«LE JAZZ, C’EST LE VAC­CIN CONTRE LA CHI­CANE»

De­puis près de 25 ans, France D’Amour a fait sa place sur les pal­ma­rès grâce à ses hits rock dé­coif­fants. Au­jourd’hui, elle pro­pose une nou­velle in­cur­sion dans le monde du jazz avec Bubble Bath & Cham­pagne 2, la suite de son pro­jet en­ta­mé en 2013. La rock

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Bru­no Lapointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.lapointe @que­be­cor­me­dia.com

«Même que je suis une meilleure ro­ckeuse de­puis que je fais aus­si du jazz. Je n’ai plus à faire de com­pro­mis entre les deux genres, alors je peux as­su­rer com­plè­te­ment les deux op­po­sés. Je me dé­foule comme une ado­les­cente en fu­rie sur scène», pour­suit France D’Amour au bout du fil.

Même si sa pre­mière in­cur­sion dans le monde du jazz en 2013 a sur­pris une bonne par­tie de ses fans, la chan­teuse a tou­jours eu ce style mu­si­cal au fond de son âme. Le mo­ment sem­blait alors op­por­tun pour elle de se faire plai­sir.

N’em­pêche, c’est «du bout des lèvres» que France D’Amour a en­re­gis­tré son pre­mier Bubble Bath & Cham­pagne dans le plus grand des se­crets.

«J’ai tou­jours re­gar­dé les mu­si­ciens jazz avec beau­coup d’ad­mi­ra­tion. Mais je croyais que je n’étais pas de taille pour faire un al­bum de ce genre. Et comme j’ai fait des mil­liers de spec­tacles rock au cours de ma car­rière, je ne sa­vais pas si le pu­blic al­lait me suivre. Après tout, ce sont deux uni­vers dia­mé­tra­le­ment op­po­sés», confie la chan­teuse en toute hu­mi­li­té.

RENDRE LE JAZZ AC­CES­SIBLE

Pour­tant, le pro­jet a été cou­ron­né d’un franc suc­cès; les fans de France D’Amour ont ré­pon­du à son ap­pel et, ul­ti­me­ment, ré­cla­mé une suite, ar­ri­vée dans les bacs hier.

«Je sais que cer­tains sont ve­nus aux spec­tacles un peu à re­cu­lons, se di­sant que le jazz n’était pas vrai­ment leur tasse de thé. Je me suis lan­cé comme dé­fi de convaincre ces gens que le jazz était plus ac­ces­sible qu’ils le croyaient. Et quand on s’est mis à me de­man­der une suite à Bubble Bath & Champ-

agne, je me suis dit que j’avais réel­le­ment réus­si», évoque-t-elle.

Elle pour­suit donc son aven­ture avec 11 chan­sons ori­gi­nales, dont trois en fran­çais. Le pre­mier ex­trait, une re­lec­ture jazz de la chan­son 1, 2, 3 et

voi­là a fait son en­trée sur les ondes ra­dio le mois der­nier.

La chan­teuse ne tourne donc pas pour au­tant le dos aux gui­tares élec­triques et aux hymnes rock qui ont fait sa re­nom­mée; France D’Amour se pro­dui­ra cet été en for­mule full band sur dif­fé­rentes scènes de la pro­vince, en plus d’as­su­rer les fes­ti­vi­tés de la Fête na­tio­nale du cô­té de L’Île-Bi­zard. C’est à l’au­tomne pro­chain qu’elle por­te­ra sur les planches son Bubble Bath & Cham­pagne 2.

L’al­bum Bubble Bath & Cham­pagne 2 est pré­sen­te­ment en vente.

Pour France D’Amour, le jazz est sy­no­nyme de li­ber­té. «Quand je com­pose des chan­sons rock, ou même pop, il y a beau­coup plus de pa­ra­mètres à res­pec­ter», es­time-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.