SIX FAITS MAR­QUANTS SAN­TA­NA IV:

L’in­cre­vable San­ta­na est de re­tour au Qué­bec. En plein coeur d’une pé­riode faste avec la pa­ru­tion de l’al­bum San­ta­na IV, cet au­then­tique «gui­tar he­ro» dé­barque dans la ca­pi­tale et à Mon­tréal avec son Lu­mi­no­si­ty Tour. À quelques jours des re­trou­vailles du

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger ce­dric.be­lan­ger@que­be­cor­me­dia.com

WOOD­STOCK, RÉ­VÉ­LA­TION ET MESCALINE

Le jeune Car­los San­ta­na et son groupe sont pas­sés de par­faits in­con­nus à stars mon­diales grâce à une per­for­mance qua­li­fiée de my­thique lors du cé­lèbre Wood­stock de 1969. Leur in­ter­pré­ta­tion de Soul Sa­cri­fi

ce a mar­qué les es­prits et de­meure un des mo­ments les plus mé­mo­rables d’un évé­ne­ment qui ne man­quaient jus­te­ment pas de mo­ments mé­mo­rables. Après coup, San­ta­na a ré­vé­lé qu’il avait joué sous l’ef­fet de la mescaline et qu’il n’avait ré­cu­pé­ré ses es­prits qu’à la toute fin pen­dant Soul Sa­cri­fice.

9 GRAM­MY POUR SU­PER­NA­TU­RAL

Lan­cé en 1999, l’al­bum Su­per­na­tu­ral de­meure à ce jour le plus grand suc­cès com­mer­cial de San­ta­na. Avec les suc­cès Smooth et Ma­ria Ma­ria, Su­per­na­tu­ral a été écou­lé à plus de trente mil­lions d’exem­plaires dans le monde. Il a tout ba­layé sur son pas­sage lors de la re­mise des prix Gram­my 2000 avec neuf sta­tuettes. Sauf que l’al­bum n’a pas fait l’una­ni­mi­té chez ses fans de la pre­mière heure. Plu­sieurs lui ont re­pro­ché son vi­rage com­mer­cial.

UN GRAND GUI­TA­RISTE

Vir­tuose de la six cordes, Car­los San­ta­na trouve sa place sur presque toutes les listes consa­crées aux plus grands gui­ta­ristes de tous les temps. Sur celle du pres­ti­gieux Rol­ling Stone, dres­sée en 2011, il ap­pa­raît en ving­tième po­si­tion.

PEACE AND LOVE

San­ta­na est un vé­ri­table pro­duit de la gé­né­ra­tion «peace and love», qui ne cache pas sa spi­ri­tua­li­té. Du coup, ses en­tre­vues sont par­mi les plus colorées dans l’in­dus­trie du spec­tacle. «Les gens sont des fleurs, je suis le boyau d’ar­ro­sage et la mu­sique est l’eau», avait-il dé­cla­ré au Jour­nal lors d’un en­tre­tien ac­cor­dé en marge de son concert sur les plaines d’Abraham, au Fes­ti­val d’été, en 2010.

PHI­LAN­THROPE

Il a re­çu beau­coup du pu­blic, mais Santa- na a aus­si don­né au sui­vant. Sa fon­da­tion Mi­la­gro, qui vient en aide aux en­fants vul­né­rables du monde en­tier par le tru­che­ment de l’édu­ca­tion, de la san­té et des arts, a re­mis près de six mil­lions de dol­lars à des agences oeu­vrant dans 35 pays, de 1998 à 2014.

LE RE­TOUR

Près de qua­rante plus tard, l’ali­gne­ment ori­gi­nal du San­ta­na Band a re­pris le col­lier pour l’en­re­gis­tre­ment de l’al­bum San­ta­na IV, en ma­ga­sin de­puis le ven­dre­di 15 avril. Foi des membres du quin­tette, les re­trou­vailles entre San­ta­na, Gregg Ro­lie, Neal Schon, Mike Ca­ra­bel­lo et Mi­chael Sh­rieve ont été pro­duc­tives et ma­giques. «Dès que nous avons com­men­cé à jouer, nous étions comme des dau­phins qui sautent dans l’océan après être sor­tis de Sea World», a ré­su­mé la star du groupe.

San­ta­na se­ra en concert au Centre Vi­déo­tron de Qué­bec, le 18 avril, et au Centre Bell de Mon­tréal, le 19.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.