Des confi­dences bou­le­ver­santes

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Marie-France Bor­nais Le Jour­nal de Qué­bec Clo­dine Des­ro­chers a ani­mé Tout sim­ple­ment Clo­dine de 1999 à 2011. Elle anime au­jourd’hui Quelle his toire! à la té­lé­vi­sion de Ra­dio-Ca­na­da.

L’ani­ma­trice Clo­dine Des­ro­chers dé­voile son ta­lent de conteuse et une très belle plume dans son tout pre­mier livre, Au nom de l’amour – À ces femmes avant

moi. Elle in­vite les lec­teurs à dé­cou­vrir le Qué­bec ru­ral des an­nées 50 en ra­con­tant l’his­toire de sa mère et celles d’autres femmes de sa fa­mille, dont les confi­dences l’ont bou­le­ver­sée.

Bien des Qué­bé­cois de la gé­né­ra­tion des ba­by-boo­mers vont se re­con­naître dans les his­toires de Marie-Laure, Thé­rèse, Jeanne, Diane et Li­liane. Ces femmes, comme de nom­breuses autres, ont connu l’époque cruelle de la Grande Noir­ceur, les hommes per­dus, le manque d’amour, la main­mise de l’Église, la frus­tra­tion d’être as­ser­vies et de ne pou­voir choi­sir ni leur des­tin ni leur ma­ter­ni­té.

RÉ­CIT FAS­CI­NANT

Le ré­cit fas­ci­nant ra­con­té par Clo­dine — le por­trait so­cial d’une époque im­por­tante — vient du coeur. «J’ai écrit l’his­toire de ma fa­mille, je ne peux pas la trans­for­mer», com­mente-t-elle en entrevue. «C’était un rêve que j’avais de pou­voir rendre hom­mage à ma mère et cou­cher sur pa­pier ce qu’elle a vé­cu. On peut avoir l’im­pres­sion que c’est vieillot ou pous­sié­reux, mais on est en­core tel­le­ment re­liés à notre his­toire, ce n’est pas si loin. On a fait un grand pas en avant.»

L’idée d’écrire lui trot­tait dans la tête de­puis long­temps. «Quand j’écou­tais ma mère me ra­con­ter des his­toires de son en­fance, des anec­dotes un peu drôles, j’ai­mais ça. Mais quand ma soeur et moi on se chi­ca­nait et qu’on se criait après, en­fants, j’ai vu ma mère s’ef­fon­drer sur le di­van du sa­lon et se mettre à pleu­rer parce qu’elle n’était pas ca­pable de nous en­tendre crier. Elle nous di­sait qu’elle avait tel­le­ment en­ten­du crier quand elle était pe­tite que c’était quelque chose qu’elle ne pou­vait pas sup­por­ter.»

Plus tard, Clo­dine a po­sé des ques­tions à sa mère. «Elle a sen­ti que j’étais prête à en­tendre cer­taines choses. Et là, j’ai su que mon grand-père était al­coo­lique, que ma grand-mère n’était pas très ma­ter­nelle. La pe­tite fille mal­heu­reuse, qui bé­gaie, je vou­lais lui don­ner vie et ra­con­ter ce que ma mère et sa fa­mille ont vé­cu. J’avais ça en moi et, fi­na­le­ment, j’ai eu le temps de le faire.»

PAS DE LI­BER­TÉ

Pour com­prendre l’at­ti­tude de sa grand-mère, il a fal­lu qu’elle plonge dans l’his­toire de son ar­rière-grand­mère. «Elle a eu un en­fant hors ma­riage. J’ai fait des re­cherches et, ce qui m’a sau­té aux yeux, c’est que les femmes de l’époque avaient tel­le­ment peu de choix de­vant elles... Cette li­ber­té qu’on a au­jourd’hui, ces femmes ne l’avaient pas.»

«Si elle avait pu, elle au­rait été chan­teuse. Ses idoles, c’étaient Mu­rielle Millard et Alys Ro­bi. C’est ce qu’elle au­rait vou­lu faire. Pas avoir 10 en­fants et un ma­ri tel­le­ment plus vieux qu’elle et al­coo­lique. Son des­tin triste, mal­heu­reux, frus­tré a fait en sorte qu’elle s’en est prise à ses en­fants.»

Sur le plan émo­tif, le tra­vail a été pre­nant. Elle a ap­pris, par exemple, que son ar­rière-grand-mère avait été aban­don­née par son ma­ri avec ses sept en­fants. C’était la pre­mière femme sé­pa­rée du vil­lage et le cu­ré lui en vou­lait. C’était une femme in­tel­li­gente, qui avait un grand coeur, qui ai­mait Dieu, mais qui sa­crait. J’au­rais tel­le­ment ai­mé la ren­con­trer...»

Jouer dans ses ra­cines pro­fondes, ra­con­ter l’his­toire de ses aïeux lui a ap­por­té beau­coup. «Je sup­pose que c’est ça, avec les in­dices que j’ai, parce qu’ils sont dé­cé­dés de­puis long­temps. J’ai l’im­pres­sion d’être sur la bonne piste — ça a été épui­sant, mais ô com­bien en­ri­chis­sant.»

Clo­dine Des­ro­chers Au nom de l’amour — À ces femmes avant moi Les Édi­tions La Se­maine 254 pages

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.