TOUT CE QUI COMPTE, C’EST D’ÊTRE HEU­REUX

Il y a cinq ans, Ri­cky Mar­tin fai­sait vo­ler la porte du pla­card; fi­ni les ca­chettes, la mégastar la­tine al­lait dé­sor­mais vivre son ho­mo­sexua­li­té au grand jour. Au­jourd’hui, le chan­teur n’a qu’un seul re­gret. «Si j’avais su à quel point les ré­ac­tions al­lai

Le Journal de Quebec - Weekend - - GINETTE RENO - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Montréal

Mars 2010. Après des an­nées de spé­cu­la­tions au su­jet de son orien­ta­tion sexuelle, Ri­cky Mar­tin s’est tour­né vers Twit­ter pour re­mettre les pen­dules à l’heure.

«C’est à ce mo­ment que j’ai réa­li­sé que les peurs qu’on peut avoir à l’idée de ré­vé­ler notre iden­ti­té sexuelle au monde en­tier sont toutes dans notre tête. Tout ce qui compte, c’est d’être heu­reux. Et je n’ai ja­mais été aus­si heu­reux de toute ma vie», confie le chan­teur en en­tre­tien té­lé­pho­nique avec Le Jour­nal.

À MONTRÉAL EN FA­MILLE

Ce bon­heur, Ri­cky Mar­tin le doit en grande par­tie à ses deux ju­meaux, Va­len­ti­no et Matteo, âgés de sept ans. Par­tout où il va, le chan­teur les em­mène avec lui et Montréal ne fe­ra pas ex­cep­tion à cette règle. Il de­vrait dé­bar­quer en ville au dé­but de la se­maine pour s’of­frir un peu de bon temps dans la mé­tro­pole avant son concert pré­vu mer­cre­di soir au Centre Bell.

«Mes fils sont nés sur la route; ils y sont ha­bi­tués et ils y ont pris goût. Quand nous res­tons plu­sieurs jours à un même en­droit, ils ne cessent de me de­man­der où on ira après. Ils m’ac­com­pagnent par­tout où je vais. Ils sont ma fa­mille et je ne peux pas res­pi­rer sans eux», confie le chan­teur.

Nés en août 2008 d’une mère por­teuse, les deux gar­çons ont ins­pi­ré à leur père l’écri­ture d’un mé­moire, Me, pu­blié quelques mois après son co­ming out lar­ge­ment mé­dia­ti­sé. Dans cet ou­vrage très per­son­nel, Ri­cky Mar­tin par­tage son ex­pé­rience de père, sa dé­ci­sion de fon­der une fa­mille à la nais­sance de ses fils. Cinq ans plus tard, les té­moi­gnages conti­nuent d’af­fluer, pro­ve­nant des quatre coins du monde.

«Il existe plu­sieurs de moyens pour les couples ho­mo­sexuels de fon­der une fa­mille, comme l’adop­tion ou les mères por­teuses. Il s’agit d’ex­pé­riences tel­le­ment ma­gni­fiques, en­ri­chis­santes et spi­ri­tuelles. Avec les ré­seaux so­ciaux, beau­coup de gens m’écrivent pour m’an­non­cer qu’ils prennent cette route, puis, neuf mois plus tard, m’en­voient des photos de leur nou­velle fa­mille. C’est ex­tra­or­di­naire», confie Ri­cky Mar­tin. Ri­cky Mar­tin se­ra sur la scène du Centre Bell le mer­cre­di 14 oc­tobre. « Les peurs qu’on peut avoir à l’idée de ré­vé­ler notre iden­ti­té sexuelle au monde en­tier sont toutes dans notre tête », confie le chan­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.