UNE AUTRE DIS­TINC­TION POUR PAULE-AN­DRÉE CAS­SI­DY

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Yves Leclerc Le Jour­nal de Qué­bec

Paule-An­drée Cas­si­dy ne fait pas car­rière dans la chan­son pour ga­gner des prix. Pour­tant, elle en a rem­por­té quelques-uns de­puis le dé­but de sa car­rière, en­tre­prise il y a 20 ans.

L’au­teure-com­po­si­trice et in­ter­prète de la Vieille Ca­pi­tale est de­ve­nue lun­di der­nier la pre­mière Qué­bé­coise à rem­por­ter le prix Jacques-Douai.

Cette dis­tinc­tion est re­mise de­puis 2007 à un ar­tiste, une per­son­na­li­té ou une struc­ture qui, par son ac­tion ou son oeuvre ar­tis­tique, fait vivre la chan­son fran­co­phone, le ré­per­toire et les idéaux que Jacques Douai, un chan­teur fran­çais, sur­nom­mé le «trou­ba­dour des temps mo­dernes», a por­tés du­rant toute sa vie.

Ces élé­ments sont la cé­lé­bra­tion de l’art de la chan­son, le res­pect et le sou­ci d’élé­va­tion du pu­blic, l’éman­ci­pa­tion par la culture et l’édu­ca­tion po­pu­laire.

La chan­teuse a re­çu ce prix lors du fes­ti­val Chan­sons de pa­role, qui se dé­rou­lait à Bar­jac, en France.

«Je re­ve­nais tout juste d’une tour­née en France et en Suisse, le 8 juin der­nier, lorsque j’ai ap­pris que j’étais pour rem­por­ter ce prix. C’était un peu étrange. J’avais en­vie de le dire, mais je ne pou­vais pas. Je de­vais at­tendre la veille de la cé­ré­mo­nie, et c’était comme gar­der un se­cret joyeux», a ra­con­té Pau­leAn­drée Cas­si­dy, quelques heures après avoir re­çu son prix, lors d’une jour­née ma­gni­fique dans la ré­gion du Lan­gue­doc-Rous­sillon.

Cette dis­tinc­tion s’ajoute au Grand Prix du disque de l’Aca­dé­mie Charles-Cros (2002), à ce­lui du Haut Conseil de la fran­co­pho­nie (2002) et aux prix Ga­laxie des ren­contres d’au­tomne du ROSEQ (2003) et du rayon­ne­ment in­ter­na­tio­nal du Conseil de la culture (2014).

FIÈRE ET TOU­CHÉE

L’au­teure-com­po­si­trice et in­ter­prète, qui a lan­cé en jan­vier der­nier son sep­tième al­bum in­ti­tu­lé Vingt ans, n’a ja­mais pen­sé qu’elle pour­rait un jour re­ce­voir cette dis­tinc­tion.

«C’est un prix qui est dé­ter­mi­né par les membres d’un ju­ry, ce n’est pas un concours où l’on pose sa can­di­da­ture. Je suis contente, ra­vie et vrai­ment fière», a-t-elle lais­sé tom­ber.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.