S’AC­CRO­CHER ENTRE DEUX PÔLES

Ar­tiste qui aime les op­po­si­tions, Yann Per­reau a vou­lu par­ler de ce qui est beau et laid dans le monde d’au­jourd’hui, dans son nou­vel al­bum Le fan­tas­tique des astres. Ren­contre avec l’au­teur-com­po­si­teur de 40 ans qui vit un prin­temps rem­pli d’émo­tions.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gendron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal ra­phael.gendron-mar­tin @que­be­cor­me­dia.com

Ces der­niers jours, Yann Per­reau a vé­cu la nais­sance de son deuxième en­fant, a pas­sé le cap de la qua­ran­taine et a sor­ti le cin­quième al­bum de sa car­rière. Il n’y a pas à dire, il se sou­vien­dra long­temps de son prin­temps 2016!

«J’ai vé­cu tel­le­ment de grandes émo­tions, dit-il. Ma blonde a ac­cou­ché le 21 mars. Le 5 avril, j’ai eu 40 ans et je ne l’ai même pas fê­té. Donc, ne me de­mande pas ce que ça fait d’avoir 40 ans, parce que je l’ai sen­ti fuck all! »

En en­tre­vue, Yann Per­reau évoque com­ment sa co­pine a ac­cou­ché dans la voi­ture, alors que le couple était en di­rec­tion de la mai­son de nais­sance. «Elle a per­du ses eaux à 21 h 44 et a ac­cou­ché à 21 h 58. On était pris dans un bou­chon sur Côte-Sainte-Ca­the­rine. Je te­nais le vo­lant fer­me­ment!»

Heu­reu­se­ment, tout s’est bien pas­sé et le deuxième bé­bé de la pe­tite fa­mille est en par­faite san­té au­jourd’hui.

Cet ac­cou­che­ment a fait re­tar­der la sor­tie du Fan­tas­tique des astres, qui de­vait pa­raître le 1er avril. Mais pour Yann Per­reau, il n’était pas ques­tion de re­por­ter da­van­tage la sor­tie.

«Ma blonde sait que j’ai mis beau­coup de temps et d’éner­gie dans l’al­bum. Elle est so­li­daire et m’a dit d’y al­ler.»

RE­VE­NIR AU SHOW ROCK

En concoc­tant cet al­bum, Yann Per­reau a pen­sé plus que tout au concert qu’il vou­lait en faire. «L’un de mes pre­miers ob­jec­tifs, c’est que je vou­lais re­ve­nir à un show fes­tif. Mes deux der­nières tour­nées ont été plus in­ti­mistes. Là, j’avais en­vie de re­ve­nir à mon show rock d’aré­na et de fes­ti­val.»

Pour la réa­li­sa­tion, le chan­teur a fait ap­pel à Tante Blanche, que son équipe Bonsound dé­crit comme «un mys­té­rieux per­son­nage et de­si­gner so­nore qui aime col­ler vieux et nou­veaux ma­té­riaux au­dio pour don­ner aux pièces un ha­billage ré­so­lu­ment mo­derne et pop».

Cette col­la­bo­ra­tion s’est avé­rée fruc­tueuse pour Yann Per­reau, qui ad­met s’être ra­re­ment fait au­tant bras­ser en stu­dio.

«Il m’a mis au dé­fi d’être en­core plus éner­gique dans mon in­ter­pré­ta­tion que je ne l’avais ja­mais fait en stu­dio. Sou­vent, en stu­dio, c’est plus feu­tré. Là, il me de­man­dait de gueu­ler, d’es­sayer des af­faires, de jouer des rôles.»

«Je ne m’étais ja­mais fait confron­ter à ce point-là, ajoute-t-il. À 40 ans, et à mon cin­quième al­bum, je me suis fait bot­ter le cul et ç’a vrai­ment fait du bien.»

Son disque, Yann Per­reau le conçoit comme un vi­nyle avec deux cô­tés. Le pre­mier se veut très éner­gique, tan­dis que le se­cond bas­cule dans l’as­pect in­ti­miste.

«J’avais en­vie d’ar­ri­ver fort avec quelque chose de sur­pre­nant, mais aus­si de ne pas me dé­ta­cher de mon cô­té coeur», dit-il.

POP EU­RO­PÉENNE

Le titre de l’al­bum, Le fan­tas­tique des astres, est un jeu de mots «qui pré­sente les deux cô­tés de la vie, ex­plique Yann. Il y a un fan­tas­tique dé­sastre, en ce mo­ment, quand on re­garde ce qu’on fait su­bir à la pla­nète. En même temps, la vie est rem­plie de belles choses.»

En écou­tant cer­taines pièces, on pense im­mé­dia­te­ment à -M-, Ka­te­rine et Stro­mae. Ces in­fluences eu­ro­péennes, Yann Per­reau les as­sume plei­ne­ment.

«C’est sûr que ça fait par­tie de moi. Je ne me suis pas gê­né de le dire. Stro­mae est plus jeune que moi et c’est ré­cent, mais je trouve que s’il y en a un qui a le­vé la barre dans les der­nières an­nées, dans la fran­co­pho­nie, c’est bien lui. Je ne peux plus vi­ser la barre que je vi­sais en 2002 ou 2005 ou 2009. Je suis ren­du en 2016. Je vou­lais faire un al­bum à l’heure et qui n’était pas non plus dé­na­tu­ré.»

Sur le disque, on peut en­tendre les voix de Pierre Kwen­ders et Lau­rence Ner­bonne, deux ar­tistes que Yann Per­reau ap­pré­cie beau­coup pré­sen­te­ment.

«Pierre, j’ai tri­pé sur son pre­mier al­bum. Il est ve­nu en­re­gis­trer une chan­son. Ça n’a même pas pris une de­mi-heure et c’était fait. Pour Lau­rence, j’avais fait la mise en scène d’Hô­tel Mor­phée aux Fran­cos, il y a deux ans. C’est une ar­tiste bour­rée de ta­lent, qui a tout pour se faire ai­mer.»

L’al­bum de Yann Per­reau, Le fan­tas­tique des astres, est pré­sen­te­ment sur le mar­ché.

Yann Per­reau s’est ins­pi­ré de dif­fé­rents évé­ne­ments qu’il a vé­cus pour son nou­vel al­bum.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.