous al­lons aus­si faire deux pièces qui font par­tie de ce pro­jet et qui ne sont pas pré­sentes sur le disque», a-t-elle fait re­mar­quer.

Dans ces concerts, Bet­ty Bo­ni­fas­si a choi­si de ne pas re­vi­si­ter les pièces is­sues de ses col­la­bo­ra­tions avec Be­noît Cha­rest ( Les tri­plettes de Bel­le­ville), DJ Cham­pion et le pro­jet Beast.

«Il n’y au­ra pas de med­leys avec ces chan­sons. Le pas­sé est le pas­sé. Ma car­rière com­mence avec cet al­bum­là», a-t-elle lais­sé tom­ber.

ÉNER­GIE TEL­LU­RIQUE

La chan­teuse n’a pas fait de mise en scène afin d’an­crer sur les planches la thé­ma­tique en­tou­rant cet al­bum.

«Je donne quelques ex­pli­ca­tions, de fa­çon très som­maire, mais c’est d’abord et avant tout un spec­tacle de mu­sique. C’est un show qui rentre de­dans. J’aime com­mu­ni­quer cette éner­gie tel­lu­rique avec les gens et qu’on se lance la balle du­rant deux heures. J’aime cette éner­gie, et c’est quelque chose qui me gal­va­nise. J’au­rais peut-être, un jour, be­soin d’in­tros­pec­tion avec les gens, mais pas pour l’ins­tant», a-t-elle fait sa­voir en écla­tant de rire.

Ac­com­pa­gnée sur scène par Jean-Fran­çois Le­mieux (basse et échan­tillon­nage), Mar­tin Li­zotte (cla­viers) et Ben­ja­min Vi­gneault (bat­te­rie), Bet­ty Bo­ni­fas­si pré­cise qu’elle ne se laisse pas em­por­ter par les sé­vices vé­cus par les Noirs au temps de l’es­cla­vage.

«Ces chan­sons sont des chants de ré­si­lience. Ja­mais au grand ja­mais, je pense au mi­sé­ra­bi­lisme lorsque je les chante. C’est de la joie pro­fonde et c’est li­bé­ra­teur», a-t-elle pré­ci­sé.

Bet­ty Bo­ni­fas­si se pro­dui­ra en spec­tacle au Théâtre Gra­na­da de Sher­brooke (ce soir), au Stu­dio Hy­droQué­bec de Car­le­ton (26 mars), à la salle Des­jar­dins-Té­lus de Rimouski (27 mars), à la salle Jean-Marc Dion de Sept-Îles (29 mars) et à la salle Oc­tave-Cré­ma­zie du Grand Théâtre de Qué­bec (1er avril).

BET­TY BO­NI­FAS­SI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.