UNE NOU­VELLE ETAPE POUR YVAN

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Yvan Ped­neault a quit­té la Cô­teNord de­puis plu­sieurs an­nées, mais quand Vé­ro­nique Clou­tier a par­ta­gé sur Ins­ta­gram un ex­trait vi­déo d’un spec­tacle des Mo­ris­sette don­né à Sept-Îles, du­rant le­quel on pou­vait voir la salle en­tière ac­cla­mer sa vic­toire en de­mi-fi­nale di­manche der­nier, le can­di­dat fut pro­fon­dé­ment tou­ché.

«Je vis la vibe de Sept-Îles à tra­vers mes pa­rents, in­dique le chan­teur de 35 ans. Mon père m’ex­pli­quait que leur épi­ce­rie leur avait pris le double de temps tel­le­ment il avait ser­ré des mains! Ma soeur me dit que c’est un peu comme quand le Ca­na­dien s’en va en sé­ries: tout le monde est de bonne hu­meur. C’est flat­teur. Quand ton pa­te­lin est fier de toi, ça n’a pas de prix.»

UNE EX­PÉ­RIENCE UNIQUE

Chan­teur d’ex­pé­rience ayant étu­dié le théâtre mu­si­cal, Yvan Ped­neault a te­nu des rôles prin­ci­paux dans plu­sieurs co­mé­dies mu­si­cales, dont Rent, Un éter­nel hi­ver (l’opé­ra­folk de Lyn­da Le­may), Notre-Da­mede-Pa­ris (pré­sen­tée en Ita­lie, en Tur­quie et en Co­rée du Sud), Rock of Ages et, sur­tout, We Will Rock You, mon­tée à To­ron­to. La scène, Yvan la connaît par coeur et pour­tant, La Voix lui a fait dé­cou­vrir des choses qu’il igno­rait. «Tout est dif­fé­rent. Chaque étape est dif­fé­rente. Les au­di­tions à l’aveugle… Quand est-ce que ça t’ar­rive de chan­ter pour des dos­siers de chaises?»

L’émis­sion re­vêt une si­gni­fi­ca­tion par­ti­cu­lière pour cet ama­teur de Queen. «Ça marque une autre étape dans mon par­cours profes- sion­nel… comme quand je suis par­ti pour To­ron­to. Je par­lais à peine an­glais, mais j’ai dé­cro­ché un pre­mier rôle dans une grosse co­mé­die mu­si­cale an­glo­phone. C’était quelque chose.»

UN NOU­VEL AMI

Yvan ne ta­rit pas d’éloges pour Marc Du­pré, son al­lié des trois der­niers mois. «J’ai choi­si le meilleur coach. Le gars est tel­le­ment in­tense. Ça m’a frap­pé la pre­mière fois qu’il m’a coa­ché. Je n’en re­ve­nais pas à quel point il pou­vait nous don­ner de bons conseils. Il m’a lan­cé à peu près 185 idées qui avaient toutes du sens. Il connaît son af­faire. Son dé­voue­ment, sa pas­sion… c’est nour­ris­sant. En plus, on s’en­tend bien. J’ai l’im­pres­sion d’avoir ga­gné un ami.»

« Me rendre jus­qu’au

bout, ce n’est pas quelque chose que

j’en­vi­sa­geais. » « Me rendre en fi­nale, c’est quelque chose d’in­es­pé­ré. C’est une couche de plus de cré­mage sur le gâ­teau. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.